Alerte Pub

De nouvelles conditions d'hebergements nous oblige a intégrer de la publicité.


Pour ne plus voir les pubs s'afficher sur ce blog et ailleurs (youtube, allociné, facebook, etc…), installer en 2 clics dans votre navigateur (Firefox, Explorer, Chrome, Safari, Opera et Android) ADBLOCK PLUS l'outil indispensable pour rendre invisibles les pages de pub sur internet. https://adblockplus.org/fr/

2006/2014

 


facebouc-copie-1.jpg

 

 

Killu Minatis

 

polis-pirate-2

 

Alpha 5.20

Killuminati

 


A 

   Kery James

Avec le coeur

et la raison

                                                                                                                                                                                                          

Recommander

Recherche

Images aléatoires

Texte Libre

Syndication

  • Flux RSS des articles

Nouvel Ordre Mondial

 

1ere partie : 

 

 

2eme partie :

 

                                                                                                                                                                                                                                                                            
BILDERBERG 2014 : Liste des participants à la conférence Bilderberg 2014
 
Afin de Peut ètre contrecarrer l'aspect secret, de la conférence, qui est la critique habituelle d'Alex Jones et d'autres qui se rassemblent autour du lieu de rencontre du groupe de Bilderberg et qui tentent d'identifier les Invités de marque qui arrivent en limousine, l'organisation donne la Liste des Invités de sa réunion annuelle. 
Elle se tiendra à Copenhague, au Danemark, le 29 mai au 1 Juin 2014 

Bien sur, sans Aucun Doute, il y a Ceux Qui pretendent qu'il y aura des participants à la réunion qui n'apparaissent pas sur la Liste,
 
Ce qui aide encore plus, c’est l’agenda publié par le groupe lui-même:
 
- Est-ce que la reprise économique est durable?
- Qui va payer pour la démographie?
- La vie privée existe-t-elle?
- Qu’y a t-il de spécial dans les relations de partage de renseignements?
- Gros changements dans la technologie et les métiers
- Le futur de la démocratie et le piège de la classe moyenne
- Perspectives politiques et économiques de la Chine
- La nouvelle architecture du Moyen-Orient
- Ukraine
- La suite pour l’Europe?
- Événements du moment
 
Bilderberg Meetings
Copenhague, Danemark 29 Mai – 1er Juin 2014
Liste actuelle des participants:

Président:

FRA Castries, Henri de Chairman and CEO, AXA Group
DEU Achleitner, Paul M. Chairman of the Supervisory Board, Deutsche Bank AG
DEU Ackermann, Josef Former CEO, Deutsche Bank AG
GBR Agius, Marcus Non-Executive Chairman, PA Consulting Group
FIN Alahuhta, Matti Member of the Board, KONE; Chairman, Aalto University Foundation
GBR Alexander, Helen Chairman, UBM plc
USA Alexander, Keith B. Former Commander, U.S. Cyber Command; Former Director, National Security Agency
USA Altman, Roger C. Executive Chairman, Evercore
FIN Apunen, Matti Director, Finnish Business and Policy Forum EVA
DEU Asmussen, Jörg State Secretary of Labour and Social Affairs
HUN Bajnai, Gordon Former Prime Minister; Party Leader, Together 2014
GBR Balls, Edward M. Shadow Chancellor of the Exchequer
PRT Balsemão, Francisco Pinto Chairman, Impresa SGPS
FRA Baroin, François Member of Parliament (UMP); Mayor of Troyes
FRA Baverez, Nicolas Partner, Gibson, Dunn & Crutcher LLP
USA Berggruen, Nicolas Chairman, Berggruen Institute on Governance
ITA Bernabè, Franco Chairman, FB Group SRL
DNK Besenbacher, Flemming Chairman, The Carlsberg Group
NLD Beurden, Ben van CEO, Royal Dutch Shell plc
SWE Bildt, Carl Minister for Foreign Affairs
NOR Brandtzæg, Svein Richard President and CEO, Norsk Hydro ASA
INT Breedlove, Philip M. Supreme Allied Commander Europe
AUT Bronner, Oscar Publisher, Der STANDARD Verlagsgesellschaft m.b.H.
SWE Buskhe, Håkan President and CEO, Saab AB
TUR Çandar, Cengiz Senior Columnist, Al Monitor and Radikal
ESP Cebrián, Juan Luis Executive Chairman, Grupo PRISA
FRA Chalendar, Pierre-André de Chairman and CEO, Saint-Gobain
CAN Clark, W. Edmund Group President and CEO, TD Bank Group
INT Coeuré, Benoît Member of the Executive Board, European Central Bank
IRL Coveney, Simon Minister for Agriculture, Food and the Marine
GBR Cowper-Coles, Sherard Senior Adviser to the Group Chairman and Group CEO, HSBC Holdings plc
BEL Davignon, Etienne Minister of State (ancien président du Bilderberg Group)
USA Donilon, Thomas E. Senior Partner, O’Melveny and Myers; Former U.S. National Security Advisor
DEU Döpfner, Mathias CEO, Axel Springer SE
GBR Dudley, Robert Group Chief Executive, BP plc
FIN Ehrnrooth, Henrik Chairman, Caverion Corporation, Otava and Pöyry PLC
ITA Elkann, John Chairman, Fiat S.p.A.
DEU Enders, Thomas CEO, Airbus Group
DNK Federspiel, Ulrik Executive Vice President, Haldor Topsøe A/S
USA Feldstein, Martin S. Professor of Economics, Harvard University; President Emeritus, NBER
CAN Ferguson, Brian President and CEO, Cenovus Energy Inc.
GBR Flint, Douglas J. Group Chairman, HSBC Holdings plc
ESP García-Margallo, José Manuel Minister of Foreign Affairs and Cooperation
USA Gfoeller, Michael Independent Consultant
TUR Göle, Nilüfer Professor of Sociology, École des Hautes Études en Sciences Sociales
USA Greenberg, Evan G. Chairman and CEO, ACE Group
GBR Greening, Justine Secretary of State for International Development
NLD Halberstadt, Victor Professor of Economics, Leiden University
USA Hockfield, Susan President Emerita, Massachusetts Institute of Technology
NOR Høegh, Leif O. Chairman, Höegh Autoliners AS
NOR Høegh, Westye Senior Advisor, Höegh Autoliners AS
USA Hoffman, Reid Co-Founder and Executive Chairman, LinkedIn
CHN Huang, Yiping Professor of Economics, National School of Development, Peking University
USA Jackson, Shirley Ann President, Rensselaer Polytechnic Institute
USA Jacobs, Kenneth M. Chairman and CEO, Lazard
USA Johnson, James A. Chairman, Johnson Capital Partners
USA Karp, Alex CEO, Palantir Technologies
USA Katz, Bruce J. Vice President and Co-Director, Metropolitan Policy Program, The Brookings Institution
CAN Kenney, Jason T. Minister of Employment and Social Development
GBR Kerr, John Deputy Chairman, Scottish Power
USA Kissinger, Henry A. Chairman, Kissinger Associates, Inc.
USA Kleinfeld, Klaus Chairman and CEO, Alcoa
TUR Koç, Mustafa Chairman, Koç Holding A.S.
DNK Kragh, Steffen President and CEO, Egmont
USA Kravis, Henry R. Co-Chairman and Co-CEO, Kohlberg Kravis Roberts & Co.
USA Kravis, Marie-Josée Senior Fellow and Vice Chair, Hudson Institute
CHE Kudelski, André Chairman and CEO, Kudelski Group
INT Lagarde, Christine Managing Director, International Monetary Fund
BEL Leysen, Thomas Chairman of the Board of Directors, KBC Group
USA Li, Cheng Director, John L.Thornton China Center,The Brookings Institution
SWE Lifvendahl, Tove Political Editor in Chief, Svenska Dagbladet
CHN Liu, He Minister, Office of the Central Leading Group on Financial and Economic Affairs
PRT Macedo, Paulo Minister of Health
FRA Macron, Emmanuel
, né le 21 décembre 1977 à Amiens, est un banquier d'affaires, haut fonctionnaire et homme politique français.Affecté en 2004, après sa scolarité à l'École nationale d'administration (ENA), à l'Inspection générale des Finances, il poursuit sa carrière en tant que banquier d'affaires chez Rothschild & Cie de 2008 à 2012, puis occupe de mai 2012 à juin 2014 les fonctions de secrétaire général adjoint de la présidence de la République3.Depuis le 26 août 2014, il est le ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique dans le gouvernement Manuel Valls II.
ITA Maggioni, Monica Editor-in-Chief, Rainews24, RAI TV
GBR Mandelson, Peter Chairman, Global Counsel LLP
USA McAfee, Andrew Principal Research Scientist, Massachusetts Institute of Technology
PRT Medeiros, Inês de Member of Parliament, Socialist Party
GBR Micklethwait, John Editor-in-Chief, The Economist
GRC Mitsotaki, Alexandra Chair, ActionAid Hellas
ITA Monti, Mario Senator-for-life; President, Bocconi University
USA Mundie, Craig J. Senior Advisor to the CEO, Microsoft Corporation
CAN Munroe-Blum, Heather Professor of Medicine and Principal (President) Emerita, McGill University
USA Murray, Charles A. W.H. Brady Scholar, American Enterprise Institute for Public Policy Research
NLD Netherlands, H.R.H. Princess Beatrix of the
ESP Nin Génova, Juan María Deputy Chairman and CEO, CaixaBank
FRA Nougayrède, Natalie Director and Executive Editor, Le Monde
DNK Olesen, Søren-Peter Professor; Member of the Board of Directors, The Carlsberg Foundation
FIN Ollila, Jorma Chairman, Royal Dutch Shell, plc; Chairman, Outokumpu Plc
TUR Oran, Umut Deputy Chairman, Republican People’s Party (CHP)
GBR Osborne, George Chancellor of the Exchequer
FRA Pellerin, Fleur State Secretary for Foreign Trade
USA Perle, Richard N. Resident Fellow, American Enterprise Institute
USA Petraeus, David H. Chairman, KKR Global Institute
CAN Poloz, Stephen S. Governor, Bank of Canada
INT Rasmussen, Anders Fogh Secretary General, NATO
DNK Rasmussen, Jørgen Huno Chairman of the Board of Trustees, The Lundbeck Foundation
INT Reding, Viviane Vice President and Commissioner for Justice, Fundamental Rights and Citizenship, European Commission
USA Reed, Kasim Mayor of Atlanta
CAN Reisman, Heather M. Chair and CEO, Indigo Books & Music Inc.
NOR Reiten, Eivind Chairman, Klaveness Marine Holding AS
DEU Röttgen, Norbert Chairman, Foreign Affairs Committee, German Bundestag
USA Rubin, Robert E. Co-Chair, Council on Foreign Relations; Former Secretary of the Treasury
USA Rumer, Eugene Senior Associate and Director, Russia and Eurasia Program, Carnegie Endowment for International Peace
NOR Rynning-Tønnesen, Christian President and CEO, Statkraft AS
NLD Samsom, Diederik M. Parliamentary Leader PvdA (Labour Party)
GBR Sawers, John Chief, Secret Intelligence Service
NLD Scheffer, Paul J. Author; Professor of European Studies, Tilburg University
NLD Schippers, Edith Minister of Health, Welfare and Sport
USA Schmidt, Eric E. Executive Chairman, Google Inc.
AUT Scholten, Rudolf CEO, Oesterreichische Kontrollbank AG
USA Shih, Clara CEO and Founder, Hearsay Social
FIN Siilasmaa, Risto K. Chairman of the Board of Directors and Interim CEO, Nokia Corporation
ESP Spain, H.M. the Queen of
USA Spence, A. Michael Professor of Economics, New York University
FIN Stadigh, Kari President and CEO, Sampo plc
USA Summers, Lawrence H. Charles W. Eliot University Professor, Harvard University
IRL Sutherland, Peter D. Chairman, Goldman Sachs International; UN Special Representative for Migration
SWE Svanberg, Carl-Henric Chairman, Volvo AB and BP plc
TUR Taftal?, A. Ümit Member of the Board, Suna and Inan Kiraç Foundation
USA Thiel, Peter A. President, Thiel Capital
DNK Topsøe, Henrik Chairman, Haldor Topsøe A/S
GRC Tsoukalis, Loukas President, Hellenic Foundation for European and Foreign Policy
NOR Ulltveit-Moe, Jens Founder and CEO, Umoe AS
INT Üzümcü, Ahmet Director-General, Organisation for the Prohibition of Chemical Weapons
CHE Vasella, Daniel L. Honorary Chairman, Novartis International
FIN Wahlroos, Björn Chairman, Sampo plc
SWE Wallenberg, Jacob Chairman, Investor AB
SWE Wallenberg, Marcus Chairman of the Board of Directors, Skandinaviska Enskilda Banken AB
USA Warsh, Kevin M. Distinguished Visiting Fellow and Lecturer, Stanford University
GBR Wolf, Martin H. Chief Economics Commentator, The Financial Times
USA Wolfensohn, James D. Chairman and CEO, Wolfensohn and Company
NLD Zalm, Gerrit Chairman of the Managing Board, ABN-AMRO Bank N.V.
GRC Zanias, George Chairman of the Board, National Bank of Greece
USA Zoellick, Robert B. Chairman, Board of International Advisors, The Goldman Sachs Group
 

Update fevrier 2013  Dossier Estelle Mouzin: Avis aux services concernés. Ne serait il pas temps d'investiguer sur le suspect Victor F. né le 8/12/62?

avis estelle finale

 

victor F 2final

 

 

 

 

Communiqué de presse novembre 2011couverture.jpg

 

A L’ATTENTION DU SENAT

 

 

« SUR LA RECONNAISSANCE DU DROIT ET DU DEVOIR COLLECTIFS DE RESISTANCE A l’ OPPRESSION ETATIQUE EXERCEE SUR LA FAMILLE SILVA-MARQUEZ »

 

Principaux destinataires :

M. Le Président du Sénat : Jean Pierre BEL,
M. François HOLLANDE,
Mme Ségolène ROYAL,
Mme Martine AUBRY,
M. Arnaud MONTEBOURG,
M. Manuel VALLS,
M. Lionel JOSPIN,
M. Laurent FABIUS,
Mme Elisabeth GUIGOU,
M. Bertrand DELANOE,
M. François REBSAMEN, Pdt du groupe Socialiste-Europe écologie, les Verts et rattachés,
M. François ZOCCHETO, Pdt Union Centriste et Républicain,
M. Jacques MEZARD, Pdt du groupe Rassemblement Démocratique et Social Européen,
Mme Nicole BORVO, Pdte du groupe Communiste, républicain et Citoyen.
M. Jean Jacques Ayrault, Pdt du groupe Socialiste.
M. Yves COCHET, Pdt Gauche démocrate et république.
M. Yvan LACHAUD, Pdt Nouveau Centre
109 Ambassades.

