Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alerte Pub

De nouvelles conditions d'hebergements nous oblige a intégrer de la publicité.


Pour ne plus voir les pubs s'afficher sur ce blog et ailleurs (youtube, allociné, facebook, etc…), installer en 2 clics dans votre navigateur (Firefox, Explorer, Chrome, Safari, Opera et Android) ADBLOCK PLUS l'outil indispensable pour rendre invisibles les pages de pub sur internet. https://adblockplus.org/fr/

Recherche

2006/2016

 

Accueil

 

 
facebouc-copie-1.jpg

 

Killu Minatis

 

Just Foreign Policy - Morts irakiens dus a l'invasion U.S.
;l,lk

 

Site Pedopolis de secours

 

Archive intégrale de Pedopolis.com à télécharger et à diffuser !


Archive intégrale de Pedopolis...  

 

http://www.fichier-rar.fr/2013/07/11/archive-pedopolis-complet/

 

https://twitter.com/Pedopolis

 

SKS CREW : LA LOI DU SILENCE (Interdit aux -18ans)

Stan Maillaud et Janett Seemann - Entrevue choc et explosive (MetaTV-03/2015) (+18)

Wanted Pedo lutte contre la pédo-criminalité (MetaTV-11/2014) (+18)

Wanted Pedo, la guerre déclarée contre les réseaux pédophiles (MetaTV-6/2014) (+18)

Tepa balance devant Skyrock (MetaTV-10/2014)

Metafreestyle - Tepa - SKS Crew - Neg Lyrical - Malick Carr - Ousman

Kery James - Avec le Coeur et la Raison

Kery James - Racailles (clip officiel) 2016

El Matador - Polemiquement Incorrect (+18)

El Matador - Polemiquement Incorrect 2 (+18)

 

KILLUMINATY SMG remet en place les satanistes du rap français. Sa chaine youtube : https://www.youtube.com/channel/UCWEVFCrnSVhCTcYBSDiWSNQ

 

http://www.un.org/french/aboutun/dudh.htm
Article 19
Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour contacter les auteurs  "Contact" en bas de la page.

Ou via ' killuminatis@gmail.com ' ou ' killuminatis@mail.ru '

DPZ 5410

591774247840

 
Veuillez prendre connaissance de l'enquète Vervloesem sur les Réseaux de l'Horreur (+18)

14 septembre 2006 4 14 /09 /septembre /2006 23:04

Il y a quantité de solutions envisageables face à cette situation. Certaits aimeraient qu'on élimine une partie des Illuminati, ce qui, à mon avis, ne servirait pas à grand-chose, car il seraient vite remplacés.

Je vais vous raconter une petite histoire : Imaginez que vous êtes en voiture et que le voyant d'huile se mette à clignoter. Vous vous rendez chez un garagiste qui vous déclare : "Aucun problème, je vais vous arranger ça." Le voilà qui dévisse l'ampoule. Certes, le voyant d'huile ne clignote plus mais, vous le savez bien, la cause du problème n'est pas pour autant éliminée. Et vous n'êtes, évidemment, pas d'accord avec la façon de procéder du garagiste. Mais quand votre corps est malade ou quand vous avez certaines difficultés, réalisez-vous que, la plupart du temps, vous ne vous opposez pas à cette façon de faire ?

Il est bien connu qu'en médecine officielle, on supprime l'organe malade ou la partie cancéreuse mais ce faisant, on ne traite pas pour autant la cause. On soigne simplement les symptômes, ce qui est nettement insuffisant. Un traitement de fond est nécessaire. Vouloir supprimer ce qui gêne, cela équivaut à ne dévisser que l'ampoule qui clignote et à ignorer le problème qui est toujours là.

Pour en revenir au sujet qui nous préoccupe, les Illuminati ne sont que le symptôme d'un problème qui, en fait, se situe ailleurs. Ils ont autant de pouvoir parce qu'lis se servent de nous, ce qui es facile puisque nous n'assumons pas nos responsabilités et que nous nous satisfaisons de notre indolence. Le coeur du problème est donc au plus profond de chacun de nous. Si nous ne nous changeons pas et si nous ne transmuons pas nos faiblesses, il ne sert à rien d'éliminer ces êtres, car il y en aurait aussitôt d'autres qui se chargeraient de nous puisque nous acceptons d'être manipulés.

Peut-être y a-t-il parmi vous des petits futés qui se disent qu'ils pourraient bien contacter la Société Thulé ou ceux qui ont écrit des livres sur les ovnis pour se procurer les plans de soucoupes volantes ? Ils pourraient donc quitter la Terre, mais qui sait ce qui les attendrait sur les autres planètes ?

Ou bien certains d'entre vous sont passionnés par ce qui se passe à l'intérieur de la Terre et voudraient, sur les traces d'Hitler, rechercher le royaume d'Agartha ?

D'autres encore aimeraient se retirer dans les montagnes pour y vivre en autosubsistance afin de pouvoir, de là-haut, embrasser du regard tout ce drame.

Certains même désireraient rechercher, peut-être, de l'aide dans la prière ?

En tant qu'auteur de ce livre, remédier à ce problème m'occupe depuis longtemps. J'ai parcouru jusqu'à aujourd'hui les cinq continents à la recherche de solutions possibles ; j'ai échangé avec quantité d'êtres humains sur tous les domaines de la vie touchant à ce suiet et me suis mis aussi fortement en quête de moi-même. Ma propre expérience et mes preuves personnelles m'ont conduit à cett vision que j'ai condensé dans le dernier chapitre. Cette vision m'est propre et ne doit être reprise par personne. Lisez ces lignes d'un oeil critique, je vous en prie, comme nous devrions le faire constamment. Si vous n'êtes, certes, pas d'accord avec toutes mes conclusions, vous pourriez, peut-être, en retenir au moins quelques-unes qui vous paraissent bonnes !

Que pouvons nous entreprendre de positif pour rectifier ce qui a mal tourné dans le passé et pour empêcher que cela se reproduise dans Avenir ?

Pour y répondre, il nous faut nous poser la question primordiale sur le sens de la vie.

Il est difficile de trouver un sens à notre vie simplement dans la nourriture, la boisson, le sommeil, le sexe et la possession. Beaucoup parmi nous en sont déjà bien conscients.

Il est capital d'être conscients qu'à la fin de notre vie nous abandonnerons toutes ces choses extérieures, y compins notre corps. Nus, nous sommes arrivés, nus nous repartiront. Cela signifie que même des soucoupes votantes et l'énergie libre ne peuvent nous rendre que partiellement heureux, car les voyages dans une autre galaxie, s'ils nous permettent de changer d'endroit, ne nous permettent pas pour autant de changer de corps.