Préambule
:

En vertu de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen,

La résistance à l'oppression est selon la

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789, un droit naturel, inaliénable et sacré de l'Homme.

L’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 dispose que: «  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression ". La déclaration des droits, faisant office de préambule à la constitution de 1793, faisait de cette résistance à un pouvoir arbitraire un devoir de chaque citoyen. »

Dans les déclarations suivantes, et notamment la déclaration «

girondine » du 29 mai 1793, la possibilité de résistance à l'oppression est précisée. En son article 29, il est écrit que « dans tout gouvernement libre, les hommes doivent avoir un moyen légal de résister à l'oppression et lorsque ce moyen est impuissant, l'insurrection est le plus saint des devoirs ». Cette possibilité de soulèvement est également prévue à l'article 35 de la déclaration du 24 juin 1793 : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."

D'après la lecture que l'on peut faire de ces différents textes, la résistance à l'oppression se traduit comme une opposition au gouvernement en place, qui dans ses actions ou inactions, aurait bafoué, violé, négligé les droits élémentaires et naturels du peuple, après que toutes les autres formes d'opposition légale aient été épuisées.

En le cas d’espèce, depuis l’an 2003 à ce jour, ma famille a épuisé toutes les voies de recours internes et demeure toujours en butte au déni de justice caractérisé et abus de pouvoir criminels en tous genres.

En effet, l’ensemble des plaintes au pénal classées sans suite par le Parquet en violation de la loi, recours en justice en matière civile menées jusqu’au Conseil d’Etat jugées arbitrairement rejeté, absence d’ouverture d’enquêtes judiciaire et administrative impartiales, dénonciation de Crime d’Etat non suivie d’effet ; harcèlement moral continu et manifeste relevant du fait du prince occulté alors que l‘intention fautive et coupable est largement démontrée.

Autant d’interférence autoritaire du pouvoir exécutif prenant le pas sur le judiciaire en annulant ou modifiant les décisions de justice.

Quid du bulletin d’information sur la nécessité du devoir d’ingérence contre l’état d’exception, de la Lettre ouverte aux autorités françaises et étrangères rédigée par M. Marc SILVA, ou encore du livre autobiographique « Les Piliers de la Traîtrise »  paru aux Editions la Lanterne Paris en mars 2005 - Auteur Elisabeth SILVA.

En théorie, la persévérance criminelle dans le déni de droit et l’entrave à l’exercice même de la justice sont pourtant considérés comme une atteinte fondamentale dans un Etat de droit comme la France et relève de l‘article 6§1 de la Convention européenne des droits de l‘homme. La responsabilité de l’Etat est bel et bien engagée pour faute lourde.

La déclaration de l’homme et du citoyen est visiblement bien poussiéreuse puisque la Vème République devenue tétraplégique de 2003 à nos jours en ce qui nous concerne ne respecte ni nos droits des citoyens, ni l’Etat de droit pyramidal dont les fondements reposent essentiellement sur la séparation des pouvoirs édictée par le très sage sieur Montesquieu.

Au XXI ème siècle, il ne s’agit point d’appeler à une insurrection ou un quelconque acte qui puisse être jugé subversif ou contraire à la sauvegarde des intérêts supérieurs de la nation, mais à résister collectivement et courageusement à l’oppression sous toutes ses formes, les plus insidieuses qu’elle puisse épouser et dont vous avez pris connaissance, en son temps, par l’exercice des pouvoirs qui sont conférés au Sénat.

 

Madame, Monsieur, Le Sénateur,

Le 15 août écoulé, je vous ai adressé un courrier ayant pour objet « une demande d’ouverture d’une information judiciaire » concernant l’Affaire SILVA-MARQUEZ » traitant du scandale politico judiciaire franco-américain classé SECRET DEFENSE.

Il n’est pas vain de marteler les esprits que cette affaire d’Etat SILVA/MARQUEZ est étroitement liée à l’affaire Léo BALLEY classée SECRET DEFENSE, internationalement connue et reconnue et ainsi de le placer devant leur responsabilité les têtes pensantes susceptibles de prendre la relève de cette hyper présidence actuelle sans foi ni loi, laquelle fidèle à ses manigances notoires de son prédecesseur, n’a pas dérogé à son abjecte règle d’or, entachant les lettres de noblesse de la République française au moyen de basses et sombres manœuvres.

« Les piliers de la traîtrise » ne se sont pas fait attendre pour faire connaître leur sentence, toujours abrités derrière le paravent de l’intérêt prétendument supérieur de la Nation, sous couvert de « l’anonymat » sournois, envers l’irréprochable M. Marc SILVA, soit 36 jours après l’envoi de mon précédent courrier dont vous avez été destinataires.

S’agirait-il d’une troublante coïncidence ou de représailles mafieuses en réponse à l’état de nécessité et au droit à la défense de la famille SILVA/MARQUEZ épiée et suivie à la trace par l’engeance qui nous gouverne?

Sénateurs à vous de juger !

Ce courrier destiné aux sénateurs, députés et parlementaires du groupe socialiste resté « lettre morte » ou en gestation dans le camp des futurs présidentiables, a su en revanche trouver un écho dans le rang du pouvoir en place, à savoir, la droite oligarchique chapotée par son piètre marionnettiste, toujours disposé à nous asséner le coup de grâce.

L’épée de DAMOCLES en suspension au dessus de nos têtes a été décrochée pour frapper une fois n’est pas coutume, par le truchement de la Trésorerie Générale de Nanterre, qui extraordinairement s’est réveillée d’un long sommeil quasi quinquennal, pendant lequel elle fut plongée, pour réclamer soudainement à M. Marc SILVA, ancien enquêteur de police, le remboursement indu des salaires perçus pendant la période de septembre 2003 à janvier 2004;

(pour mémoire, suite à sa radiation rétroactive et abusive des cadres de la Police Nationale en Janvier 2004),

- sous forme d’un COMMANDEMENT DE PAYER EXECUTOIRE, daté du 21 septembre 2011, dans un délai de 8 JOURS, LA SOMME DE 11 738,00 euros alors que la créance avait été ramenée par le Juge d’Exécution du T.G.I. de Nanterre conférant force exécutoire le 20 août 2007, à 1921 euros, à raison d’un versement de 17 euros mensuel sur 113 mensualités et ce en vertu du plan de surendettement, lui ayant accordé un effacement partiel des dettes.

A cet effet, vous trouverez ci-annexé, copie du courrier adressé au Juge d’Exécution du T.I de Bayonne, à savoir la demande de M. Marc SILVA, d’une ordonnance conférant force exécutoire pour suspendre les poursuites du TRESOR PUBLIC à son encontre, étayant l‘historique des faits.

Il serait de bon aloi d’intervenir avec diligence par tous moyens à votre convenance, compte tenu des pouvoirs conséquents qui vous sont désormais conférés depuis le basculement à gauche du Sénat, pour mettre en route sans plus de délais cette commission d’enquête, faire cesser les desseins machiavéliques de la machine à broyer trois vies humaines en mettant hors d’état de nuire les commanditaires et auteurs de cette cabale.

Après l’asphyxie financière remise en vigueur par l‘Etat providence, il serait grand temps de se mobiliser et de se positionner, Madame, Monsieur Le Sénateur.

L’ignorance, l’oubli, le mépris, l’angélisme et l’inertie ne rentrant pas en ligne de compte en principe dans la stratégie de défense de vos concitoyens, seules des mesures concrètes et urgentes auront raison de cette Raison d’Etat, laquelle méprise continuellement le droit et tente par tous les moyens illicites d’hypothéquer la vie de mon honorable frère, M. Marc SILVA et de sa famille constituée de ma courageuse mère, Mme Marie-José MARQUEZ et moi-même avant le passage de relais souhaitable pour la grandeur de la France au mois de mai 2012 lors des prochaines élections présidentielles.

Politique sans conscience n’est que ruine de l’âme et personne ne pourra se laver les mains du crime programmé par le pouvoir en place si l’irréparable était commis, à savoir notre élimination physique pour parler clairement comme vous l’avez saisi en répondant pour la plupart d’entre vous dés la réception et lecture du livre qui a traversé les frontières, intitulé à juste titre « les piliers de la traîtrise ».

Quel sort nous réserve désormais la machine à trahir, et quelle sera la dernière manche de ce gouvernement machiavélique à notre encontre, qui manifestement s’évertue à détruire notre famille en attentant par tous les moyens à notre santé physique et mentale depuis tant d‘années?

Ce complot ourdi depuis dix années doit impérativement cesser.

Attendu que GOUVERNER, c’est PREVOIR à tous points de vue, et PREVENIR LES DELITS ET CRIMES est une obligation , selon la loi, je vous lance un SOS, un ultime appel vital qui tient en un seul vocable :

«  AGISSEZ   »

A toutes fins utiles, et en tant que porte parole de ma famille, je rappelle que La démocratie est un système dans lequel est instauré un contrôle institutionnel des dirigeants. Que sont devenus les contre-pouvoirs

Partant de ce postulat, le peuple exerce théoriquement une influence sur les actes des dirigeants et détient le pouvoir de contrôler et d’évincer des gouvernants auxquels les citoyens ont délégué une responsabilité collective dont le système politique repose actuellement sur une oligarchie.

Par conséquent, il est bel et bien de votre responsabilité de désigner et juger les institutions régaliennes dévoyés et de mettre fin aux abus de pouvoir qui mettent en péril la vie des trois membres de notre famille.

Au-delà de la seule « résistance » à l’oppression, la question de fond concerne le « droit » de résistance à l’oppression, qui fonde les réclamations légitimes des citoyens que nous sommes.

Sa visée consiste à lutter contre les abus et privilèges, à s’opposer à l’arbitraire, aux abus de pouvoirs, au despotisme, à la tyrannie, et à rappeler à ce système de gouvernement que la cause principale des malheurs publics sont « l’ignorance, l’oubli et le mépris des droits naturels de l’homme ».

Force est de constater, à la lecture de notre tragique histoire, que les règles juridiques ont été bafouées par ceux là mêmes qui devaient les appliquer et les faire respecter.

La reconnaissance du droit de résistance à l’oppression est une adresse aux gouvernants qui exige de leur part le respect sans réserves des droits de l’homme et ces droits ne se segmentent pas en bribes de droits accordés aux uns et refusés aux autres.

Par conséquent, il est de votre devoir de revendiquer fermement face à cet Etat devenu oppresseur, le respect du droit et l‘égalité des armes devant la loi.

Le droit de résistance à l’oppression garanti par la Constitution s’entend donc comme le fondement et le prolongement de tous les autres droits de l’homme.

Vous n’êtes pas sans ignorer qu’une démocratie ne peut pas exister sans le soutien de ceux à qui elle est destinée, à savoir les citoyens, épine dorsale du pays.

Nous, famille SILVA-MARQUEZ, citoyens français, au même titre que tout autre justiciable devons non seulement avoir la jouissance des droits qu’un régime de liberté digne de ce nom assure à tout individu, mais devons être également en mesure de nous mobiliser, afin d’empêcher ce pouvoir non démocratique de nous oppresser sans discontinuer et de nous traiter en citoyen de seconde zone.

Vous n’êtes pas non plus sans connaître les moyens de s’opposer à un pouvoir qui viole l’Etat de droit faisant la force d’une démocratie : outre le droit de manifestation, de publications, possibilité pour les fonctionnaires de désobéir à des ordres manifestement contraires à la loi et de nature à compromettre gravement un intérêt public (art. 28 de la loi du 13 juillet 1983 définissant le statut général des fonctionnaires), vous détenez à ce jour le pouvoir d’ouvrir une information administrative et judiciaire.

L’autorité arbitraire en place ne respecte plus rien, forte de l’arrogance de son impunité, d’autant qu’elle dispose de pouvoirs tentaculaires (forces armées, contrôle des médias, corruption ou pressions exercées sur les personnes amenées de par leur fonction à concourir à la manifestation de la vérité et de la justice, qui lui permettent de se maintenir en place et d’empêcher le développement d’une opposition.

Nonobstant, lorsque les droits inaliénables et la vie de trois citoyens français intègres sont menacés par des mesures arbitraires d‘exception, la résistance à l’oppression devient par voie de conséquence un cas de force majeure.

La résistance à l’oppression individuel renvoie désormais à un droit aussi bien qu’à un devoir de résistance collectif à l’oppression.

In fine, je compte sur votre action concrète, à savoir d’une part,

1) - La signature de cette pétition pour mettre un terme définitif à cet harcèlement moral à l’encontre de M. Marc SILVA, ancien Brigadier de Police Nationale, affecté en son temps à l’O.C.R.B. (office central répression banditisme), radié abusivement des Cadres de la Police Nationale.

Je rappelle que la Trésorerie Générale des Hauts de Seine veut recouvrer la créance de 11 176,28 euros, à la demande du Ministère de l’Intérieur, sous forme d’un Commandement de payer sous huitaine, daté du 21 septembre 2011, assorti de menaces de poursuites, alors même que le Juge de l’Exécution du Tribunal de Grande Instance de Nanterre a effacé cette dette pour la ramener à la somme de 1921,00 euros.

Cette mesure arbitraire doit être dénoncée rapidement par vos soins. En apposant votre signature à la présente pétition, vous reconnaissez la violation des droits du citoyen français M. Marc SILVA, victime d’une machination politico judiciaire et vous vous engagez à demander l‘ouverture d‘une information judiciaire.

2) - D’autre part, cet abus de pouvoir manifeste représente une menace et un prélude d’une mort annoncée avant, pendant ou après les élections présidentielles, aussi, je réitère avec force ma demande du 15 août écoulé (à défaut de l’ouverture d’une information judiciaire difficilement envisageable puisque le garde des sceaux actuel est placé sous l‘autorité du président de la république Nicolas SARKOZY) et ce dans les plus brefs délais.

C’est pourquoi, et ce afin que nul ne l’ignore, la présente pétition assortie d’une demande d’enquête parlementaire ainsi que tous les documents annexes cités dans la présente seront transmis aux autorités françaises et étrangères.

Au vu de ma nouvelle situation de famille qui ne vous aura pas échappée, il m’apparaît impératif et vital de concevoir et mettre en œuvre une protection rapprochée spécifique déjà sollicitée par mon frère officiellement le 18 août 2003 à sa hiérarchie, et par extension à l’Etat Français et de l’étendre à mon mari, M. Pascal MISTRALI.

Le Monde et l’Histoire vous jugera à l’aune des actions que vous mènerez dans la gestion de cette affaire scandaleuse estampillée abusivement du sceau SECRET DEFENSE, en raison de l’enjeu nucléaire et de ses dérives.

Dans l’attente de vos aimables diligences, Veuillez, agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mon profond respect.

Madame Elisabeth SILVA, épouse MISTRALI

« Lu et approuvé » « Lu et approuvé » Rédactrice et Pétitionnaire principale

M. Marc SILVA Madame Marie-José MARQUEZ Fait à Mées, le 14 octobre 2011

« Lu et approuvé » Pour servir et valoir ce que de droit.

M. Pascal MISTRALI

AU NOM DES MIENs (la suite au bas de la page)

 

Update 08/2013 SCANDALE-FRANCE.ORG

 

Demande de Protection M. SILVA à F. HOLLANDE 01/2013 :

Demande protection M. SILVA à F. HOLLANDE_13-01-13

 

 

Courrier de M. SILVA Aux Ambassades 08/2013 + Courrier de la Garde des Sceaux M. de la Justice 02/2013 :

 

Courrier M. Silva 04-08-13

 

 

(la suite au bas de la page) www.scandale-france.org

 

 

 

Réseaux pédophiles - Messe noir et Snuff movie (réel meurtre d'enfants filmé) en FRANCE (Dutroux) (-18) VOSTFR

Il est inadmissible aujourd'hui, que ceux qui souffrent, ceux qui dénoncent, ceux qui crient qu'il faut les arrêter soient bâillonnés, en fuite et quittent ce pays par peur de représailles mortel.

Qui est celle que l'on appelle JUSTICE aujourd'hui ?

La JUSTICE qui s’abreuve de sang ou la JUSTICE aveugle ?

Une vague médiatique théâtrale submerge vos grands écrans en montrant des hommes de tout pouvoir, des hommes puissants, accusés de perversités diverses.

Croyez-vous que cela date d’aujourd’hui ? Vous êtes surpris ? N'y-a-t'il jamais eu personne qui a dénoncé ces personnages immondes bien avant ?

De quel coté sont les médias ? De quel coté sont les hommes ou femmes politiques que vous désignez comme possible sauveurs de ce pays ? Des personnages influents, informés, croyez-vous qu’ils ne savent rien ?

Pendant que des guignols en costume vous promettent monts et merveilles, des enfants meurent là maintenant sans que personne ne dénonce cela sur vos mêmes grands écrans.

Hommes et femmes de pouvoirs, hommes et femmes de la rue, hommes et femmes de toutes religions, il n’est plus temps de continuer à ignorer cela, il est temps de faire notre devoir, pas pour nous mais pour nos enfants d’aujourd’hui et de demain.

 

 

Info flash 08/2011  Anders Behring Breivik, « pionnier du Nouvel Ordre Mondial »

 

article-2017709-0D1F33FB00000578-704 306x512 C’est ainsi que le terroriste d’Oslo se décrit dans son manifeste à la page 1225, paragraphe : « les pionniers du Nouvel Ordre Mondial »

 

« Nous sommes parmi les pères fondateurs du nouvel ordre mondial. Les martyrs conservateurs d’aujourd’hui, à la fois démocrates et révolutionnaires, on se souviendra de nous, et on sera célébrés comme les pères fondateurs quand notre ordre mondial culturellement conservateur aura été établi d’ici 20-70 ans en Europe. »

 

« The pioneers of the new world order
We are some of the founding fathers of the new world order. The conservative martyrs of
today, both democratic and revolutionary, will be remembered and celebrated as the
founding fathers when our cultural conservative world order has been established in the
European world within 20-70 years. »

PAGE 1225

source

 

Vidéo introduction au Nouvel Ordre Mondial (Les sachantS... les sachantS... COMPRENDRONT)

 


Ultime video sur le Nouvel Ordre Mondial

Cher visiteurs, cette video de Fox News annonçant le Nouvel Ordre Mondial, le Gouvernement Mondial la Monnaie Mondiale et le Crack Finale !!  12/2009

Info Flash : C’est officiel : l’effondrement du système (économique) est imminent !
crash dees
-

Info FLASH 7/2010 : Alex Jones nous fait un un récapitulatif de notre empoisonnement Alimentaire quotidient...
-
Info FLASH 2/2010 Haiti :Traffics d'enfants et d'organes Alex Jones CNN

Nicolas Sarkozy vous souhaite officiellement un excellent  Nouvel Ordre Mondial 2010 :
Les connections illuminati
 -------------------------------------------------------------------------------
Info flash : 11/2009
Le Premier ministre Belge Herman Van Rompuy, jusqu'ici très discret sur ses ambitions européennes, le seul candidat à présenté sa vision sur l'Europe au groupe de Bilderberg, qui réunit des personnalités de l'élite mondiale de la politique et des affaires, lors d'un dîner dans un bâtiment du gouvernement belge(sic)...Résultat : 4 jours après il reçoit le poste de la Présidence Européenne !! CQFD 
Source RTBF  INFO



A peine en poste a la Présidence Européene, Herman Van Rompuy aborde déjas la Gouvernance Mondiale !! (vidéo)

----------------------------------------------------------

Le Traité de Lisbone volé ou comment s'instaure la loi fasciste en Europe

Vidéo interactive très importante pour saisir Les lois du Traité Liberticide Européen (décès de la démocratie en fin de vidéo)

Qu’est-ce qui se cache derrière eurogendfor.jpg Eurogendfor (La troupe policière de l’UE) et son droit d’occupation?

 

A propos d’armées secrètes ou de troupes d’intervention policière secrètes. Elles existent depuis longtemps dans l’UE, mais peu de gens le savent. La troupe policière de l’UE existe depuis longtemps – et elle dispose de larges pouvoirs! Actuellement, c’est une «troupe d’intervention spéciale» forte de 3000 hommes (!) sous le sigle difficile à prononcer «Eurogend­for» (European Gendarmerie Force/troupes de police européennes). Le commandement se trouve à Vincenza en Italie, loin du siège de l’UE! Ce corps de police a été créé à l’initia­tive de l’ancienne ministre de la Défense française Michèle Alliot-Marie, pour réprimer à l’avenir plus facilement les manifestations qui dégénèrent toujours à nouveau dans les villes françaises.

Le grand problème est le suivant: Eurogend­for va à l’avenir réduire au niveau européen le droit national et la souveraineté natio­nale des Etats-membres de l’UE! Un «conseil de guerre», qui se compose des ministères de la Défense et de la Sécurité des pays de l’UE participant à l’Eurogendfor et du pays concerné, décidera de l’intervention dans un Etat-membre de l’UE – voilà comment est réglementée la nouvelle troupe policière de l’UE dans le «document constitutif» dé­nommé Accord de Velsen (NL).
Cela représente pour les observateurs un droit d’occupation par l’UE. Car, si une intervention à l’intérieur d’un pays «ami», membre de l’UE, est une fois décidée, tous les bâtiments et zones occupés par des unités d’Eurogendfor, jouissent de l’immu­nité et ne sont plus accessibles pour les autorités du pays concerné.


En fait, il s’agit d’un droit d’occupation par l’UE. Mais il y a pire: l’Eurogendfor ne dispose pas seulement dans le cas particulier de compétences policières mais aussi de compétences qu’ont les ser­vices secrets et elle a le devoir de réinstaller l’ordre et le calme dans la zone d’intervention concernée en collaboration étroite avec l’armée (!). En cas de besoin, les troupes doivent avoir à disposition toutes les autorisations et tous les moyens pour remplir leur mandat. 


Eurogendfor résout divers problèmes pour les gouvernements européens. A l’avenir, ils pourront, lors de troubles sociaux ou de manifestations majeures de longue durée, utiliser des armes à feu contre leurs populations, mettre des zones entières sous quarantaine militaire et retirer les meneurs de la circulation sans avoir à engager leurs propres forces militaires ou policières qui pourraient éventuellement se solidariser avec les manifestants. L’Eurogendfor de son côté, ne pourra pas être poursuivi en justice grâce à ses autorisations exceptionnelles, civiles et militaires.


Notons que ce n’est que grâce au Traité de Lisbonne – qui n’est rien d’autre que l’ancienne «Constitution européenne» controversée sous un nouveau titre – qu’une telle situation incroyable à pu être instaurée. Grâce au jugement du Tribunal constitutionnel su­prême, les politiques allemands, qui ont soutenu ce traité douteux à la quasi-unanimité au Bundestag, auront à l’avenir le droit d’être entendus. Un homme politique allemand, ramené à la réalité, déclare lors d’un entretien privé: «On s’amusera bien au sein de l’Eurogendfor quand à l’avenir l’état d’urgence sera imposé dans les centres chauds de Bottrop ou Neukölln en Allemagne fédérale.»   


Source: Vertraulicher Schweizer Brief du 23/1/10

---------------------------------------------------------------------------------

Le Nouvel Ordre Mondial   

L'expression "le nouvel ordre mondial" désigne par définition l'alignement idéologique et politique des gouvernements et organismes mondiaux, en opposition à l'ancien ordre mondial; les choix et idées des dirigeants mondiaux d'avant les derniers grands changements, avant la dernière grande guerre par exemple. L'ordre mondial est un concept plus ou moins fixe, qui est en constant changement. L'ancien ordre mondial a déjà été nouveau, tout comme l'actuel vieillira.



Mais le nom "Nouvel Ordre Mondial", "New World Order" en anglais, ou "Novus Ordo Seclorum" en Latin, signifie bien d'avantage que l'alignement mondial actuel et apparent. Il identifie une doctrine idéologique et politique précise progressant depuis longtemps : le communisme global ou, dit autrement, l'effort pour la mise en place d'un gouvernement mondial.

Bien que le terme ne désigne pas directement une organisation reconnue, il pointe bel et bien vers le pouvoir en place, mais souvent celui qui se trouve derrière les rideaux, loin des feux de la rampe. Il s'agit de gens de tous les domaines de l'élite, qui croient en la supériorité absolue de certaines idées sur d'autres, de même qu'au droit des "plus forts" de diriger et de choisir pour tous.

De l'aveu même des individus adhérant à cette philosophie élitiste, les dirigeants doivent maintenant choisir pour le futur : choisir d'établir un ordre qui sera facile à gérer, qui sera rentable, et où bien sûr ils se réservent le pouvoir. Tous les dirigeants savent que ceci leur sera profitable, et que seul un changement majeur et radical dans la pratique de la politique sur cette planète peut empêcher cette instauration. La disparition de la dualité politique mondiale de type communisme vs capitalisme mène inévitablement vers cette globalisation et assimilation de la culture, des politiques, et pire, des idées. Certains citoyens ont d'ailleurs déjà pris position contre une petite facette de cet élitisme, la mondialisation.

Mais l'instauration d'une politique globale laisse planer des dangers encore pires que la "globalisation des marchés", surtout que contrairement à ce qui nous est montré du processus de mondialisation, il ne s'effectue pas avec les lois du libre marché capitaliste, mais plutôt avec des structures de lois de type communiste.

En d'autre terme, la mondialisation actuelle est effectuée dans le but de nous amener dans une structure où le gouvernement a le pouvoir sur les individus, plutôt que dans une structure où les individus ont le pouvoir sur le gouvernement, tel que proclamé et défendu par les Patriotes, qu'ils aient été Américains ou Québécois.

La concentration actuelle de gens au pouvoir partageant cette idéologie est particulièrement alarmante, et nous amène à réfléchir sur la véritable nature du système politique dit "démocratique". Les changements actuels dans les législations des pays pour s'uniformiser entre eux se font au détriment des droits civils et humains, alors que la globalisation augmente, en même temps que les profits et le pouvoir pour l'élite.

Presque toutes les organisations internationales ou nationales servent maintenant les intérêts d'un Nouvel Ordre Mondial. Les gouvernements nationaux eux-mêmes, l'Union Européenne, l'OTAN, le G7, le G8, le G20, le Quartet, le FMI, la Banque Mondiale, et bien sur l'ONU et ses filiales (et de nombreux autres), sont tous des outils de cette uniformisation, qui nous habituent peu à peu à une structure où un pouvoir central prend une décision, qui devient dès lors inévitablement applicable et effective sur l'entière surface du globe, sans possibilité de "recours".