Il est relativement peu important que des membres de la Société Vril aient pu visiter d'autres planètes avec des soucoupes ou que les Etats-Unis aient pu construire, gràce à leur technologie, leur première base sur Mars, il y a déjà plus de trente ans. Ces hommes sont rivés à la matière, ils sont, pour ainsi dire, prisonniers d'eux-mêmes et ne peuvent pas "quitter leur peau".

Une technologie avancée ne rendra pas plus aimable un homme qui ne pense qu'à détruire, c'est même plutôt le contraire qui risque de se produire. En considérant la situation telle qu'elle est sur Terre aujourd'hui, et les événements prédits par maints prophètes pour l'entrée dans le nouveau millénaire, il serait, certes, judicieux soit de quitter tout simplement ce "futur lieu de terreur", soit de voyager avec une machine vers le futur. Mais ces voyages sont entrepris depuis plus longtemps qu'on ne se l'imagine et ne modifient nullement l'intérieur de l'être humain. Un être à l'esprit destructeur le restera même s'il voyage dans le temps et il gardera les mêmes pensées, les mêmes sentiments, les mêmes motivations qu'auparavant. Il sera de plus, dépendant de la machine. Si on la lui confisque, il se retrouvera avec ses mêmes points faibles qu'auparavant et à la prochaine difficulté qui se présentera, soit il se précipitera vers une autre machine, soit il se décidcra à vaincre, enfin, sa peur et à regarder son problème en face. Nous sommes venus sans machine en ce monde et nous en repartirons de la même façon. Tirons-en la conclusion que l'homme doit atteindre à la perfection et à son plein épanouissement sans aucune machine. C'est le chemin qui permet d'accéder à la conscience : recueillir des connaissances en devenant responsables, en ne dépendant de personne et en ne nous servant d'aucun artifice matériel. C'est ainsi que nous évoluons.

Un sage l'exprima ainsi :
"Il faut apprendre aux hommes à pécher
et non leur donner du poisson".


Donner à une personne la solution à un problème - même si elle s'en réjouit - la laisse dans son ignorance.

En quittant son corps physique, tout être humain n'emportera pas autre chose que les expériences et le savoir qu'il a accumulés tout au long de sa vie, expériences qui sont enregistrées dans son champ énergétique, son aura. Tout médium ou clairvoyant qui peut voir l' "aura" d'une personne ou tout au moins y décrypter des informations, peut y lire les expériences qu'elle a faites, l'état de ses sentiments et de ses pensées. Le clairvoyant ne voit pas la voiture qu'une personne conduit, l'argent qu'elle a ou le nombre de fois ou elle a couché avec telle autte personne, mais il voit ce que cette personne a senti, ce qu'elle a pensé et comment elle en est arrivée à être ce qu'elle est. Celui qui lit l'aura peut connaitre l'état d'esprit de la personne et ses intentions, il peut savoir si elle met son potentiel au service des autres ou si elle se le garde pour elle.

Expériences et connaissances sont les seules choses que nous emmenons en quittant notre corps. Si nous n'avons plus de corps, qu'importe d'avoir eu une grande maison ou de beaux vêtements ? Ce qui compte, c'est ce que nous avons ressenti et les motifs qui nous ont poussé à agir comme nous l'avons fait.

Beaucoup d'entre nous s'en sont déjà rendu compte, mais ils se trouvent toujours aussi désemparés face à la vie parce qu'ils ne sont pas conscients de ses lois, de ses causes et de ses effets.

Imaginons par exemple, qu'un extra-terrestre arrive pour la première fois dans une de nos grandes villes en voilure et qu'il heurte une voiture au premier feu rouge. Les feux rouges ne sont pour lui qu'un jeu de lumière sans importance au milieu des panneaux publicitaires. Nouveau choc au second feu rouge : expliquons-lui sans plus tarder, la signification de ces feux et précisons-lui qu'il doit doit s'arrêter aux feux rouges, car c'est une règle du code de la route. Il ne provoquera, désormais, plus d'accident puisqu'il saura reconnaitre les feux rouges. Auparavant, il ne le pouvait pas, il était dans l'ignorance.

Il se passe la même chose pour celui qui ne sait pas et qui constate, par ex., qu'il est malade. "J'ai mal à la tête, je prends donc un cachet et la douleur disparaît." C'est la même histoire qu'avec l'automobiliste et son voyant d'huile. Le malade ne voit pas le rapport qui existe entre lui et sa maladie, il élimine simplement le signal transmis par son corps en avalant un cachet. Celui qui a des meaux de tête passera par le même processus que l'extra-terrestre jusqu'à ce qu'il devienne attentif aux lois de la vie".

De quelles lois s'agit-il ?

Tout astronome ou physicien peut confirmer que nous vivons dans un COSMOS, que nous sommes une parie de ce cosmos. Vous allez objecter : "Oui, bien sûr, n'importe quel enfant sait cela". Bien, mais êtes-vous conscients de ce que vous venez de dire ? KOSMOS, mot grec, signifie ORDRE. Nous vivons donc dans un ORDRE et nous en faisons partie. Tout ordre est soumis à des lois, sinon ce ne serait pas un ordre. Ce serait un CHAOS, mot grec signifiant DESORDRE. Si je connais les lois spirituelles de la vie, je peux en tenir compte et reconnaître les indications et les messages que la vie me donne et agir en conséquence.

LES LOIS

1. La loi de la Causalité

Vous avez certainement entendu parler de cette loi contenue dans tous les récits spirituels de toutes les religions de la Terre : la loi de "cause à effet" ou
bien celle de l'adagege "on récolte ce qu'on sème" ou bien encore pour les matérialistes et les athées "Qui sème le vent récolte la tempête". Si on sème la destuction, on récoltera la destruction. Si on sème la colère et la haine, on récoltera colère et haine. Si on sème du blé, on récoltera 100% de ce blé en retour et non pas de l'orge. Le soin et l'attention portés lors de l'ensemencement se retrouveront dans la qualité de la récolte, quelle que soit la semence.

Venons-en à la partie, à mon avis, la plus importante de notre sujet. Il est capital de savoir que le cosmos aussi bien que notre inconscient sont absolument sans préjugés (rien n'est bon ou mauvais, positif ou négatif, beau ou laid, de valeur ou sans valeur...). Ces désignations ne sont valables que pour nous. Ce qui est beau ou positif pour certains ne l'est pas forcément pour d'autres.

Citons, par exemple, ces exploitants agricoles qui, dans notre société, appartiennent au bas niveau de l'échelle sociale. Peu le disent, beaucoup le pensent. Avons-nous déjà pensé d'où nous tirerions notre subsistance s'il n'y avait que des bureaucrates sur notre Terre et plus de paysans ? Prenons un conducteur de Ferrari qui regarde d'un air méprisant les ouvriers à la chaine qui travaillent en équipes de nuit. Les Ferrari, ce sont bien eux qui les fabriquent et qui permettent à d'autres de les conduire ! Et quant au travail du ménage, il y a tant de femmes qui ne veulent pas s'abaisser à faire ce travail désagréable chez elles et qui sien déchargent sur la "femme de ménage" ! Dans quel état seraient nos maisons si personne n'assumait un minimum de ménage ?