Les 5% de gens détenant 95% des ressources ont des intérêts politiques bien différents des 95% de gens détenant le dernier 5% des ressources. C'est dans cette optique que désire s'instaurer le futur ordre mondial, le gouvernement global.

Autour des tables rondes du pouvoir, on en est à cette page de l'agenda depuis des siècles. Derrière les portes closes, l'élite planifie une structure qui permet et permettra, grâce à la guerre, l'inflation, le terrorisme et d'autres variables créées de toutes pièces, d'assurer les profits et le pouvoir à ses descendants. Mais à quel prix pour nous?

Bien que la quête personnelle du pouvoir est un moteur puissant pour cet établissement mondial, les groupes d'influences ont joué le rôle principal dans le choix et l'imposition des politiques de par le monde. Les plus connus, pour ne pas dire le plus notoires, sont : le groupe Bilderberg, le "Concil On Foreign Relations" (CFR), la Commission Trilatérale, le Club des 300, le Club de Rome, les "Skulls and Bones", une partie des Francs-maçons, etc.

Dans ce mélange méconnu d'influences, aussi secrètes que non pertinentes au bien-être des peuples, l'appartenance économique, politique et idéologique côtoie de façon alarmante l'appartenance sociale, philosophique, religieuse, et émotionnelle, voir sectaire, et même occulte.





Devant cette réalité de plus en plus présente, mais de moins en moins dénoncée, notre âme patriote, celle prônant la souveraineté des idées et des individus sur les gouvernements, nous appelle à dénoncer cette rapide escalade du contrôle et l'effritement des droits individuels.

Dénoncer l'avènement d'un Nouvel Ordre Mondial n'a rien de conspirationniste, même si c'est ce que les médias portant le message des élitistes tentent de nous faire croire. S'inquiéter de nos droits communs en tant que collectivité est plus que notre droit sacré, il s'agit de notre responsabilité face à ceux qui nous ont donné la vie, et face à ceux à qui nous la donnerons.

Ne laissez jamais aucun individu ou organisation vous dire le contraire.

E.Q.

La nouvelle OBAMA's CAR blindée, surnommée "The Beast" (La Bète)

















   Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
 
Barack Obama a été élu sans surprise 44e président des États-Unis, et l’enthousiasme n’avait jamais été aussi délirant pour un candidat depuis John Kennedy en 1960. Le taux de participation (65%) a été  le plus haut depuis 1908. Toute la presse occidentale « mainstream » a encensé unanimement le candidat démocrate pendant toute sa campagne, et continue aujourd’hui même. La machine de propagande, sans  précédent, a fonctionné à merveille. Le réveil promet d’être très dur pour tous les progressistes qui se sont laissé embarquer dans les contes de fées du candidat Obama.

suite

The Obama deception en vostfr
(Thanks to A. Jones)
Jones-O-Deception-finale.jpg
1/2
-
H. Kissinger affirme que la principale tache d'Obama sera de créer le nouvel ordre mondial, suggérant que le chaos se déroulant actuellement dans le monde était une opportunité plutôt qu'une crise. 

""On ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial et personne,je dis bien personne, ne pourra s’y opposer.""
 

(Nicolas Sarkozy, Vendredi 16 Janvier 2009, face au Corps Diplomatique)

 

 

 

Capturesarkonu (Modifiées (3))

 

 Le président français Nicolas Sarkozy a appelé aujourd'hui les Nations Unies à fonder un « nouvel ordre mondial », un « New Deal écologique et économique », en lui confiant notamment la tâche de mieux répartir les profits des matières premières, de la technologie et de moraliser le capitalisme financier.

 

« Dans ce monde où le sort de chacun dépend de plus en plus de celui des autres, l'ONU ne doit pas être affaiblie mais renforcée. Sa réforme pour l'adapter aux réalités du monde d'aujourd'hui est une priorité pour la France. Nous n'avons plus le temps d'attendre », a déclaré aujourd'hui Nicolas Sarkozy lors du débat de haut niveau de l'Assemblée générale.

Le président de la France a réclamé « un nouvel état d'esprit ». « C'est d'un véritable New Deal dont le monde a besoin. Un New Deal écologique et économique », a-t-il lancé.

 

Nicolas Sarkozy a appelé « tous les Etats à se réunir pour fonder le nouvel ordre mondial du XXIème siècle sur l'idée que les biens communs de l'humanité doivent être placés sous la responsabilité de l'humanité tout entière ».

A ce titre, il a défendu l'idée d'assurer « à tous les hommes l'accès aux ressources vitales, à l'eau, à l'énergie, à l'alimentation, aux médicaments et à la connaissance ».

 

A cette fin, il a lancé un « appel solennel » pour que les Nations Unies « prennent en main la question d'une plus juste répartition des profits, de la rente des matières premières et des rentes technologiques ».

De même, les Nations Unies devraient « prendre en main » « la moralisation du capitalisme financier afin de le mettre davantage au service du développement et moins à celui de la spéculation », ainsi « qu'à aller plus loin dans la lutte contre la corruption ».

 

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy a souligné « qu'il n'y aura pas de paix dans le monde si la communauté internationale fait preuve de faiblesse face à la prolifération des armements nucléaires ».

« Je pense évidemment au problème iranien. L'Iran a droit à l'énergie nucléaire à des fins civiles. Mais en laissant l'Iran se doter de l'arme nucléaire, nous ferions courir un risque inacceptable à la stabilité de la région et du monde. Nous menacerions l'existence même du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) ».

« Je veux dire au nom de la France que cette crise ne sera résolue que si la fermeté et le dialogue vont de pair », a dit Nicolas Sarkozy.

 

« Regardons le monde tel qu'il est sinon nous n'aurons aucune chance de parvenir à la rendre meilleur. Jugeons-le à l'aune de la justice. La justice c'est la nation palestinienne qui retrouve un pays, qui construit son Etat. La justice c'est un peuple israélien qui obtient le droit de vivre en sécurité. La justice c'est le peuple libanais qui recouvre pleinement sa liberté, son indépendance, sa souveraineté dans la concorde ».

 

« La justice c'est le peuple iraquien dans sa diversité qui trouve en lui-même le chemin de la réconciliation et de la démocratie. La justice c'est que l'enfant de pauvre, partout dans le monde, ait autant de chances de réussir que l'enfant de riche. La justice c'est que le pays en développement auquel on voudrait imposer des règles environnementales alors que les habitants ont à peine de quoi manger soit aidé pour les mettre en place. La justice c'est que l'on ne puisse pas exploiter les ressources d'un pays sans en payer le juste prix », a lancé le chef d'Etat français.

Prenant la parole hier devant la presse, Nicolas Sarkozy a souligné que la France faisant de la lutte contre les changements climatiques une « priorité absolue ».

« Nous voulons des décisions tout de suite, maintenant, immédiatement, parce que demain il sera trop tard. Et ce trop tard c'est deux degrés Celsius de plus, après quoi nous aurons atteint le point de non-retour », a dit le président de la France (webcast).

 

 

Source ONU : http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=14865&Cr=Sarkozy&Cr1=Assembl%E9e

 

 

http://rutube.ru/tracks/2919374.html?v=1010208b5442c5def2e683cc5b58854e

Discour entier du Président Sarkozy a l'O N U :
 

 

Extraits d'allocutions publiques de N. Sarkozy (2007-2009) nwo

 

"Les idées que la France défend vont pouvoir s'imposer dans la recherche d'un nouvel ordre mondial : plus d'équilibre, plus de régulation, davantage de justice et de paix."

Palais de l'Élysée -- Jeudi 31 décembre 2009
-
"Mesdames et Messieurs, je souhaite que cette année 2009 soit celle de la refondation d'un nouvel ordre mondial plus juste, plus efficient, dans lequel chacun d'entre vous pourra se reconnaître.
Je vous remercie."

ONU New York (États-Unis) – Mercredi 23 septembre 2009
-
"Avec le Brésil, nous partageons aussi une même vision du monde et de ses enjeux. Ensemble, nous portons l'idée d'un nouvel ordre mondial plus juste et plus solidaire."

Entretien du Président au quotidien "O Globo" Dimanche 6 septembre 2009
-
"Les réunions du G20 à Washington et à Londres resteront dans l'Histoire comme des étapes décisives dans la reconstruction d'un nouvel ordre mondial.

...et du nouvel ordre mondial qu'il entend contribuer à construire."

Genève (Suisse) -- Lundi 15 juin 2009
-
"Je puis vous dire une troisième chose : on ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial et personne, je dis bien personne, ne pourra s'y opposer."

Palais de l'Élysée -- Vendredi 16 Janvier 2009
-

"...donner un nouveau visage à la mondialisation, temps de construire un nouvel ordre mondial, politique, économique, social, assis sur de nouveaux principes et de nouvelles règles.

La réponse la plus forte à la crise financière, c'est l'Europe qui l'a donnée. Le sommet mondial pour refonder le capitalisme, c'est l'Europe qui l'a proposé. Le nouvel ordre mondial, c'est autour des propositions de l'Europe qu'il se construira.

Il faut que l'Europe se prépare. Il ne faut pas qu'elle soit la variable d'ajustement du nouvel ordre mondial."

Argonay (Haute-Savoie) -- Jeudi 23 octobre 2008


-
"Plus tôt nous nous doterons de ce nouvel ordre mondial, plus tôt nous pourrons poser les bases d'un monde stable et en paix.

Bombay Inde -  Vendredi 25 janvier 2008
-
"...au nom de la France, j'ai proposé un New Deal écologique et économique planétaire comme la condition d'un nouvel ordre mondial."

Université Bauman de Moscou (Russie) -- Mercredi 10 octobre 2007
-

"Au nom de la France, j'appelle tous les Etats à se réunir pour fonder le nouvel ordre mondial du 21ème siècle sur l'idée que les biens communs de l'humanité doivent être placés sous la responsabilité de l'humanité toute entière."

O.N.U. mardi 25 sep 2007

-

-

"Cette crise marquera sans doute pour l'histoire le commencement véritable du XXIe siècle, le moment où tout le monde aura compris qu'il était temps de changer, temps de donner un nouveau visage à la mondialisation, temps de construire un nouvel ordre mondial, politique, économique, social, assis sur de nouveaux principes et de nouvelles règles."

 

-

"Il faut un nouvel ordre mondial fondé sur une nouvelle régulation qui mette, comme la France l'a proposé..."

 

-

Source Officielle : elysee.fr

 

-

N. Sarkozy : Soumission de l'Iran ou atomisation de l'Iran

  Capture11final.png
Non, le Président Iranien n'a jammais dit qu'il voulait "rayer Israel de la carte"

On met des Mots dans la Bouche d'Ahmadinejad ahmadinejad.jpg

Virginia Tilley
Counterpunch
28/08/2006
 
Dans ce désordre effrayant dans le Moyen-Orient, mettons une chose au point. L'Iran ne menace pas Israël de destruction. Le président de l'Iran n'a pas menacé d'une quelconque action contre Israël. À plusieurs reprises, nous entendons dire que l'Iran est clairement "engagé à la suppression d' Israël" parce que le Président Ahmadinejad "fou" ou "irresponsable" ou "dur " a menacé à plusieurs reprises de détruire Israël, mais chaque citation supposée, chaque cas supposé de faire ainsi, est faux.

La citation la plus infâme, "Israël doit être rayé de la carte", est fausse de la manière la plus évidente. Dans son discours d'octobre 2005, M. Ahmadinejad n'a jamais utilisé le mot "carte" ni le terme "rayé". Selon des experts de langage Farsi comme Juan Cole et même des services de droite comme MEMRI, ce qu'il a dit en réalité était "ce régime qui occupe Jérusalem doit disparaître de la page du temps."

Qu'a-t-il voulu dire ? Dans ce discours à une conférence anti-sioniste annuelle, M. Ahmadinejad était prophétique, pas menaçant. Il citait l'Imam Khomeini, qui a dit cette phrase dans les années 1980 (une période où Israël vendait réellement des armes à l'Iran, de manière si apparente que ça n'a pas été considéré si horrible à l'époque). M. Ahmadinejad venait de rappeler à son auditoire que le régime du Shah, l'Union soviétique et Saddam Hussein avaient tous semblé énormément puissants et immuables, cependant les deux premiers ont disparu presque au-delà du souvenir et le troisième languit maintenant en prison. Donc, également, le "régime d'occupation" à Jérusalem serait parti un jour. Son message était, en essence, "Cela passera aussi."

Mais en ce qui concerne ses autres "menaces" contre Israël ? La sphère des bêtises a fait grand foin de son commentaire ultérieur dans le même discours, "Il n'y a aucun doute : la nouvelle vague d'attaques en Palestine effacera le stigmate dans la contenance du monde Islamique." "Le Stigmate" a été interprété comme "Israël" et "la vague d'attaques" était menaçante. Mais ce qu'il a en réalité dit était, "Je n'ai aucun doute que le nouveau mouvement ayant lieu en notre chère Palestine est une onde de moralité qui enjambe tout le monde Islamique et qui supprimera bientôt cette tache de déshonneur du monde Islamique." "vague de moralité" n'est pas "vague d'attaques." La phrase précédente avait fait comprendre que "la tache de déshonneur" était l'échec du monde musulman d'éliminer le "régime d'occupation".

Pendant des mois, des érudits comme Cole et des journalistes comme Jonathan Steele du London Guardian ont fait remarquer ces erreurs de traduction tandis qu'il en apparaissait de plus en plus : par exemple, les commentaires de M. Ahmadinejad à l'Organisation des Pays Islamiques se réunissant le 3 août 2006. Radio Free Europe a annoncé qu'il a dit "que ' le remède principal ' pour la crise du Moyen-Orient est l'élimination d'Israël." "L'Élimination d'Israël" implique la destruction physique : bombes, mitraillage, terreur, largage de Juifs dans la mer. Tony Blair a dénoncé la déclaration traduite comme "tout à fait choquante". Mais M. Ahmadinejad ne l'a jamais dit. Selon Al-Jazeera, ce qu'il a en réalité dit était " le remède réel pour le conflit est l'élimination du régime sioniste, mais il devrait d'abord y avoir un cessez-le-feu immédiat. "

Des ordres du jour abominables sont évidents en traduisant invariablement "l'élimination du régime d'occupation" comme "la destruction d'Israël". "Le régime" se réfère à la direction, pas les populations ou les villes. "Le régime sioniste" est le gouvernement d'Israël et son système de lois, qui ont annexé les terres palestiniennes et tiennent des millions de Palestiniens sous occupation militaire. Beaucoup d'activistes des droits de l'homme dans la ligne du courant dominant croient que le régime d'Israël "doit en effet être transformé, bien qu'ils ne soient pas d'accord sur la manière. Certains espèrent que Israël pourra être racheté par un changement de philosophie et de (régime de) gouvernement qui permettrait une solution à deux états. D'autres croient que la structure de l'Etat juif lui-même est en soi injuste, comme il intègre des principes racistes dans la direction de l'état et appelle pour sa transformation dans une démocratie laïque (changement de régime). Aucune de ces idées du changement de régime ne signifie l'expulsion des Juifs dans la mer ou la dévastation de leurs villes et villes. Toutes signifient un changement politique profond, nécessaire pour la création d'une juste paix.

M. Ahmadinejad a fait d'autres déclarations à l'Organisation des Pays Islamiques qui ont clairement indiqué sa compréhension qu'Israël doit être traité dans la structure de la loi internationale. Par exemple, il a reconnu la réalité des frontières présentes quand il a dit que "n'importe quel agresseur devrait retourner à la frontière internationale libanaise". Il a reconnu l'autorité d'Israël et le rôle de la diplomatie en observant, "les circonstances devraient être préparées pour le retour des réfugiés et des personnes déplacées et les prisonniers devraient être échangés." Il a aussi appelé à un boycott : "Nous proposons aussi que les nations islamiques coupent immédiatement toutes leurs relations politiques et économiques manifestes et secrètes avec le régime sioniste." Un double boisseau de groupes de paix juifs principaux, de groupes d'église américains et de hordes d'organisations des droits de l'homme ont dit les mêmes choses.

Un mot final est mérité à propos du "démenti de l'Holocauste" de M. Ahmadinejad. Le démenti de l'holocauste est une question très sensible à l'Ouest, où il sert notoirement l'antisémitisme. Ailleurs dans le monde, cependant, la nébulosité de l'Holocauste révèle plus un pur manque d'information. On pourrait penser qu'il y a abondance d'information sur l'Holocauste dans le monde entier, mais c'est une erreur. (De peur que nous ne soyons arrogants, les Américains montrent la même insularité ahurissante de la connaissance générale quand, par exemple, ils vivent à l'âge adulte ne saisissant toujours pas que les forces américaines ont tué au moins deux millions de Vietnamiens et croyant que quelqu'un qui dit ainsi est anti-américain. La plupart des Français n'ont pas encore accepté que leur armée ait massacré un million d'Arabes en Algérie.)

Le scepticisme du récit de l'Holocauste a commencé à prendre dans le Moyen-Orient pas parce que les gens détestent les Juifs, mais parce que ce récit est mis en oeuvre pour soutenir qu'Israël a un droit "de se défendre" en attaquant chaque pays dans son voisinage. Le public du Moyen-Orient est si habitué aux bobards occidentaux légitimant des prises de contrôle coloniales ou impériales que certains se demandent si l'argument de six millions de morts est juste un autre mythe ou un conte exagéré. Il est lamentable que M. Ahmadinejad semble appartenir à ce secteur.

Cependant, M. Ahmadinejad n'a pas dit ce que le sous-comité américain sur la politique du renseignement a annoncé qu'il a dit : "Ils ont inventé un mythe que les Juifs ont été massacrés et placent cela au-dessus de Dieu, des religions et des prophètes." Il a en réalité dit, "Au nom de l'Holocauste ils ont créé un mythe et le considèrent être plus digne que Dieu, la religion et les prophètes." Ce langage vise le mythe de l'Holocauste, pas l'Holocauste lui-même - c'est-à-dire, "le mythe" comme "la mystique" ou ce qui a été fait avec l'Holocauste. D'autres auteurs, y compris des théologiens juifs importants, ont critiqué le "culte" ou le "fantôme" de l'Holocauste sans nier que ce soit arrivé. En tout cas, le message principal de M. Ahmadinejad a été que, si l'Holocauste est arrivé comme l'Europe dit que c'est arrivé, alors l'Europe et pas le monde Musulman, est responsable.

Pourquoi M. Ahmadinejad est-il si systématiquement cité inexactement et diabolisé ? Avons-nous besoin de demander ? Si le monde croit que l'Iran se prépare à attaquer Israël, alors les Etats-Unis ou Israël peuvent revendiquer la justification en attaquant d'abord l'Iran. À cet ordre du jour, la campagne de désinformation des déclarations de M. Ahmadinejad a été collée à un deuxième ensemble de mensonges : promotion du programme d'arme nucléaire (inexistant) de l'Iran.

L'agitation actuelle du programme d'enrichissement nucléaire de l'Iran est jouée si identiquement aux bobards américains des ADMs de l'Irak que nous devons nous demander pourquoi elle ne rencontre pas seulement une dérision internationale hurlante. Avec des ordres du jour multiples quant à l'Iran – pétrole, hégémonie américaine, Israël, les fantasmes des néoconservateurs d'un "nouveau Moyen-Orient" - l'administration de Bush a déclenché une grande panique internationale à propos du programme d'enrichissement nucléaire de l'Iran. (Voir Ray Close, Pourquoi Bush Choisira la Guerre Contre l'Iran.) Mais, en avançant avec difficulté à travers les équipements de l'Iran et des rapports, les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique n'ont trouvé aucune preuve d'un programme d'armement. La communauté du renseignement des Etats-Unis n'a rien trouvé non plus.

Tous les experts sont d'accord que, même si l'Iran a un tel programme, c'est cinq à dix ans avant d'avoir l'uranium enrichi nécessaire pour une arme réelle, donc l'action militaire préemptive est maintenant à peine nécessaire. Même le rapport récent par le Sous-comité Dominé par les Républicains de la Politique d'Intelligence, qui a fait remarquer que le gouvernement des Etats-Unis manque de renseignements sur le programme des armes de l'Iran nécessaire à le contrecarrer, confirme efficacement que le "renseignement" supposé est inégal et inadéquat.

La négligence occasionnelle de l'administration Bush du programme nucléaire de la Corée du Nord indique que des armes nucléaires ne sont pas, en fait, la question ici. Les néoconservateurs sont absorbés par le changement du régime en Iran et ont donc déployé leurs propagandistes pour promouvoir la peur des " armes nucléaires" juste comme ils ont promu la peur des ADMs irakiennes. La rhétorique républicaine et les commentateurs de nouvelles de droite se sont alignés, répétant avec obéissance des affirmations sans fondement que l'Iran a "un programme d'armes nucléaires," menace le monde et particulièrement Israël avec son "programme d'armes nucléaires," et on ne doit pas lui permettre d'achever son "programme d'armes nucléaires." Ceux qui font remarquer nerveusement qu'une preuve solide manque réellement à propos de n'importe quel "programme d'armes nucléaires" iranien sont raillés comme des gogos naïfs et veules.

Pire, l'administration de Bush a apporté ce baratin à l'ONU, se battant avec le Conseil de sécurité dans le passage d'une résolution (SC 1696) exigeant que l'Iran cesse l'enrichissement nucléaire avant le 31 août et l'avertissement de sanctions s'il ne le fait pas. Combiné avec sa performance extrême quant à l'assaut d'Israël sur le Liban, le Conseil de sécurité s'est effondré en incompétence humiliante obséquieuse sur ce point.

Comme tous les fantasmes, l'accusation d'armes nucléaires est dure à vaincre parce qu'elle ne peut pas être entièrement réfutée. Peut-être quelques scientifiques iraniens, dans une certaine installation souterraine distante, travaillent sur la technologie des armes nucléaires. Peut-être que les antennes en Corée du Nord ont exploré les possibilités d'obtenir des composants supplémentaires. Peut-être qu'un vaisseau spatial E.T. s'est crashé une fois dans le désert du Nevada. Normalement, juste parce que quelque chose ne peut pas être réfuté, ça ne le rend pas vrai. Mais dans le monde des néoconservateurs, les possibilités sont des faits et une presse lâche est là pour claquer les talons et trompetter des titres d'alerte. Il n'en faut pas beaucoup, par la répétition infinie du terme "programme possible d'armes nucléaires," pour que le mot "possible" s'efface tranquillement.

La preuve est, en tout cas, un simple détail pour l'administration de Bush, pour qui le désir d'armes nucléaires est la cause suffisante pour une attaque préemptive. Dans des débats américains avant d'envahir l'Irak, les gens insistaient parfois qu'une preuve réelle des ADMs manquait gravement. La Maison Blanche insistait alors pour que, parce que Saddam Hussein "voulait" de telles armes, il allait probablement les avoir un jour ou l'autre dans l'avenir. De là des crimes de pensée, des crimes de pensée même imaginaires, sont maintenant punissables par l'invasion militaire.

Les Etats-Unis attaqueront-ils vraiment l'Iran ? Des généraux américains sont correctement alarmés que le bombardement des équipements nucléaires de l'Iran lâcherait des attaques sans précédent sur les forces d'occupation américaines en Irak, ainsi que les bases américaines dans le Golfe. L'Iran pourrait même bloquer le Détroit d'Ormuz, qui porte 40 pour cent du pétrole du monde. La bellicosité terroriste résultante monterait en flèche. Les dégâts potentiels à la sécurité internationale et l'économie du monde seraient incompréhensiblement dangereux. Les Neocons de l'administration de Bush semblent capables de n'importe quelle folie, donc rien de cela ne peut leur importer. Mais même les néoconservateurs doivent faire une pause puisque Israël a échoué à assommer le Hezbollah en utilisant la même attaque aérienne projetée pour l'Iran.

Mais Israël peut attaquer l'Iran et ce peut être le plan. En s'associant, les deux pays pourraient indemniser les limitations stratégiques de chacun. Les Etats-Unis ont contribué à son coup de superpuissance dans le Conseil de sécurité, installant la scène pour des sanctions, sachant que l'Iran ne cédera pas sur son programme d'enrichissement. Ayant cultivé une croyance internationale (erronée) que l'Iran menace d'une attaque directe sur Israël, le gouvernement israélien pourrait alors revendiquer le droit d'autodéfense dans la prise de l'action préemptive unilatérale pour détruire la capacité nucléaire d'un état déclaré dans l'infraction des directives de l'ONU. La vengeance directe par l'Iran contre Israël est impossible parce qu'Israël est une puissance nucléaire (et l'Iran ne l'est pas) et parce que le parapluie de sécurité des Etats-Unis protégerait Israël. La réaction régionale contre des cibles américaines pourrait être réduite par la confusion (limitée) de la complicité américaine indirecte.

Dans ce cas, ce que nous voyons maintenant sont les Etats-Unis créant le contexte de sécurité international pour le coup unilatéral d'Israël et se préparant à couvrir les arrières d'Israël dans les conséquences.

Est-ce vraiment le plan ? Une certaine évidence suggère qu'il soit sur la table. Ces dernières années, Israël a acheté de nouveaux missiles "anti-bunker", une flotte d'avions à réaction F-16 et trois sous-marins Dauphin de la dernière technologie allemande (et en a commandé encore deux) - c'est-à-dire des armes appropriées pour frapper les installations nucléaires de l'Iran. En mars 2005, le London Times a annoncé qu'Israël avait construit une maquette de l'installation Natanz de l'Iran dans le désert et menait des exercices de bombardement. Ces derniers mois, les fonctionnaires israéliens ont ouvertement déclaré que si l'ONU échoue à prendre des mesures, Israël bombardera l'Iran.

Mais le Hezbollah, l'allié de l'Iran, menace toujours le flanc d'Israël. De là l'attaque du Hezbollah était plus qu'"une démonstration" pour attaquer l'Iran, comme Seymour Hersh a annoncé; c'était nécessaire pour l'attaque de l'Iran. Israël a échoué à écraser le Hezbollah, mais le résultat peut être meilleur pour Israël maintenant que la Résolution du Conseil de sécurité 1701 a rendu toute la communauté internationale responsable pour désarmer le Hezbollah. Si l'effort 1701 patronné par les Etats-Unis réussit, l'attaque sur l'Iran a le feu vert.