Qui peut dire que ce dont l'un se régale ne fera pas le dégoût de l'autre ? Une plante, elle aussi, peut être considérée soit comme un médicament pour l'homéopathe ou l'herboriste soit comme une mauvaise herbe pour le jardinier qui s'empresse de l'arracher. Et les araignées sont bien pour certains d'entre nous des "animaux effrayants" : ils les écrasent aussitôt mais ce sont eux qui se plaignent ensuite que les mouches les génent... Certes, elles ne peuvent évidemment plus être attrapées dans les toiles d'araignées puisque les araignées ne sont plus là pour les tisser !

Il est clair que les appréciations de bon ou mauvais, de précieux ou de sans valeur sont, à vrai dire, injustifiables et sont, tout au plus, l'expression de notre subjectivité.

Cela devient plus évident quand en pense en énergie. L'énergie est sans valeur. Il dépend de nous qu'elle devienne positive ou négative, c'est-à-dire que nous l'utilisions à des fins constructives ou destructrices. Ce qui signifie que ce que nous souhaitons, nous l'obtiendrons, ce qui est légitime. La création nous a donné le libre arbitre pour que nous puisions expérimenter la vie dans toute sa plénitude. La vie ne nous ordonne pas d'expérimenter seulement ce qui est agréable ou beau. Nous sommes absolument libres d'expérimenter ce que nous désirons. Reste à prouver que nous désirons toujours ce que nous avons souhaité une fois que nous l'avons... Au moins, nous avons le libre choix (Merlin : "Pense bien à ce que tu demandes, cela pourrait t'être accordé" ou Goethe "Il ne peut se débarrasser des esprits qu'il a appelés".)

Un exemple : vous avez une certaine pensée, et plus vous la tournez dans votre tête, plus vous la renforcez. Une conséquence va en résulter : quelle que soit cette penséz, elle se réalisera un jour dans votre vie.

Je m'explique : vous avez des peurs, celle d'être, par exemple, un jour violé ou celle que la police vous arrête quand vous êtes un peu éméché. Ou bien vous vous réveillez un matin en pensant à un projet et en vous disant : "Oh là là, c'est sûr, ça ne va pas marcher !" L'énergie générée par cette pensée est un ordre, aussi bien pour votre inconscient que pour le cosmos, et elle va être prise en compte à l00%. On peut comparer le cosmos à un grand ordinateur qui fonctionne selon des lois parfaites. Vous le programmez avec vos pensées (INPUT), et il va imprimer ce qui est programmé (OUTPUT). Votre inconscient ne sait pas ce qu'est la peur. il ne fait pas la différence entre ce qui est positif ou négatif. Vous lui donnez une énergie, un ordre, et il travaille avec ce qu'il reçoit. Vous recevez alors, à votre tour, ce que vous redoutiez. Votre projet va échouer. De même, si vous jouez longtemps et avec assez d'intensité avec une pensée de violence, vous allez être violé. Ne dites pas, après coup : "Vois-tu, je le savais que ça
allait mal tourner !" Oui, vous le savez ou plus exactement, vous étiez le seul à le savoir !

Et selon le dicton : "A chacun selon sa croyance", vous êtes les auteurs de vos pensées et de vos sentiments et c'est vous qui leur donnez la vie. Ce que vous pensez et sentez ne dépend donc que de vous et se manifestera tôt ou tard dans votre vie.

2. La loi d'analogie (ce qui est en bas est comme ce qui est en haut)

Hermes Trismegiste (Hermes le trois fois grand) est le nom grec pour le Dieu égyptien Toth qui rédigea les "écrits hermétiques" contenant une doctrine gnostique de la naissance du monde et de la Rédemption. Il passa un temps pour le plus grand magicien qui pouvait rendre aux autres inaccessible l'accès aux trésors et aux récipients (d'où l'expression de fermeture hermétique). Il enseignait la loi hermétique : "ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. Et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour accomplir les merveilles d'une seule chose."

Certains connaissent la sentence : "Sur la Terre comme au ciel". Les mêmes lois régissent la macrocosme aussi bien que le microcosme.

Un exemple : L'élément constitutif le plus petit qui nous soit connu dans la matière phyique est l'atome. L'atome se compose principalement de protons, de neutrons et d'élections. Protons et neutrons forment ensemble le nucleus (le noyau) de l'atome. C'est la vitesse incroyablement rapide des électrons autour du noyau qui crée l'enveloppe. Le tout est maintenu par une force électromagnétique.

La différence entre les atomes naît du nombre d'électrons et de protons. Il y a 105 éléments fondamentaux et chacun d'eux n'existe que parce qu'il offre un chiffre différent d'électrons et de protons. Prenons un nucleus à un atome d'eau et agrandissons-le de la grosseur d'une bille, son unique électron sera alors éloigné d'environ 400m. Cela démontre que l'atome est constitué presque seulement d'un vide et que la matière en soi est très volatile.

Vu de cette façon, un bloc de plomb n'est constitué presque que d'intervalles autour desquelles tournent des particules atomiques. Toutes proportions gardées, l'éloignement entre les petites particules solides correspond à l'éloignement des planètes entre elles dans notre système solaire. De même, les intervalles entre les astres correspondent aux intervalles dans les gammes. (141)

Une photographie du noyau de l'atome (qui mesure 1 picomètre) correspond à la photographie de la Terre à 1 million de kilomètres, et à celle de la voie lactée prise à 10.000.000 d'années-lumière.

Le champ magnétique humain tournant sur lui-même a exactement l'aspect de notre Galaxie tournant sur elle-même (Geo-Wissen, édition N° 2, 1990, "Chaos und Kreativität" montre de très helles photos des exemples cités ci-dessus.).

Adnsi que vous le constatez, tout est construit selon un système parfait qui n'est pas forcément reconnaissible au premier coup d'oeil mais qui devient évident si l'on regarde de plus près. La vie elle-même est soumise comme le microcosme et le macrocosme à des lois parfaites.

Ces lois, nous les trouvons partout dans notre système solaire, dans les cellules du sang, dans l'électricité et dans le magnétisme. Et puisque la matière est maintenue et déterminée par des forces électromagnétiques, nous les hommes, qui sommes aussi matière, sommes soumis à ces lois, comme celles, par ex., de l'attraction et de la répulsion.