Comme Israël et les Etats-Unis essayent de faire fonctionner ce plan profondément défectueux, nous continuerons sans aucun doute à lire dans chaque forum que le président de l'Iran - un islamo-fasciste hostile, irrationnel, détestant les Juifs, niant l'holocauste, qui a menacé "de rayer Israël de la carte" - est évidemment assez irrationnel pour commettre un suicide national en lançant une arme nucléaire contre l'arsenal nucléaire puissant d'Israël. Le message est martelé à la maison : contre ce mythe créé par les médias, Israël doit vraiment "se défendre."

source : http://www.counterpunch.com/tilley08282006.html

Zapping contre info Iran

Allocution entière du Président Iranien a l'O.N.U. (09/2010) en français:

 

Discours 1/2

 

Discours 2/2

 

 

 

 

21/10/2010 Ahmadinejad et Chavez plaident pour un Nouvel Ordre Mondial


Capture--Modifiee--copie-1.png

Source Agence Presse Russe : http://fr.rian.ru/world/20101021/187680914.html

 

Xinhua News Agency : l'Egypte appelle à l'établissement d'un Nouvel Ordre Mondial pour surmonter la crise

 

Capture--Modifiee-.png Source Presse Chinoise : http://french.news.cn/economie/2009-07/12/c_1310489.htm 


Téhéran,17 Aout 2010 : Le Président Iranien affirme que l'Irlande et l’Iran peuvent aider à mettre en place un Nouvel Ordre Mondial
Iran New World Order
Source : Agence Presse de la Republique Islamique d'Iran

29/09/2010 Le Ministre des Affaires Etrangères Turc : le Nouvel Ordre Mondial est nécessaire
Captureturc (Modifiée)

27/09/2010 Partenariat Iran-Afrique : Créer un Nouvel Ordre Mondial

Captureafr--Modifiee-.png

 

Source : http://www.lefaso.net/spip.php?article38669&rubrique62 

 

Les économies asiatiques joueront un rôle important dans la formation du Nouvel Ordre Mondial

 

Capture-1asie--Modifiees--2--.png  

 

Source Presse Chinoise : http://french.news.cn/economie/2009-11/05/c_1380876.htm

 

 

L'Iran et le Brésil peuvent jouer des rôles majeurs dans le Nouvel Ordre Mondial

 

Capture-1irbraz--Modifiee-.png

 

Source Presse Chinoise : http://french.news.cn/monde/2009-09/11/c_1344536.htm

 

Bush senior annonce le Nouvel Ordre Mondial :


-
Bill Clinton au sujet du Nouvel Ordre Mondial    
 
ici
 
Gordon Brown 1er ministre  2007 au sujet du N.O.M.
ici
traduction

Gordon Brown G20 avril 2009 sur le Nouvel Ordre Mondial (fr)


DSK Dominique Strauss-khan (FMI) sur le Gouvernement Mondial

Ne toujours pas croire au Nouvel Ordre Mondial ?

« Nous n'allons pas réaliser un Nouvel Ordre Mondial sans le payer de sang de paroles et d'argent ».

Arthur Schlesinger, Jr., dans Affaires Etrangères (Juillet/Août 1995).


CETTE citation et celles qui suivent - et beaucoup d'autres comme elles - démontre clairement que les mots « Nouvel ordre Mondial » sont sérieux et en outre, ont été en service pendant des décennies. Ils n'ont pas commencé avec le Président George Bush en 1990.


Le « vieil ordre du monde » est basé sur les états nation indépendants. Le « Nouvel Ordre Mondial » implique l'élimination de la souveraineté et de l'indépendance des états nations et d'une certaine forme de gouvernement du monde. Cela signifie la fin des USA, de la constitution US, et de la déclaration des droits [de l’homme] comme nous la connaissons aujourd’hui. La plupart des nouvelles propositions d'ordre mondial impliquent la conversion des Nations Unies et de ses agences en gouvernement mondial complet, avec une armée mondiale, un parlement mondial, un tribunal mondial, un système d’imposition global, et nombre d'autres agences pour contrôler chaque aspect de la vie humaine (éducation, nutrition, soins de santé, population, immigration, communications, transport, commerce, agriculture, finances, l'environnement, etc.). Les diverses notions du « Nouvel Ordre Mondial » diffèrent quant aux détails d’échelle, mais conviennent sur le principe de base et la matière.


« Aujourd'hui, l'Amérique serait scandalisée si les troupes de l’ONU entraient dans Los Angeles pour reconstituer l'ordre [référence à l'émeute 1991]. Demain elle sera reconnaissante ! C'est particulièrement vrai s’il était dit qu'il y a une menace de l’extérieur [c’est-à-dire, une invasion « extraterrestre »], vrai ou promulgué , menace notre existence même. C'est alors que tous les peuples du monde plaideront pour qu’on les délivre de ce mal. Une chose que chaque homme craint est l'inconnu. Lorsque ce scénario sera présenté, différentes droits seront volontairement abandonnées contre la garantie que le bien-être soit garanti par le gouvernement mondial. »

Dr. Henry Kissinger, Bilderberger Conférence, Evians, France, 1991. A son insu , son discour fut enregistré par un délégué Suisse

« La conduite des Rockefellers et de leurs alliés doit créer le gouvernement d'un monde combinant le super-capitalisme et le communisme sous le même toit, tous sous leur contrôle.... Suis-je en train de parler de conspiration ? Oui je le fais. Je suis convaincu qu'il y a un tel complot internationale en vue, les vieilles générations l’ont planifiée, incroyablement en mauvaise intention. »

Larry P. McDonald, membre du Congrès, 1976, tué à bord du 747 d’un vol coréen qui a été abattu par les Soviétiques.

« Nous sommes reconnaissants au Washington Post, New York Times, Time Magazine et autres grandes publications, dont les directeurs ont assisté à nos réunions et ont respecté leurs promesses de la discrétion pendant presque quarante ans. Il nous aurait été impossible de développer notre plan pour le monde si nous avions été sous les brillantes lumières de la publicité pendant ces années. Mais, le travail est maintenant beaucoup plus perfectionné et disposé à marcher vers un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d'une élite intellectuelle et des banquiers du monde est sûrement préférable à l'autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés. »

 David Rockefeller, fondateur de la Commission Trilatérale, dans une allocution lors d’une réunion de la Commission Trilatérale, en juin 1991.

« L'idée était que ceux qui dirigent la conspiration globale puissent utiliser les différences de ces deux prétendues idéologies (marxisme / fascisme / socialisme -par opposition à- démocratie /capitalisme) pour leur (les Illuminati) permettre de diviser des parties de plus en plus grandes de la race humaine en camps opposés de sorte qu'ils puissent être armés et puis soumis à un lavage de cerveau en se combattant et se détruisant l’un et l’autre. »

 Myron Fagan.

« Personne n'entrera au Nouvel Ordre Mondial à moins qu’il ou elle fasse l’engagement d’adorer Lucifer. Personne n'entrera dans le Nouvel Age sans subir une Initiation Luciférienne. »

 David Spangler, Directeur des Initiatives Planétaires, Nations Unies.

« En mars, 1915, les intérêts [intérêts au sens avoirs / avantages] de J.P. Morgan, l'acier, la construction navale, et les intérêts de pouvoir, et leurs organismes subsidiaires, a réuni 12 gros bonnets du monde de la presse et les a utilisé pour déterminer les journaux les plus influents aux USA et le nombre suffisant d'entre eux pour contrôler l’ensemble de la politique de presse quotidienne.... Ils ont trouvé qu’il était seulement nécessaire de prendre le contrôle de 25 des plus grands journaux.
« Un accord a été conclu ; la politique de presse a été achetée, étant payée par mois ; un rédacteur a été fourni à chaque journal pour superviser correctement et publier l'information concernant les questions de l'état de préparation, du militarisme, des politiques financières, et d’autres choses de nature nationale et internationale considérées essentielles aux intérêts des preneurs de contrôle. »

 Oscar Callaway, membre du Congrès US, 1917.

« Le monde peut donc saisir l'occasion [crise du Golfe Persique] pour accomplir la promesse de longue date d'un Nouvel Ordre Mondial où les nations diverses seront réunies dans la cause commune pour réaliser les aspirations universelles de l'humanité. »

George Herbert Walker Bush.

"Les idées que la France défend vont pouvoir s'imposer dans la recherche d'un nouvel ordre mondial : plus d'équilibre, plus de régulation, davantage de justice et de paix."

   N. Sarkozy Palais de l'Élysée -- Jeudi 31 décembre 2009
"Mesdames et Messieurs, je souhaite que cette année 2009 soit celle de la refondation d'un nouvel ordre mondial plus juste, plus efficient, dans lequel chacun d'entre vous pourra se reconnaître.
Je vous remercie."

N. Sarkozy ONU New York (États-Unis) – Mercredi 23 septembre 2009
"Avec le Brésil, nous partageons aussi une même vision du monde et de ses enjeux. Ensemble, nous portons l'idée d'un nouvel ordre mondial plus juste et plus solidaire."

Entretien du Président N. Sarkozy au quotidien "O Globo" Dimanche 6 septembre 2009
"Les réunions du G20 à Washington et à Londres resteront dans l'Histoire comme des étapes décisives dans la reconstruction d'un nouvel ordre mondial.

...et du nouvel ordre mondial qu'il entend contribuer à construire."

N. Sarkozy Genève (Suisse) -- Lundi 15 juin 2009
"Je puis vous dire une troisième chose : on ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial et personne, je dis bien personne, ne pourra s'y opposer."

N. Sarkozy Palais de l'Élysée -- Vendredi 16 Janvier 2009

 

 

"...donner un nouveau visage à la mondialisation, temps de construire un nouvel ordre mondial, politique, économique, social, assis sur de nouveaux principes et de nouvelles règles.

La réponse la plus forte à la crise financière, c'est l'Europe qui l'a donnée. Le sommet mondial pour refonder le capitalisme, c'est l'Europe qui l'a proposé. Le nouvel ordre mondial, c'est autour des propositions de l'Europe qu'il se construira.

Il faut que l'Europe se prépare. Il ne faut pas qu'elle soit la variable d'ajustement du nouvel ordre mondial."

N. Sarkozy Argonay (Haute-Savoie) -- Jeudi 23 octobre 2008

"Plus tôt nous nous doterons de ce nouvel ordre mondial, plus tôt nous pourrons poser les bases d'un monde stable et en paix.

N. Sarkozy  - Inde -  Vendredi 25 janvier 2008
"...au nom de la France, j'ai proposé un New Deal écologique et économique planétaire comme la condition d'un nouvel ordre mondial."

N. Sarkozy Université Bauman de Moscou (Russie) -- Mercredi 10 octobre 2007

 

 

 

"Au nom de la France, j'appelle tous les Etats à se réunir pour fonder le nouvel ordre mondial du 21ème siècle sur l'idée que les biens communs de l'humanité doivent être placés sous la responsabilité de l'humanité toute entière."

N. Sarkozy  O.N.U. mardi 25 sep 2007

 

 

 

"Cette crise marquera sans doute pour l'histoire le commencement véritable du XXIe siècle, le moment où tout le monde aura compris qu'il était temps de changer, temps de donner un nouveau visage à la mondialisation, temps de construire un nouvel ordre mondial, politique, économique, social, assis sur de nouveaux principes et de nouvelles règles."

N. Sarkozy

 

"Il faut un nouvel ordre mondial fondé sur une nouvelle régulation qui mette, comme la France l'a proposé..."

N. Sarkozy


Source Officielle : www.elysee.fr


« Dans le siècle à venir, les nations comme nous les connaissons seront désuètes ; tous les états reconnaîtront une seule autorité globale. La souveraineté nationale n'était pas une si grande idée après tous. »

Strobe Talbot, secrétaire d'état adjoint du président Clinton, cité dans le Time le 20 juillet l992.

« Nous aurons le gouvernement du monde que vous l’aimiez ou non, par la conquête ou le consentement. »

 Rapport du Conseil des Relations Etrangères (CFR) par James Warburg, membre du Comité des Relations Etrangères du Sénat le 17 février l950.

« Le monde est régi par des personnages très différents de ce qui est imaginé par ceux qui ne sont pas en coulisses. »

 Benjamin Disraeli, premier premier ministre d'Angleterre, dans un roman qu’il a édité en 1844, appelés Coningsby [ ? peut-être « Arnaque par »], la Nouvelle Génération.

« Les gouvernements d’aujourd'hui doivent traiter non seulement avec d'autres gouvernements, avec des empereurs, des rois et des ministres, mais aussi avec des sociétés secrètes qui ont partout leurs agents sans scrupules, qui peuvent au dernier moment déranger les plans de tous les gouvernements. »

 Benjamin Disraeli, premier ministre britannique, 1876.

« Depuis que je suis entré en politique, j'ai eu surtout les vues des hommes qui se confiaient à moi en privé. Certains des plus grands hommes aux USA, dans le domaine du commerce et de la fabrication, ont peur de quelque chose. Ils savent qu'il y a un pouvoir quelque part aussi organisé, aussi subtil, aussi attentif, aussi emboîté, aussi complet, aussi dominant, que le mieux est de ne pas parler trop fort quand ils parlent en le condamnant. »

 Woodrow Wilson, La Nouvelle Liberté (1913).

« Ce qui est important c’est d'insister sur les preuves croissantes de l'existence d'une conspiration secrète, dans le monde entier, pour la destruction du gouvernement organisé et l’abandon au mal. »

 L'éditorial de Christian Science Monitor, du 19 juin l920.

« La vraie menace de notre république est ce gouvernement invisible qui comme une pieuvre géante étale ses longues tentacules sur les villes, les états, et les nations. Comme le poulpe dans la vraie vie, il opère sous le couvert d'un écran créé par lui.... A la tête de ce poulpe sont les intérêts de Standard Oil de Rockefeller et un petit groupe d’établissements bancaires puissants généralement désignés sous le nom de banquiers internationaux. La petite coterie de banquiers internationaux puissants court virtuellement après le gouvernement des USA dans leurs propres buts égoïstes. Ils commandent pratiquement les deux parties politiques. »

 John F. Hylan, maire de New York, 1922.

« Depuis les jours de Sparticus, Wieskhopf, Karl Marx, Trotsky, Rosa Luxemberg, et Emma Goldman, cette conspiration mondiale a été soutenue dans sa croissance. Cette conspiration a joué un rôle reconnaissable défini dans la tragédie de la révolution française. Elle a été le moteur de chaque mouvement subversif au 19ème siècle. Et maintenant enfin cette bande de personnalités extraordinaires des enfers [ou : milieu, pègre] des grandes villes de l'Europe et de l'Amérique ont saisi le peuple russes par les cheveux de leur tête et sont devenues les maîtres incontestés de cet énorme empire. »

 Winston Churchill, déclaration à la presse de Londres, en l922.

« Le gouvernement des nations occidentales, si monarchique ou républicain, est passé dans les mains invisibles d'une ploutocratie au pouvoir et à la portée internationale. C’était, je tente de suggérer, cette puissance semi-occulte qui.... a poussé la masse des américains dans le chaudron de la guerre mondiale I. »

  41Général de division J.f.c. Fuller, historien militaire britannique, 1941.

« J'ai estimé depuis longtemps que le FDR avait développé beaucoup de pensées et idées qui lui permettaient de bénéficier de ce pays, les USA. Mais, il ne l’a pas fait. La plupart de ses pensées, de ses arguments politiques, quand il était [au pouvoir], étaient soigneusement confectionnées pour lui et développées par le CFR un groupe de l’Argent Mondial. Brillamment, avec grand goût, comme une magnifique pièce d'artillerie, il a explosé que les « arguments » étaient préparés au milieu d'une cible peu soupçonnable, le peuple américains, et a ainsi liquidé et retourné à son appui politique internationaliste.
« L’ONU est un appareillage d'opérations bancaires internationales à grande échelle évidement installé pour le profit financier par un petit groupe de révolutionnaires puissants du Monde Un, affamé de bénéfices et de pouvoir.
« La dépression était la 'tonte ' calculée du public par les puissances de l'Argent Mondial, déclenchée par le soudain manque planifié d'alimentation en prêts au jour le jour dans le marché monétaire de New York.... Les chefs du Gouvernement du Monde Un et leurs toujours intimes banquiers ont maintenant acquis le plein contrôle des mécanismes de l'argent et du crédit US par l'intermédiaire de la création de la Banque des Réserves Fédérale possédée en privé. »

Curtis Dall, beau-fils du FDR comme il l’a cité dans son livre, Mon Exploité Beau-père.

« La vraie vérité en la matière est, comme vous et moi le savez, qu'un élément financier dans les plus grands centres a possédé le gouvernement depuis les jours d'Andrew Jackson. » Lettre écrite par FDR au Colonel House, le 21 novembre l933.

« Les vraies règles à Washington sont la puissance invisible, et l'exercice dans les coulisses. » Suprême Cour de Justice, Felix Frankfurter, 1952.

« Cinquante hommes font tourner l'Amérique, et c'est un chiffre élevé. »

Joseph Kennedy, père de JFK, le 26 juillet l936 , New York Times.

« Il est prévu que la Commission Trilatérale soit le véhicule pour la consolidation multinationale du commerce et des intérêts bancaires en saisissant le contrôle du gouvernement politique US. La Commission Trilatérale représente un effort habile et coordonné de saisir le contrôle et de consolider les quatre centres de la puissance politiques, monétaires, intellectuels et ecclésiastiques. La Commission Trilatérale prévoit de créer un pouvoir économique supérieur mondial sur les gouvernements politiques des nations états impliqués. En tant que directeurs et créateurs du système, ils gouverneront le futur. »

 Sénateur US Barry Goldwater dans son livre de l964 : Sans Excuses.

« Les autorités du capitalisme financier ont eu un autre but de grande envergure, rien de moins que de créer un système mondial du contrôle financier dans des mains privées, capables dominer le système politique de chaque pays et l'économie mondiale. Ce système devant être contrôlé en mode féodal par les banques centrales du monde agissant de concert, par des accords secrets, est arrivé lors de fréquentes réunions et conférences privées. Le sommet du système était la Banque des Règlements Internationaux de Bâle en Suisse, une banque privée possédée et contrôlée par les banques centrales du monde qui sont elles-mêmes des sociétés anonymes. La croissance du capitalisme financier rend possible la centralisation du contrôle économique du monde et l’usage de cette puissance pour des bénéfices financiers directs et des tords indirects à tous les autres groupes économiques. »

Tragédie et Espoir : Une histoire du monde de notre temps (Macmillan Company, 1966) Professeur Carroll Quigley de l'université de Georgetown, fortement estimé par ses anciens étudiants, William Jefferson Blythe Clinton.

« Le Conseil des Relations Etrangères est « l'institution ». Non seulement il a l’influence et le pouvoir dans les principales positions de prise de décision aux niveaux les plus élevés du gouvernement pour faire pression à partir d'en haut, mais il annonce aussi qu’il emploie des individus et des groupes pour mettre la pression d’en bas, pour justifier les décisions du niveau élevé afin de convertir la République constitutionnelle souveraine US en Etat membre servile d'une dictature du Monde Un. »

 L'ancien membre du Congrès John Rarick 1971.

« Les directeurs du CFR (Conseil des Relations Etrangères) composent une sorte de Présidium pour que cette partie de l’Institution guident notre destin comme une nation. »

 Christian Science Monitor, 1er septembre l961.

« Le Nouvel Ordre Mondial devra être construit depuis le bas plutôt que du sommet vers le bas... mais en fin de course, éroder pièce par pièce la souveraineté nationale accomplira beaucoup plus que la vieille méthode d’assaut frontal. »

 Membre du CFR Richard Gardner, écrivant dans le numéro d’avril l974 du journal des Affaires Etrangères du CFR.

« La planification de l’ONU peut être retrouvée au 'comité de direction secret' établi par le Secrétaire d’Etat Cordell Hull en janvier 1943. Tous les membres de ce comité secret, excepté Hull, un politicien du Tennessee, étaient membres du CFR. Ils ont vu Hull régulièrement pour projeter, choisir, et guider les travaux du Comité Consultatif du Département d'Etat. C'était, en effet, l'agence coordonnatrice de la planification d'après-guerre de tout le Département d'Etat. » Professeurs Laurence H. Shoup et William Minter, écrivant dans leur étude du CFR, « Brain-Trust Impériale : Le CFR et la Politique Etrangère US ». (Monthly Review Press, 1977).

« La clique la plus puissante dans ces groupes (CFR) ont un objectif commun : ils veulent provoquer la reddition de la souveraineté et de l'indépendance nationale US. Ils veulent en finir avec les frontières nationales et la fidélité raciale et ethnique censément pour augmenter des affaires et pour assurer la paix du monde. Obtenir ce qu'ils tentent mènerait inévitablement à la dictature et à la perte de la liberté du peuple. Le CFR a été fondé dans « le but de favoriser le désarmement et la submersion de la souveraineté US et de l'indépendance nationale dans un tout-puissant gouvernement du Monde Un. »

 Harpers, Juillet l958.

« Le vieil ordre du monde a changé quand cet tempête guerrière s'est arrêtée. Le vieil ordre international est parti loin aussi soudainement, aussi inopinément, et aussi complètement que si il avait été éliminé par une inondation colossale, par une grande tempête, ou par une éruption volcanique. Le vieil ordre du monde est mort avec le calme du soleil de ce jour et un nouvel ordre du monde est né tandis que je parle, avec des naissances dans des douleurs si terribles qu'il semble presque incroyable que la vie puisse sortir d'une telle douleur incroyable et de tant de douleur accablante. »

Nicholas Murray Butler, dans une allocution faite devant l’Union de la Ligue des Syndicats de Philadelphie le 27 novembre 1915.

« La conférence de la paix s'est réuni. Elle prendra les décisions les plus importantes dans l'histoire, et sur ces décisions reposera la stabilité du Nouvel Ordre Mondial et de la future paix mondiale. »

 M.C. Alexander, secrétaire de direction de l'Association Américaine pour la Conciliation Internationale, dans une lettre d'abonnement pour le périodique Conciliation International (1919).

« S'il y a ceux qui pensent que nous devons sauter immédiatement au Nouvel Ordre Mondial, mus par la compréhension complète et l'amour fraternel, ils sont condamnés à la déception. Si nous devons jamais approcher ce temps, il viendra après des efforts patients et persistants sur une longue durée. La situation internationale actuelle de méfiance et de peur peut seulement être corrigée par une formule de statut égal, appliquée sans interruption, à chaque phase des contacts internationaux, jusqu'à ce que les toiles d’araignée du vieil ordre soient balayés hors de l’esprit de toutes les habitants de la Terres. »

Dr. Augustus O. Thomas, président de la Fédération du Monde des Associations de l'Education (août 1927), cité dans le livre Compréhension Internationale : Agences Eduquant pour le Nouveau Monde (1931).

« ... lorsque la lutte semble dériver nettement vers une démocratie sociale mondiale, il peut encore y avoir un très grand délais et des déceptions avant qu’elle devienne un système efficace et bienfaisant mondial. Des personnes innombrables... détesteront le Nouvel Ordre Mondial... et mourront en protestant contre lui. Quand nous essayons d'évaluer ses promesses, nous devons considérer la détresse d'une génération ou aussi des mécontents, bon nombre d'entre eux tout à fait vaillants et gracieux regardants le peuple. »

 H. G. Wells, dans son livre intitulé Le Nouvel Ordre Mondial (1939).

« Le terme Internationalisme a été popularisé ces dernières années pour couvrir une force financière, politique, et économique, dans le but d’établir un gouvernement mondial. Aujourd'hui l’Internationalisme est annoncé des pupitres et des plates-formes comme la 'Ligue des Nations' ou 'l’Union Fédérée' pour que les USA rendent une partie définie de leur souveraineté nationale. Le plan du gouvernement mondial est préconisé sous des noms attirants tels que le « Nouvel Ordre International », « Le Nouvel Ordre du Monde », « Union du Monde de Maintenant », ''Commonwealth du Monde des Nations », « Communauté du Monde », 'etc... Toutes ces expressions ont le même objectif ; cependant, la ligne d'approche peut être religieuse ou politique selon le goût ou la formation de l'individu. »

 Extrait d'un mémoire adressé à la Chambre des Evêques et à la Chambre des Cléricaux et des Lay [ ?] adjoints de l’Eglise Episcopale Protestante en Convention Générale (octobre 1940).

« Dans la première déclaration publique sur la question juive depuis le déclenchement de la guerre, Arthur Greenwood, membre sans portefeuille du Cabinet Britannique de la Guerre, a assuré aux juifs des USA que quand la victoire sera réalisée un effort serait fait pour trouver un nouvel ordre du monde basé sur les idéaux de justice et de paix. »

 Extrait de l'article intitulé « Nouvel ordre du monde promis aux juifs », du New York Times (octobre 1940).

« Si le totalitarisme gagne ce conflit, les tyrans régneront sur le monde, et les individus seront des esclaves. Si la démocratie gagne, les nations de la Terre seront unies dans un Commonwealth des peuples libres, et les individus, placés là, seront les unités souveraines du nouvel ordre du monde. »

 Déclaration de la Fédération du Monde, produite par le Congrès sur la Fédération du Monde, adoptée par les Législatures de Caroline du Nord (1941), du New Jersey (1942), de Pennsylvanie (1943), et probablement d'autres états.

Le « Nouvel Ordre Mondial a Besoin de la Paix : La Souveraineté d'Etat doit Disparaître, Déclare le Professeur ».

 Titre d'article dans The Tablet (Brooklyn) (mars 1942).

« Le Sous-Secrétaire d'Etat Sumner Welles a réclamé tôt ce soir la création d'une organisation internationale des nations anti-Axe pour contrôler le monde durant la période de l'armistice, de la fin de la guerre actuelle jusqu’à l'établissement d'un nouvel ordre du monde sur une base permanente. »

Texte d'article dans The Philadelphia Inquirer (juin 1942).

« Le rapport a continué en indiquant que les enseignements spirituels de la religion doivent devenir la base du nouvel ordre du monde et que la souveraineté nationale doit être subordonnée à plus élevée, à la loi morale de Dieu. »

 Institut Américain du Judaïsme, extrait d'article du New York Times (décembre 1942).

« Là sont quelques considérations de preuves de sens commun applicables à toutes ces tentatives de planification du monde. Elles peuvent être brièvement énoncées : 1. Parler des modèles pour le futur ou construire un ordre mondial est, si [j’ai] bien compris, suggestif, mais c’est aussi dangereux. Les sociétés croissent plus loin vraiment quand elles sont construite. Une constitution pour un nouvel ordre mondial n'est jamais comme l’épure d’un gratte-ciel. »

Thomas normand, dans son livre Quelle est notre destin ? (1944).

« John Foster Dulles m’a dit directement qu'il avait toutes les raisons de croire que le gouverneur Thomas E. Dewey de New York acceptera son point de vue et qu'il est personnellement convaincu que c'est la politique qu'il promouvra avec grande vigueur s’il est élu. Ainsi il est juste d’indiquer que sur la première partie du Sphinx d'Albany [capitale de NY] s'est à première vue établi lui-même comme le champion d’un nouvel ordre mondial fort et défini. »

 Extrait d'article par Ralph W. Page dans The Philadelphia Bulletin (mai 1944).

« Alchimie pour un nouvel ordre mondial ».

 Article de Stephen John Stedman dans Affaires Etrangères (mai / juin 1995).

« Les Nations Unies, dit-il à l’assistance à l'université de Harvard, n'ont pas été compétents – ni ne sont capables – de façonner un nouvel ordre mondial lequel réponde ainsi irrésistiblement la demande. ... Le nouvel ordre mondial qui répondra à des problèmes économiques, militaires, et politiques, dit-il, exige instamment, je crois, que les USA prennent la conduite de tous les peuples libres pour rendre les concepts et les aspirations fondamentales de souveraineté nationale vraiment significatifs par l'approche fédérale. »

 Nelson Rockefeller, gouverneur de New York, dans un article intitulé « Rockefeller Offre la Terre Libre Unie : Appels à Harvard pour conduire la construction du nouvel ordre mondial » -- New York Times (février 1962).

« L’expansion logique de l’opinion de la région asiatique est reflétée dans une disposition à considérer les problèmes et la fidélité en termes régionaux, et d’adapter les méthodes régionales aux besoins de développement et à l'évolution d'un nouvel ordre mondial. »

Richard Nixon, dans Affaires Etrangères (octobre 1967).

« Le Président Nixon parle des entretiens comme d’un commencement, ne disant rien de plus au sujet des perspectives pour de futurs contacts et réitère simplement la croyance qu'il a apportée en Chine que les deux nations partagent un intérêt dans la pa
ix et la construction d’unnouvel ordre mondial  . »

 Extrait d'un article du New York Times (février 1972).