Dans "Schicksal als Chance" 'le destin, c'est une chance à saisir) de Thorwald Dethlefsen, on peut lire :

"La loi d'analogie ("ce qui est en bas est comme ce qui est en haut") n'est fondée que si nous sommes prêts à resonnaître l'Univers comme un cosmos (en grec = ordre). Ce sont les lois qui déterminent un cosmos, il n'y a pas de place pour les hasards. Le hasard en tant qu'évènement imprévisible et non conforme à la loi transformerait tout cosmos (ordre) en un chaos (en grec = désordre). Quand nous construisons un ordinateur, celui-ci représente en soi un petit cosmos. Il est construit d'après des lois, son fonctionnement dépend de l'application de ces lois. Si l'on soudait volontairement dans ses connexions quelques transistors, condensateurs ou résistances qui ne font pas partie du shéma de connexion conçu d'après une loi précise, ces éléments représentatifs du "hasard" transformeraient tout le cosmos en chaos et l'ordinateur ne fonctionnerait plus comme il le doit. Il en va de même pour notre monde qui cesserait au premier évènement qui surgirait par hasard.

"Pour exemple : quand on laisse tomber une pierre d'une certaine hauteur, elle ne tombe pas vers le bas par hasard mais selon une loi. Si dans sa chute, elle tombe sur la tête de Monsieur X, ce n'est pas par hasard mais en obéissant à une loi que la pierre va le heurter. Rien n'est dû au hasard, ni le fait que Monsieur X soit heurté par cette pierre ni le moment où cela est arrivé..." (142)

Cela ne vous a-t-il pas frappé qu'une étoile ne quitte jamais "par hasard" son orbite, qu'une cellule sanguine n'aille pas à contre-courant de la circulation sanguine ou qu'une fleur d'été ne fleurisse jamais, par hasard, en hiver ? Avez-vous déjà entendu dire qu'un électron quitte, par hasard, l'orbite qu'il décrit autour du noyau de l'atome ? Toute matière est composée de 105 élànents fondamentaux formés, eux aussi, de neutrons, de protons et d'électrons dont les mouvements sont absolument parfaits et rythmiques. Pourquoi donc seul l'homme devrait-il être exposé aux "hasards" alors que toute vie en nous et autour de nous est soumise à un rythme régulier ?

Le hasard n'existe pas ! Il y a une loi pour chaque événement. Certes, nous ne reconnaissons pas toujours cette loi du premier coup d'oeil. Mais cela ne nous autorise pas à nier son existence. Les pierres tombaient déjà bien avant que nous soit connue la loi de la pesanteur. (143)

L'homme est la copie fidèle de l'Univers macrocosmique. C'est pourquoi il est écrit au-dessus de l'oracle de Delphes :
"Homme, connais-toi toi-même, alors tu connaîtras Dieu"


3. La loi de résonance

L'homme est soumis a la loi de résonance comme le diapason ou le récepteur radio. Un récepteur réglé sur les ondes courtes ne peut recevoir ni les moyennes ni les grandes ondes. Pour l'homme, c'est pareil. Une personne agressive on pleine de haine n'est pas réceptive à l'amour. Chacun ne peut percevoir de tous les aspects de la réalité que ceux avec lesquels il est en résonance : "Chacun ne voit que ce qu'il veut voir"

Un exemple : Vous lisez un livre. Cinq ans plus tard, vous le relisez et vous y découvrez d'autres choses. Pourquoi ? Parce que vous avez évolué ! Votre horizon, votre façon de voir ont changé. Vous avez un regard différent maintenant.

Les hommes ressentent aussi l'aspiration à être avec des personnes qui leur sont semblables. Qui se ressemble s'assemble. Et vous constatez que si vous êtes mal luné ou même contrarié, votre entourage va vous être prétexte à vous énerver.

Prenons quelqu'un qui rouspète constamment sur tout. Il trouvera toujours motif à être contrarié. Par contre, la vie ne fait rencontrer que des gens aimables à tous ceux qui son heureux de vivre et trouvent les autres intéressants et beaux.

Encore un exemple : Un homme qui trouve toujours à redire en s'exclamant "Celui-la est un idiot, celui-ci est un raté, c'est à vous dégoûter de tout !" et qui voit tout en noir, vous le montrera par son regard méchant et la moue de sa bouche. Personne ne dira de lui qu'il est aimable ou qu'il a du coeur. Ce n'est pas un plaisir d'être en sa compagnie, les personnes avenantes et sensibles s'esquivent vite. Cependant, il trouvera quand même des gens qui pensent comme lui, qui le renforceront dans sa conviction. Qui se ressemble s'assemble.

Par conte une personne dévouée qui sait plaisanter, où qu'elle soit, crée une bonne atmosphère la où elle est. De plus, elle sait sourire et partager ce qu'elle a. Elle aura autour d'elle des gens gai, agréables et sera souvent invitée puisqu'elle sait donner. Qui se ressemble s'assemble.

Cette phrase ne comporte aucun jugement de valeur. Ce n'est ni bien ni mal. Le rouspéteur et le jovial reçoivent en retour ce qu'ils donnent. Cela peut les entraîner très loin tous les deux, chacun sur un chemin différent. La situation du rouspéteur, pris dans un cercle infernal, va empirer ; par contre tout se passera au mieux pour le jovial qui va continuer à s'épanouir. La bonté qui imprègne son être et qui n'est pas feinte, attirera à lui des êtres qui lui ressemblent, qui lui témoignent cette bonté qu'il a su partager. Et s'il lui arrive un jour de perdre le sourire, ses amis adouciront sa peine et lui communiqueront un peu de cette joie qu'il leur a souvent donnée.

Quant à celui qui rouspète, son avenir ne se présente pas sous d'aussi bons auspices ! A force de rendre sa femme ou son patron responsables de la vie difficile qu'il mène, il ne voit plus que la cause de son problème, c'est lui et non les autres. Personne ne l'oblige à garder un mauvais emploi. L'époque de l'esclavage est heureusement terminée. Personne ne l'oblige a rester avec sa femme, et se disputer avec elle, à vivre un enfer. Parmi les six milliards d'êtres humains sur notre Terre, il a des chances d'en trouver une avec laquelle il pourrait être heureux ! Mais s'il veut vivre en bonne entente avec elle, il faudra qu'il ait compris ce qui causait son problème et qu'il agisse en conséquence. A partir du moment où il changera intérieurement, son entourage changera aussitôt. On a coutume de dire :
"Notre entourage nous renvoie notre propre reflet".


Notre entourage nous offre toujours ce que nous rayonnons. Si je mens, on me mentira. Si j'ai peur, je serai confronté à mes peurs. Si je suis un bagarreur, je serai constamment mêlé à des bagarres. Si je suis tout amour, j'attirerai l'amour. Si je vis dans la joie, je trouverai toujours motif à me réjouir. Si je change ma façon de voir, mon entourage me le renverra aussi comme un miroir.

Soyez conscients que regarder journellement des films de violence ou d'horreur (ou les actualités) à la télévision influe fortement sur votre vie. Pendant des millénaires, la violence de nos actes et la force destructrice de nos pensées ont libéré d'énormes énergies que nous continuons à alimenter et qui sont attirées aussi par les suggestions négatives que nous faisons nôtres (les films de violence par exemple, en font partie). Ce ne sont pas les grands actes politiques mais bien les petits manquements à l'amour de la vie quotidienne qui ont leur importance. De la qualité de nos lectures, de nos paroles, de nos actes dépend la qualité de notre vie, ce que nous y générons, car la loi de résonance fonctionne de façon irréprochable. C'est ce à quoi Umberto Ecco fait allusion dans un passage de son livre que j'ai cité dans l'introduction. Si je crois à Satan, je suis en contact avec cette énergie qui devient importante pour moi, et je vais me trouver conforté dans mon système de croyances. Si je m'en moque, cette énergie n'exercera aucune action sur moi et ne pourra pas m'influencer si je ne le veux pas. Elle n'obéit qu'à la loi de résonance. A chacun selon sa foi.

C'est ici que l'on peut appliquer l'analogie :
"Au dehors comme en dedans."


Le corps est le reflet de l'àme, La dysharmorie règne-t-elle tout au fond de moi, elle sera alors visible aussi dans mon corps. Si je suis irrité, mon corps s'en ressentira et il me le fera savoir par la maladie. Si je ne suis pas centré, cela se verra à l'extérieur, si je manque d'allant, cela se reconnaîtra à ma poignée de main. etc.

Tous les hommes ont pris cette habitude d'accuser le monde extérieur pour tout ce qui arrive et qui ne devrait pas arriver, c'est-à-dire pour tout ce qui ne leur convient pas ! Nous y trouvons toute la gamme des coupables, des membres de la famille jusqu'au gouvernement, en prétextant les circonstances actuelles, la société, même les Illuminati et Satan que nous accusons de tous les maux puisque nous leur faisons porter la responsabilité de notre destin. Et certains choisissent même d'accuser Dieu. (144)

Cette répartition des fautes n'est plus possible à partir du moment où nous croyons aux lois cosmiques et spirituelles que nous venons d'étudier. Ces lois prouvent que tout ce qui existe et la façon dont cela existe n'est que la manifestation de causes que l'homme a lui-même provoquées. Peu importe que cela concerne un état extérieur ou intérieur, une maladie, un accident ou la situation de notre Terre avec ses habitants. C'est nous qui en sommes la cause et avons a en répondre. Maintes personnes vont rétroquer: "Mais en quoi suis-je concerné ? Je ne vis sur cette planète que depuis 30 ans !"

Une autre question que d'autres pourraient se poser: "Pourquoi ai-je été maltraité ou violé quand j'étais enfant ? Qu'ai-je fait pour cela ? En quoi l'ai-je mérité ?"

Une partie de la réponse est contenue dans la question. Vous l'avez mérité. C'est vous qui avez contribué à ce que vous nommez le coup du sort, c'est-à-dire que c'est vous qui avez provoqué un jour cette cause dont vous ne vous souvenez plus. Cette cause peut remonter à la prime enfance, à la phase prénatale ou à une vie antérieure. Ce n'est pas parce que vous ne vous en souvenez pas que vous n'avez pas eu d'autres vies. La Terre était déjà ronde bien avant que nous en ayons les preuves ! A l'époque, il y avait déjà des scientifiques et des spécialistes qui affirmaient que la Terre était plate et punissaient même ceux dont les opinions étaient divergentes.

La difficulté réside dans le fait que la plupart des hommes ne se souviennent plus de leurs vies antérieures où ils ont accompli des actes dont ils subissent maintenant les effets.
L'IGNORANCE, CEPENDANT, NE NOUS MET PAS A L'ABRI DES CONSEQUENCES DE NOS ACTES PASSES!
IL EST TEMPS DE S'EN RENDRE COMPTE!


4. La loi de la réincarnation

Les chrétiens parmi vont vous dire que la doctrine de la réincarnation n'existe pas dans l'enseignement de l'Eglise. Ils ont raison, la doctrine de la réincarnation n'est plus contenue AUJOURD'HUI dans la Bible. Je vais vous dire pourquoi !

En l'an 553 apr. J.-C., l'empereur romain Justinien (remarquez bien que ce n'étaient pas les éminences ecclésiales !) convoqua le deuxième synode de Constantinople où fut rendu un édit qui supprima la doctrine de la réincarnation, bien que Jésus ait attaché à cette doctrine une grande importance. Suite à ce décret, tout ce qui faisait allusion à une préexistence disparut de la Bible, à l'exception de quelques indications à peine reconnaissables. C'est ainsi qu'on priva les premiers chrétiens du fondement le plus important de leur religion. Le clergé enseigna, pour compenser, la résurrection "de la chair au dernier jour". Quel beau troc !

Je prie les chrétiens fidèles à la Bible de se donner la peine de vérifier par EUX-MEMES ce que j'ai rapporté à propos du concile de Constantinople. Si vous vous plongez dans cette étude, efforcez-vous alors d'examiner aussi le concile de Nicée en 375 apr. J.-C. La vérité sera, peut-être, dure à entendre mais vous y trouverez les preuves que le Nouveau Testament a été modifié de façon drastique tant dans sa conception que par rapport à l'enseignement originel de Jésus. (144 A)

Considérons de plus près le sujet de la réincarnation. Nous avons déjà constaté au début de ce chapitre que nous vivons dans la matière qui est, elle-même, soumise à la loi de polaité et que le rythme et l'oscillation qui sont la base de toute vie naissant du changement constant entre deux pôles. Les "Sages de Kybalion" savaient déjà que rien n'est "au repos", que tout est en mouvement, que tout n'est que vibration, ce qui est confirmé par la physique moderne. L'aiguille d'une pendule qui oscille à droite oscillera avec la même amplitude à gauche. Ce rythme, nous le retrouvons partout : dans l'inspir qui succède inéluctablement à l'expir, de même que l'état de veille succède au sommeil et que l'hiver est suivi par l'été, que le lever alterne avec le coucher du soleil... Nous retrouvons deux pôles dans l'électricité et le magnétisme, deux énergies chez les humains, féminine et masculine. De même, la mort succède à la vie et la vie succède à la mort. Comme vous le voyez, ce rythme est partout présent dans la vie mais certains qui n'ont foi que dans la religion ou d'autres qui ne croient que dans la science se refusent à ce que ces lois puissent s'appliquer à la vie. Y voyez-vous la contradiction ?

Dethlefsen l'esprime ainsi : "De tout temps, on a appelé ce changement rythmique de l'âme à travers la vie et la mort transmigration de l'âme ou réincarnation. Platon et Goethe le savaient. Je dis bien qu'ils le "savaient" non qu'ils le "croyaient", car il s'agit d'une connaissance, non d'une croyance. Libre à chacun de ne pas y croire mais qu'il réalise que l'hypothèse "sans" réincarnation touche à l'absurde, car seule la doctrine de la réincarnation est en harmonie avec toutes les lois de l'Univers." ("Schicksal als Chance", p. 200 et suiv.) (145)

Il y a, c'est étonnant, beaucoup de personnes qui se souviennent de leur vie antérieure. tout au moins en partie. Vous êtes, peut-être, de ceux-la ? Ne vous êtes-vous pas déjà trouvés dans un lieu que vous reconnaissiez sans y avoir jamais été auparavant... Ce petit magasin au coin de la rue vous rappelle... Une telle experience relève du "savoir", vous savez et vous n'avez donc plus besoin de "croire".

La vie dans la matière est soumise à la polarité. La vie elle-même est divisée en deux mondes, celui de ce côté-ci et celui de l'au-delà. Nous mourrons dans ce monde, nous naissons dans l'autre que nous expérimentons aussi comme réel. Nous mourrons dans cet autre monde pour naître en ce monde. Que celui qui peut se détacher de la subjectivité des apparences réalise que naissance et mort, ce monde-ci et l'autre, ne sont finalement que les deux côtés de la même médaille.

Il se passe la même chose avec le sommeil quand le corps de l'àme quitte le corps physique. Dans ce que nous appelons un rêve, nous expérimentons une toute autre réalité qui a, elle aussi, ses douleurs, ses tristesses, ses peurs ses joies... Certains se souviennent très précisément de leurs rêves alors que d'autres affirment qu'ils ne rêvent jamais. Le souvenir est absent, ils ont cependant rêvé, ce qu'on peut, de nos jours, prouver techniquement. Nous sommes contents de nous réveiller, nous le sommes souvent autant de nous endormir, car nous savons qu'après un bon sommeil, nous serons frais et dispos. On ne peut pas dire qu'il soit positif ou négatif d'être éveillé ou de dormir. Cela ne peut se rattacher à aucun système de valeur.

Transposons ceci à la mort, cela signifie que toute peur de la mort est superflue, car il se passe la même chose que pour le sommeil. Seulement le laps de temps est trop important pour que nous puissions le concevoir. La mort est donc le point culminant de la vie, nous pouvons nous reposer après la mort, avant de nous précipiter dans une autre aventure d'une vie avec un corps".

Si vous n'avez aucun souvenir, questionnez donc une personne qui a eu une "NDE" (Near Death expérience, expérience de mort clinique) et laissez-la parler de sa façon de considérer la mort. Vous constaterez que plus de 90% des personnes ont eu une expérience positive (agréable) qui leur a enlevé toute peur, car cette expérience personnelle leur a donné la possibilité de savoir.

Le développement de notre âme est un long processus d'apprentissage et de réalisation pour lequel beaucoup, voire même d'innombrables corps sont nécessaires. Notre vrai Moi n'est pas le corps physique, c'est notre âme appelée corps énergétique ou corps de lumière qui possède tous nos souvenirs et qui est impérissable. C'est ce corps énergétique (l'aura) que voit le clairvoyant, d'où il tire ses informations.

Ce processus d'apprentissage vise à ce que nous fassions l'expérience de la vie dans sa globalité, c'est un long chemin avec beaucoup d'erreurs et de rectifications. Les incarnations sont comparables aux classes d'une école, chacune avec ses devoirs, ses problèmes, ces tests, ses difficultés, ses succès. A ce temps d'études succède un temps de vacances où l'on doit parfois rattraper ses lacunes et les connaissances mal assimilées, avant de passer dans la classe supérieure. Notre acquis déterminera la classe où nous nous retrouverons. Si nous n'avons rien appis, nous devrons redoubler. Si nous avons assimilé les leçons, nous passerons dans la classe supérieure où nous attendent de nouveaux examens plus difficiles. La vie a une patience infinie avec nous (contrairement à l'école !). Les âmes ont toujours et sans cesse des possibilités pour apprendre ce qu'elles ne savent pas encore.

En réponse à la question soulevée ci-dessus sur le pourquoi de ce qui nous arrive (pourquoi suis-je né handicapé, pourquoi ai-je été violé ?), Dethlefsen répond :

"Vivre c'est apprendre, indépendamment du fait qu'on l'accepte ou non. La vie, selon les lois que nous avons vues, veille avec une justesse absolue à ce que chacun apprenne exactement ce qu'il est plus ou moins prêt à accepter ou alors ce à quoi il s'oppose avec force. Il y aurait parfois de quoi douter du sens de la vie sans l'arrière-plan de la réincarnation. Il est évident que les hommes ne partent pas avec les mêmes avantages dans la vie. Ce n'est pas la faute de la société. Qu'on se place d'un point de vue religieux ou athée, il est difficile d'expliquer à quelqu'un pourquoi précisément lui "dans le meilleur des mondes" est né sourd, paralysé, estropié ou débile sans lui parler de réincarnation. Dire que "les voies de Dieu sont impénétrables" n'aide pas la personne à trouver un sens à sa vie. Et l'homme ne peut vivre sa vie sans en donner un sns, sinon, c'est insupportable. Trouver un sens à la vie est un besoin fondamental. Ce n'est que lorsque l'homme est prêt à ne plus vouloir que cette vie soit unique et à reconnaître qu'elle est un maillon d'une longue chaîne qu'il apprendra à saisir le sens et la justesse su "destin". De fait, le destin d'une vie est le résultat du processus d'apprentissage de tout ce qu'on a appris jusqu'alors." ("Schicksal als Chance", p. 204) (146)

5. La loi de compensation.

Pour rendre tout cela encore plus compréhensible, introduisons deux nouveaux concepts : ceux du karma et du dharma. La loi du karma (en sankrit : ce qui a été créé, l'acte) est la loi de compensation qui veille à ce que l'homme soit confronté à son problème tant qu'il ne l'a pas résolu. Là, chaque pensée, chaque sentiment ou chaque action sont immortels et nous reviennent tel un boomerang. Le karma exige de l'homme qu'il assume l'entière responsabilité de son destin. La plupart, à notre époque, le refusent, c'est évident. Le rejet de la réincarnation est très compréhensible ; les Illuminati, entre autres, ont instauré et répandu avec force déploiement des théories qui paraissent parfaites, qui s'appuient sur la science, les religions occidentales, se réfèrent à des travaux universitaires mais privent l'homme de sa propre responsabilité et jettent la faute sur la société, sur les agents pathogènes, sur l'influence de Satan ou sur le hasard malencontreux.

Par la loi de compensation, on reçoit en retour ce qu'on a généré. Quiconque a usé de violence la recevra en retour dans la même vie ou dans une vie suivante. Un Adolf Hitler, un Joseph Staline ou Gengis Khan épuiseront leur karma comme tout autre humain sur cette planète.

Le bouddhisme, par contre, désigne le dharma comme étant toutes les expériences constructives et plutôt agréables accumulées dans de nombreuses vies antérieures qui contrebalancent le karma. Le dharma, ce sont les facultés, les talents avec lesquels nous naissons pour assumer notre vie. Le dharma est toujous un peu plus imponant que le karma pour nous permettre d'en finir avec nos dettes karmiques. Un suicide est donc une fuite devant la tàche que nous avons choisi d'ccomplir dans cette vie avant de nous réincarner. Nous retrouverons cette même tàche dans une autre vie. Personne n'échappera à ce processus. Chacun doit assumer les conséquences de ses actes, ni plus ni moins.

Celui qui voit l'aura (le corps lumineux qui entoure le corps physique) peut voir le karma et le dharma. Il ne voit pas forcément l'avenir mais le vécu actuel de la personne, les actes qu'elle a posés et peut lui prédire les conséquences qui en découleront si elle ne change rien en elle. Le destin est modifiable. Absolument. Le rapport entre karma et dharma se modifie si nous posons des actes qui vont dans un sens constructif, vers plus d'amour.

Imaginons : Un homme a travaillé dans un camp de concentration dans une vie antérieure où, par idéologie, il a tué des handicapés. Cet acte va conditionner son karma. Supposons que cette âme habite maintenant un nouveau corps, dans un autre pays, à une époque différente. Un jour, il consulte une clairvoyante ; celle-ci voit les actes qu'il a commis dans sa dernière vie et lui prédit donc un lourd destin, peut-être même dans un fauteuil roulant. C'est ce qui risque d'arriver s'il continue à vivre comme avant. Mais voilà qu'il décide, en toute conscience, de s'acquitter de ce qu'il a commi et accepe de travailler dans un foyer d'handicapés. Cette décision de passer sa vie à faire du bien dans un amour désintéressé va l'aider lui-même et aidera aussi, bien sûr, les handicapés. Ou alors il décide, en conscience, de modifier fondamentalement sa façon de penser et d'agir. Son destin sera modifié par ses nouvelles décisions.

Selon la loi de la réincarnation, on renaît dans de multiples corps qui sont, chaque fois, parfaitement adaptés pour nous permettre de surmonter les épreuves spécifiques qui sont notre lot. Nous sommes tantôt incarnés chez les Noirs, les Juifs, chez les chrétiens, les satanistes, tantôt dans des familles riches ou pauvres, dans un corps soit de femme, d'homme ou d'homosexuel, voire même comme meurtrier, victime, etc. afin de vivre toutes les expériences que la vie offre. Quel non-sens de juger quelqu'un sur sa couleur de peau, sa croyance ou son origine puisque chacun de nous a passé ou passera, an moins une fois, par toutes ces différentes expériences.

Vous voyez que, d'après la doctrine de la réincarnation, porter un jugement, haïr son prochain ou ourdir des guerres est absolument débile. Si j'ai été marchand d'esclaves dans dans une vie, un jour, je devrai accepter de jouer le rôle d'esclave pour comprendre ce que ressentaient mes esclaves lorsque moi, je les battais avec mon fouet. La loi de la réincarnation est absolument équitable, c'est le seul pincipe d'une logique et d'une justesse parfaite. Un boomerang revient avec la même force avec laquelle il a élu lancé. Si je me mets à crier dans une forêt, j'entendrai l'écho de mon cri qui me reviendra exactement avec la même intensité. Suis-je brutal, il me sera donné de subir, à mon tour, cette brutalité. Suis-je avare, vivant aux crochets des autres en gardant egoïstement ce que j'ai pour moi, je ferai alors l'expérience d'une vie où l'argent me manquera. Ai-je soufflé à des hommes leur femme, je saurai plus tard ce qu'il cri coûte d'être trompé. Toutes les occasions nous sont données pour vivre avec la même intensité ce que nous avons infligé aux autres.

Nous retrouvons partout dans la nature cetfe loi de la compensation, en physique, en chimie, autour de nous, dans notre corps. Si par exemple je fais absorber de fortes toxines à mon corps (avec des drogues, avec de l'alcool ou du tabac), il réagit en conséquence. Et moi seul suis responsable de ce que je lui fais ingérer. Si je me mets en devoir de mener une vie constructive, en reconnaissant que l'amour et la bonté sont des lois supérieures, je serai payé en retour. C'est la raison pour laquelle il est dit qu'on reconnaît les hommes à leurs fruits.

Examinez donc maintenant votre propre système de croyance. Vos croyances, votre sentiment religieux et votre réalité reposent-il sur une expérience personnelle ou ne faites-vous que reproduire l'opinion des autres ou l'esprit de l'époque ?

N'avez-vous jamais eu une expérience personnelle décisive, une vision (étant enfant, peut-être), n'avez-vous jamais entendu des vois, rêvé de ce qui allait vous arriver plus tard ou de votre passé, n'avez-vous jamais fait une expérience de mort clinique (NDE), un voyage astral, n'avez-vous jamais eu un pressentiment, vécu une guérison spontanée, n'avez-vous jamais communiqué par télépathie, n'avez-vous jamais vu, enfant, des esprits de la nature (évidemment sans l'aide de drogues ou d'autres moyens) ?

Si oui, vous auriez une bonne raison pour en tenir compte dans ce que vous entreprenez. La plupart des hommes n'ont aucune expérience personnelle mais ils ne s'investissent pas non plus pour vérifier si ce qu'ils croient est exact et s'il est bon qu'ils gardent leurs croyances.

L'adage "Il n'est jamais trop tard" s'applique bien à ces personnes. Testez vos croyances, êtus-vous sûrs qu'elles vous aident ? Si vous obtenez confirmation de votre système de croyances, je vous en félicite, car dès lors vous posséderez un savoir et non plus une croyance.

Si, au contraire, vous vous heurtez à des contradictions, vous saurez plus de choses, notamment ce que vous ne voulez plus vivre. Ceci vous permettra d'ètre ouverts à des idées nouvelles. Peu importe la façon dont vous procédez, agissez en conséquence. La pire des choses est de ne rien faire du tout.

Si votre intérêt pour les vies antérieures s'est éveillé, la bibliographie mentionne quelques bons livres d'introduction sur ce sujet. Il y a différentes méthodes qui font resurgir les souvenirs enfouis mais prudence oblige ! L'hypnose est déconseillée, elle est une intrusion forcée dans la vie. Il est préférable de faire une régression dans une vie antérieure en étant totalement conscient. Encore vous faut-il être clair sur votre motivation. Est-ce de la pure curiosité ? Ou avez-vous une très bonne raison pour aller regarder dans votre passé ? Il ne faut rien forcer. Pour la plupart d'entre nous, il est préférable de ne pas connaître notre passé, cela pourrait nous créer des blocages et nous empêcher de prendre certaines décisions. La nature "fait bien" les choses en créant précisément ce "mécanisme de l'oubli". Si nous nous souvenions de nos centaines, voire même de nos milliers de vies et des morts correspondantes, nous aurions de la difficulté à vivre consciemment cette vie-ci et à en saisir toutes les opportunités pour évoluer.

Si à la suite d'un handicap, d'une grave maladie, vous voulez en connaître l'origine (ou bien si vous avez un autre motif qui est, à vos yeux, assez valable pour faire cette démarche), vous avez la possibilité de faire une régression consciente ou, ce qui, à mon avis est préférable, vous pouvez prier en demandant avec foi une réponse : "demandez et vous recevrez" ; si cela est bon pour vous, vous aurez votre réponse. Demandez ce qu'il y a de mieux pour vous et vous verrez ce qui se passera. cela correspond à ce que disent les chrétiens : "Que ta volonté soit faite". Pour beaucoup de personnes, il est certainement préférable qu'elles ne connaissent pas l'origine de leurs maux, elles pourraient en être perturbées, ce qui rendrait leur vie encore plus difficile, car :
"Tous les hommes ne sont pas forcément
capables d'entendre la pure vérité."


Mais il se peut qu'un clairvoyant se trouve "sur votre chemin" et qu'il vous raconte spontanément et tout naturellement ce qu'il voit par lui-même. Cette méthode a fait ses preuves des millions de fois et elle est sans danger.

Si vous devez vous souvenir un jour de vos vies, comme c'est le cas pour noi et pour quantité d'autres personnes, vous saisissez le fil conducteur qui les relie, vous saurez pourquoi vous avez choisi de vivre sur cette planète, dans ce siècle, dans cette famille, dans ces circonstances-là, avec ce corps et tel prénom.

Redisons-le encore une fois. Qu'importe de connaître ses vies ! Vivons dans l'amour, la vérité et la justice chaque instant de notre vie, c'est ce que nous pouvons faire de mieux pour compenser le mal que nous avons pu causer.

Si une personne a déjà payé une grande partie de son karma et vit positivement, qu'elle fasse attention à ne pas se laisser entraîner dans une autre direction. En Utilisant au maximum les vertus qu'elle possède, elle accélérera le processus qui la libérera de la "roue de la renaissance".

Comme vous le voyez, il n'est pas toujours important de connaître son passé. Quel qu'il soit, c'est le présent qui est décisif. Ce qui nous fait évoluer aujourd'hui, c'est d'appliquer cette loi supérieure et bien connue de l'amour désinterressé, de vivre en vérité, d'être un homme juste en maintenant un équilibre entre la raison et l'affectivité.

Certains vont se sentir désorientés en se demandant comment ils vont pouvoir s'y prendre. Un savoir ancestral apporte une réponse parfaitement adéqute :LA REGLE D'OR !

"Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fît !"

Dans le christianisme :
"Fais d'abord aux autres ce que tu voudrais qu'ils te fassent."

Dans le judaïsme :
"N'inflige pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'ils t'infligent."

Dans l'islam :
"Celui qui ne témoigne pas à son frère ce qu'il aimerait qu'on lui témoigne à lui n'est pas un vrai croyant."

Dans l'hindouisme :
"N'impose pas à ton voisin ce que tu ne voudrais pas avoir à supporter de lui."

Dans le bouddhisme :
"Témoigne aux autres du même amour, de la même bonté et de la même miséricorde dont tu aimerais être l'objet."

Dans le jaïnisme :
"Nous devrions traiter les autres comme nous-mêmes, qu'ils soient dans la joie et le bonheur ou la douleur et la peine."

Dans le parsisme :
"Celui qui n'impose pas aux autres ce qui n'est pas bon pour lui, celui-là seul est noble et lumineux."

Dans le confucianisme :
"Conduis-toi envers les autres comme tu aimerais qu'ils se conduisent envers toi-même."

Dans le taoïsme :
"Considère le bonheur et la peine de ton prochain comme s'ils étaient liens et efforce-toi de contribuer à son bien comme au tien."

Désireriez-vous qu'on vous mente, qu'on vous vole ou qu'on vous insulte ? Non ? Alors n'agissez pas ainsi envers vos semblables. Combien de petits mensonges nous viennent à la bouche quotidiennement ! Soyons honnêtes, reconnaissons-le !

Autrement dit : Si vous vous réjouissez qu'on vous fasse un cadeau, qu'on vienne vers vous, commencez par agir de même avec les autres et vous verrez que votre vie changera peu à peu. Si vous n'en avez pas le courage au début, visualisez-vous en traîn d'accomplir ces actes. Beaucoup de choses changeront dans votre vie. La visualisation créatrice peut vous être d'une très grande aide !

Qu'on soit musulman, chrétien, témoin du Jéhovah ou athée, il est possible de vivre dans l'amour. L'amour désintéressé n'a pas de préjugés, il n'est pas rattaché à une organisation, une Eglise ou race. A la portée de tout un chacun, il est, de plus, gratuit. Certes, ce n'est pas facile au début, j'en suis conscient. Mais la plupart réussiront bien à manifester cet amour désintéressé au moins quelques minutes par jour au début. Vous savez bien que "l'apprenti fait le maître".


On ne peut mesurer l'amour avec des intruments, vous le savez bien. Il n'est pas prouvable mais il n'en est pas moins réel pour autant. Il serait absurde d'affirmer que l'amour n'existe pas parce qu'on ne peut pas le prouver. Celui qui connaît l'amour, sait qu'il existe et n'a nul besoin de preuves. C'est pareil pour la réincarnation. Il serait absurde de la nier ; des centaines de milliers d'êtres humains en ce monde ont eu une expérience de la mort (NDE), des souvenirs spontanés, etc. qui sont, pour eux, autant de preuves irréfutables. Il est très probable qu'on arrivera un jour à prouver scientifiquement que la réincarnation existe mais elle n'en existe pas moins depuis le commencement.

(141) Papus : "Les fondements de la science de l'occulte"
GEO-Wissen, "Chaos und Krativität" Nr. 2 1990
(142) Dethlefsen, Thorwald : "Schicksal als Chance", p. 32
Goldmann-Verlag ISBN 3-442-11723-2
(143) Dethlefsen, Thorwald : "Schicksal als Chance", p. 32
(144) Dethlefsen, Thorwald : "Schicksal als Chance", p. 77
(144A) Steinpach, Richard :
"Verborgene Zusammenhänge bestimmen unser Erdenleben
Menschwerdung im Gesetz der Wiedergeburt"
Verlag der Stiftung Gralsbotschaft, Stuttgart
ISBN 3-87860-149-2, p. 20 et suiv.
William Bramley : "Die Götter von Eden", p. 158 - 161
Baigent, Leigh, Lincoln : "Der heilige Gral und seine Erben", p. 349 et suiv.
Passian, Rudolf : "Wiedergeburt", p. 104 et suiv.
Droemersche Verlagsanstalt, München
Sträuli, Robert : "Origines der Diamantene"
ABZ-Verlag Zürich
(145) Dethlefsen, Thorwald : "Schicksal als Chance", p. 200 - 201
(146) Dethlefsen, Thorwald : "Schicksal als Chance", p. 204 - 205

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Société Secrete