« Si immédiatement un gouvernement mondial, une Charte révisée, et une Cour Internationale très renforcée ne fournissent pas des réponses, quel espoir y a-t-il pour le progrès ? La réponse ne satisfera pas ceux qui cherchent les solutions simples aux problèmes complexes, mais elle vient essentiellement de ceci : L'espoir pour les dispositions prévisibles, non en développant quelques ambitieuses institutions centrales à l’appartenance universelle et une juridiction générale comme c’était envisagé à la fin de la dernière guerre, mais plutôt beaucoup plus dans le processus de décentraliser, de dérégler et d'inventer de pragmatiques processus ou d'adapter des institutions de juridictions limitées et de choisir des membres pour traiter les problèmes spécifiques au cas par cas... En bref, la maison de l'ordre mondial devra être construite du bas plutôt que depuis le haut vers le bas. Elle ressemblera à un grand ‘grondement, bourdonnement confus’, pour employer la description célèbre de William James de la réalité, mais en fin de course, éroder pièce par pièce la souveraineté nationale de tous côtés, fera beaucoup plus qu’un démodé assaut frontal. »

Richard N. Gardner, dans Affaires Etrangères (avril 1974).

« L'ordre existant se décompose très rapidement, et l'incertitude principale est si l'humanité peut exercer un rôle positif en formant un nouvel ordre mondial ou si elle est condamnée à attendre l'effondrement dans une attitude passive. Nous croyons qu’un nouvel ordre sera soutenu pas plus tard que tôt dans le siècle à venir et que les affres de la mort du vieil et les tiraillements de la naissance du nouveau seront un temps de tests pour l'espèce humaine. »

Richard A. Falk, dans un article intitulé « Vers un nouvel ordre mondial : Méthodes modérées et Visions Draconiennes », dans le livre Sur la Création d'un Ordre Juste Mondial (1975).

« L'histoire de mon pays, M. président, nous dit qu'il est possible de façonner l'unité tout en chérissant la diversité, que l'action commune est possible en dépit de la variété de races, d’intérêts, et les croyances que nous voyons ici dans cette chambre. Le progrès et la paix et la justice sont possibles. Ainsi nous disons à tous les peuples et gouvernements : Façonnons ensemble un nouvel ordre mondial. »

Henry Kissinger, dans une allocution devant l'Assemblée Générale des Nations Unies, octobre 1975).

« Dans le vieux Bureau d’Inter-Américain dans le Bâtiment du Commerce ici au temps de Roosevelt, en tant que Secrétaire d'Etat Auxiliaire pour des Affaires Latino-Américaines sous le Président Truman, en tant que chef brusque avec Adlai Stevenson et Tom Finletter à la fondation des Nations Unies à San Francisco, Nelson Rockefeller était à la tête de la lutte pour établir non seulement un système américain de sécurité politique mais aussi un nouvel ordre mondial. » Partie d'article du New York Times (novembre 1975).

« Un nouvel Ordre Mondial. »

 Titre d'article sur le début de l’allocution de Hubert H. Humphrey à l'université de Pennsylvanie, imprimée dans la Gazette de Pennsylvanie (juin 1977).

« Le progrès global est plus possible maintenant seulement à travers une recherche de consensus universel dans le mouvement vers un nouvel ordre du monde. »

 Mikhail Gorbachev, dans une allocution aux Nations Unies (décembre 1988).

« Nous croyons que nous créons le commencement d'un nouvel ordre mondial en éclosant de l'effondrement des l’antagonismes entre USA et Soviétiques. »

Brent Scowcroft (août 1990), cité dans le Washington Post (mai 1991).

« Nous pouvons voir au delà des ombres de la guerre du Moyen-Orient un nouvel ordre mondial où le travail fort ensemble décourage et arrête l'agression. C'était précisément la vision de Franklin Roosevelt et de Winston Churchill pour la paix dans la période d'après-guerre. »

 Richard Gephardt, dans le Journal de Wall Street (septembre 1990).

« Si nous ne suivons pas les préceptes de notre boussole morale intérieure et nous ne défendons pas la vie humaine, alors son anarchie menacera la paix et la démocratie du nouvel ordre mondial naissant que nous voyons maintenant, cette longue vision rêvée pour qui nous avons tous travaillée depuis tellement longtemps. »

 Le Président George Bush (janvier 1991).

« Mais il est devenu clair comme le temps se pliait à la raison de M. Bush que le nouvel ordre mondial a été fondé sur une convergence de buts et d’intérêts entre USA et Union Soviétique, si forte et permanente qu'ils travailleront en équipe à travers le Conseil de Sécurité de l’ONU. » Extrait de A.M. Rosenthal, dans le New York Times (janvier 1991).

« Je soutiendrai un candidat présidentiel qui a promis de prendre les mesures suivantes : ... A la fin de la guerre du Golfe Persique, encourage à un règlement compréhensif du Moyen-Orient et pour un nouvel ordre mondial basé non pas sur la Pax Americana, mais sur la paix par la loi avec un ONU fort et une Justice Mondiale. »

 George McGovern, dans le New York Times (février 1991).

« ... c'est le bébé de Bush, même si il partage sa popularisation avec Gorbachev. Oubliez la racine du nouvel ordre d’Hitler ; F.D.R. a utilisé l'expression avant. »

 William Safire, dans le New York Times (février 1991).

« Comment j'ai appris à aimer le nouvel ordre mondial ».

 Article du Sénateur Joseph R. Biden (bras droit de B. Obama en 2009 ?), Jr. dans le Journal de Wall Street (avril 1992).

« Comment Réaliser le Nouvel Ordre Mondial »

 Titre du livre d’Henry Kissinger, dans le Time Magazine (mars 1994).

« L'acte Final de l'Uruguay Round, marquant la conclusion de la négociation commerciale la plus ambitieuse de notre siècle, donnera naissance - au Maroc - à l'organisation du Commerce Mondial(OMC), le troisième pilier du Nouvel Ordre Mondial, avec les Nations Unies(ONU) et le Fonds Monétaire International(FMI). »

 Partie de la publicité sur une pleine page par le gouvernement du Maroc au New York Times (avril 1994).

« Le Nouvel Ordre Mondial : L'élévation de la Région-Etat ».

 Titre d'un article de Kenichi Ohmae, chef politique réformateur du Japon, dans le Journal de Wall Street (août 1994).

« Que le Nouvel ordre Mondial qui est en cours de fabrication se concentre sur la création d'un monde de démocratie, de paix et de prospérité pour tous ».

Nelson Mandela, dans Philadelphia Inquirer (octobre 1994).

« Le renouvellement du traité de non prolifération a été décrit comme important « pour le bien-être du monde entier et le nouvel ordre mondial ». »

 Président Hosni Mubarak d’Egypte, dans le New York Times (avril 1995).

« Les américains doivent être disposés à renoncer à un degré d'intimité personnelle en échange de la sûreté et de la sécurité. »

Louis Freeh, directeur du FBI, 1993.

« Nous ne pouvons pas être aussi obsédés dans notre désir de préserver les droits des américains ordinaires ».

 William Jefferson Clinton, USA Today, 11 Mars 1993.

« Je ne puis être responsable de chaque petite entreprise sous-capitalisée d’Amérique. Il est temps de mettre le bien commun, l'intérêt national, en avant des individus. »

 Hillary Clinton, quand elle a dit que le plan socialiste des soins de santé mettra les petites entreprises en faillite.

« Les décisions au sujet de la maternité et de l'avortement, de l’école, de la chirurgie cosmétique, du traitement des maladies vénériennes ou de l'emploi... ne devraient pas être prises unilatéralement par les parents. »

Hillary Clinton sur les « Droits des Enfants ».

« Les fondamentalistes et les croyants en la Bible n'ont pas le droit d'endoctriner leurs enfants dans leur croyance religieuse, parce que nous, l'état, nous nous préparons pour l'année 2000, quand l'Amérique fera partie de la société globale du Monde Un, et leurs enfants ne pourront pas s'adapter dedans. »

Sénateur du Nébraska, Peter Hoagland, à la radio en 1983.

« Je ne m'inquiète pas si vous voulez chasser. Je ne m'inquiète pas si vous pensez que c'est votre droit. Je dis, 'désolé.' Nous sommes en 1999. Nous avons assez eu comme nation. Il ne vous est pas permis de posséder un pistolet, et si vous possédez un pistolet je pensez que vous devriez aller à la prison. »

Rosie O'Donnell, 21 Avril 1999


"En politique, rien n'arrive par hasard. Chaque fois qu'un évènement survient, on peut être certain qu'il avait été prévu pour se dérouler ainsi."

Theodore Roosevelt  Président des Etats Unis de 1932 à 1945


"Le monde se divise en trois catégories de gens: un très petit nombre qui fait se produire les événements,un groupe un peu plus important qui veille à leurexécution et les regarde s'accomplir, et enfin unevaste majorité qui ne sait jamais ce qui s'est produit en réalité."

Nicholas Murray Butler Président de la Pilgrine Society, membre de la Carnegie, membre du CFR (Council on Foreign Relations)


"Nous arrivons vers l'émergence d'une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin, c'est de LA CRISE MAJEURE et le peuple acceptera le nouvel ordre mondial"

 -David Rockefeller, CFR-


"Divers groupes oeuvrent dans l'ombre depuis des siecles. s'ils s'enveloppent d'un tel secret, c'est que leurs motivations ne sont pas claires."

-Albert Pike-


"Dès que possible, nous devons arriver a élaborer un gouvernement mondial et une religion mondiale diriges par un leader mondial" -

Robert Muller- (ancien assistant au secretaire general de l'ONU)


"Le monde est gouverné par de tout autres personnages que ne se l'imaginent ceux dont l'oeil ne plonge pas dans les coulisses."
Disraëli (1804-1881), dans Coningsby, page 183


"Si soudainement il y avait une menace envers ce monde en provenance d'une espece d'une autre planete, nous oublierons tous ces petits conflits locaux qui ont lieu entre nos deux grands pays et nous comprendrions une fois pour toute que nous sommes en fait des etres humains de cette terre."
-Ronald Reagan s'adressant a Mikhail Gorbachev-


"Il y a deux histoires: l'histoire officielle, menteuse, puis l'histoire secrète, où sont les véritables causes des évènements."
Honoré de Balzac


"Trois cents hommes, dont chacun connaît tous les autres, gouvernent les destinées du continent européen et choisissent leurs successeurs dans leur entourage."
Walter Rathenau (1867-1922), dans le journal autrichien Wiener Freie Presse,
24 décembre 1912


" Dans les conseils du gouvernement, nous devons donc nous garder de toute influence sans garantie, voulue ou pas, du complexe militaro-industriel. Le risque potentiel d’une augmentation désastreuse d'un pouvoir mal placé existe et persistera.
Nous ne devrons jamais laisser le poids de cette combinaison mettre en danger nos libertés et processus démocratiques.
"

le discours d'adieu prononcé à la télévision américaine le 17 janvier 1961 par le Président Dwight D. Eisenhowe

r

"Le bureau présidentiel a été utilisé pour mettre sur pied un complot d'anéantissement de la liberté du peuple américain, et avant de quitter ce bureau, je dois informer les citoyens de cet état critique."

John F. Kennedy, (A l'université de Columbia, 12th Nov. 1963 - 10 jours avant son meurtre le 22 Novembre 1963.)


"L'avancement du progrès global est maintenant possible seulement à travers une quête pour un consensus universel dans le mouvement vers le Nouvel Ordre Mondial."

Mikhail Gorbachev, Président de l'Union Soviétique de 1990 à son démantèlement, dans un discours aux Nations-Unies en 1988


"Il incombe à la communauté internationale d'élaborer les règles de ce
nouvel ordre mondial",

a dit Jacques Chirac, qui a souhaité que la
communauté internationale s'entende sur "une vision commune inspirée de
la Charte des Nations unies".le 7 décembre 1998 dans l'hémicycle comble de l'Unesco

 

"...Homme moderne, adulte pourtant parfois faible dans sa pensée et dans sa volonté, laisse-toi prendre par la main par l’Enfant de Bethléem ; ne crains pas, aie confiance en Lui ! La force vivifiante de sa lumière t’encourage à t’engager dans l’édification d’un nouvel ordre mondial, fondé sur de justes relations éthiques et économiques. Que son amour guide les peuples et éclaire leur conscience commune d’être une « famille » appelée à construire des relations de confiance et de soutien mutuel. L’humanité unie pourra affronter les problèmes nombreux et préoccupants du moment présent : de la menace terroriste aux conditions d’humiliante pauvreté dans laquelle vivent des millions d’êtres humains, de la prolifération des armes aux pandémies et à la dégradation de l’environnement qui menace l’avenir de la planète."

Benoit XVI lors de son message URBI ET ORBI de noël 2005


"L'histoire est un mensonge que personne ne conteste"

Napoléon Bonaparte


"dérriere le gouvernement visible siège un gouvernement invisible qui ne doit pas fidélité aux peuples et ne se reconait aucune responsabilité. Anéantir ce gouvernement invisible, détruire le lien impie qui relie les affaires corrompues avec la politique, elle même corrompue, tel est le devoir de l'homme d'état"

                                                           Théodore Roosevelt


"La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre contre les Etats-Unis. Une guerre permanente, économique, une guerre sans morts. [...] Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. Une guerre inconnue, une guerre permanente, sans morts apparemment, et pourtant une guerre à mort."

François Mitterrand (1916-1996), Ex-Président Français. Commentaire lors d'un entretien privé avant sa mort, cité dans le Courrier International du 13 Avril 2000
 
 
Le signe du Texas ? :
 
 
 

Vous aussi Mr Obama vous êtes du Texas?









 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
plus de photos : ici

bush-wanted_fr--Modifiee-.jpg Zapping GWB contre info

 

 


1

 

Le Nouvel Ordre Mondial créé par Toolateprod en 6 parties

1/6



2/6




3/6



4/6



5/6




6/6



Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés