Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Alerte Pub

De nouvelles conditions d'hebergements nous oblige a intégrer de la publicité.


Pour ne plus voir les pubs s'afficher sur ce blog et ailleurs (youtube, allociné, facebook, etc…), installer en 2 clics dans votre navigateur (Firefox, Explorer, Chrome, Safari, Opera et Android) ADBLOCK PLUS l'outil indispensable pour rendre invisibles les pages de pub sur internet. https://adblockplus.org/fr/

Recherche

2006/2016

 

Accueil

 

 
facebouc-copie-1.jpg

 

Killu Minatis

 

Just Foreign Policy - Morts irakiens dus a l'invasion U.S.
;l,lk

 

Site Pedopolis de secours

 

Archive intégrale de Pedopolis.com à télécharger et à diffuser !


Archive intégrale de Pedopolis...  

 

http://www.fichier-rar.fr/2013/07/11/archive-pedopolis-complet/

 

https://twitter.com/Pedopolis

 

SKS CREW : LA LOI DU SILENCE (Interdit aux -18ans)

Stan Maillaud et Janett Seemann - Entrevue choc et explosive (MetaTV-03/2015) (+18)

Wanted Pedo lutte contre la pédo-criminalité (MetaTV-11/2014) (+18)

Wanted Pedo, la guerre déclarée contre les réseaux pédophiles (MetaTV-6/2014) (+18)

Tepa balance devant Skyrock (MetaTV-10/2014)

Metafreestyle - Tepa - SKS Crew - Neg Lyrical - Malick Carr - Ousman

Kery James - Avec le Coeur et la Raison

Kery James - Racailles (clip officiel) 2016

El Matador - Polemiquement Incorrect (+18)

El Matador - Polemiquement Incorrect 2 (+18)

 

KILLUMINATY SMG remet en place les satanistes du rap français. Sa chaine youtube : https://www.youtube.com/channel/UCWEVFCrnSVhCTcYBSDiWSNQ

 

http://www.un.org/french/aboutun/dudh.htm
Article 19
Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour contacter les auteurs  "Contact" en bas de la page.

Ou via ' killuminatis@gmail.com ' ou ' killuminatis@mail.ru '

DPZ 5410

591774247840

 
Veuillez prendre connaissance de l'enquète Vervloesem sur les Réseaux de l'Horreur (+18)

23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 11:45

Les Piliers De La Traitrise Elisabeth Silva

 

 

 

  Communiqué de press  14 Oct 2006 11:01 GMT scandale-france.org


APPEL A LA MEDIATISATION ET A LA MOBILISATION GENERALE


Madame, Monsieur,


Par ces quelques lignes, la soussignée remercie très sincèrement, celles et ceux, qui nous ont exprimé le témoignage de leur soutien, suite à l’envoi de mon livre « Les Piliers de la Traîtrise » paru aux Editions La Lanterne Paris, en mars 2005.
J’ai l’honneur de vous remettre, sous ce pli, le bulletin d’information du 1er octobre 2006, accompagné du courrier du Ministère de l’Intérieur du 22 juin dernier, dont j’ai été destinataire.
Permettez-moi, au moyen de cette tribune libre, contenant un plus ample informé sur la gestion scandaleuse de l’affaire SILVA-MARQUEZ, de saisir les Autorités françaises et étrangères sur la question « De la nécessité du devoir d’ingérence contre l’état d’exception » qui doit retenir tout particulièrement votre attention.
Le Président de la République française semble avoir saisi l’urgence de notre situation, à en juger par la saisine, ordonnant au Ministère de l’Intérieur, représenté par Nicolas SARKOZY, non seulement de me répondre personnellement mais encore d’examiner loyalement notre requête portant sur une dénonciation de Crime d’Etat, preuves à l’appui, visant la famille SILVA-MARQUEZ.
Je rappelle que le Ministère de l’Intérieur a été dûment avisé, sous couvert de la voie hiérarchique, de la menace qui se profilait, depuis le 18 août 2003, par le Brigadier de Police, Marc SILVA – Matricule 343 180, affecté alors à l’O.C.R.B. (Office Central pour la Répression contre le Banditisme) lequel légitimement réclamait une protection rapprochée dûment motivée pour son entourage familial.
TROIS ANNEES de lutte, de souffrances, d’avanie, de flétrissures, d’attente interminable, soit 1138 jours de trop maintenant, de torture infligée par les mêmes moralistes qui prônent, à la cantonade, sans même sourciller la tolérance zéro pour l’ensemble des crimes et délits punissables, sans toutefois l’appliquer à leur petite personne.
Une absence de poursuite et de condamnation imminentes contre les fonctionnaires des Ministères de la Justice et de l’Intérieur, coupables de forfaiture, serait à l’évidence, une grave insulte à l’intelligence et à la haute fonction du Chef de l’Etat, Monsieur Jacques CHIRAC.
Nous, famille SILVA-MARQUEZ, prônons radicalement la rupture avec ces méthodes dignes d’une République bananière. Aussi, le devoir d’ingérence national et international doit être exécuté sans délai, pour prévenir la commission d’autres crimes. Si en effet, la gravité et l’urgence de l’affaire SILVA-MARQUEZ n’échappe plus à personne, seules des mesures concrètes seront capables de faire chuter les Piliers de la Traîtrise, qui nous confinent arbitrairement dans l’état d’exception. Cet état d’exception décrété par de hauts responsables atteints de nanisme politique, convenons-en, porte atteinte à l’honneur et à la grandeur de la France ainsi qu’à son rayonnement à travers le monde.
Face à la passivité des Ministères, en charge de traiter l’urgence, les observateurs de la scène nationale et internationale doivent ouvrir une réflexion, dresser des passerelles entre les Nations, engager des actions auprès de l’organe supranational de l’ONU, pour que les criminels en relation avec une entreprise terroriste soient sanctionnés avec sévérité et impartialité.
Selon la formule consacrée, usitée jadis, à juste raison par l’ancien Ministre de l’Intérieur, Monsieur Charles PASQUA, actuellement Sénateur des Hauts de Seine « Il faut terroriser les terroristes » et non pas user de la terreur à l’encontre de trois innocents qui ont œuvré pour une noble cause, celle de l’enfance en danger et ont par ailleurs accepté de répondre au complément d’information sollicité par l’Adjudant OMER de la Brigade de Recherche Départementale de Grenoble, affaire Léo Balley classée SECRET DEFENSE.
Je veux vous dire simplement que chaque fois qu’un Etat de droit accepte qu’un policier et sa famille soient outragés, blessés ou tués, sans réagir, c’est la Nation qui est injuriée.
La Démocratie ne doit jamais s’arrêter là où commence la Raison d’Etat.
D’autant plus que la famille SILVA-MARQUEZ n’a porté atteinte, jusqu’à preuve du contraire, ni au Ministère des Armées ni aux intérêts de l’Etat, puisqu’en aucune manière, nous n’avons contrevenu aux lois et règlements.
Depuis trois années, nous combattons l’arbitraire.
A votre tour, vous vous devez de rompre le silence et marquer la rupture avec ces méthodes totalitaires.
Je le dis et le répète solennellement, il est grand temps maintenant pour ceux qui détiennent le batôn du pouvoir d’agir en Homme ou de continuer à se taire à tout jamais.
Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes respectueux hommages.

Mme Marie-José MARQUEZ M. Marc SILVA

Mle Elisabeth SILVA
Rédactrice


Bulletin d’Information du 1er octobre 2006

Destinataires : AUTORITES FRANçAISES ET ETRANGERES
Objet : Suivi de la gestion du dossier Famille SILVA–MARQUEZ entendue sur commission rogatoire dans l’affaire Léo BALLEY classée SECRET DEFENSE par les instances françaises.

N/Réf. : Livre « Les Piliers de la Traîtrise » d’Elisabeth SILVA, paru aux Editions La Lanterne – Paris en mars 2005.
« Lettre ouverte aux Autorités françaises et étrangères » de M. Marc SILVA du 15 avril 2006 (174 pages)


P.J. : Copie du courrier du Ministère de l’Intérieur du 22 juin 2006 adressé àMle Elisabeth SILVA.- Copie du courrier de l’Ordre des Avocats de Paris du 06 septembre 2006 adressé à M. Marc SILVA .

EDITO

- DE LA NECESSITE DU DEVOIR D’INGERENCE CONTRE L’ETAT D’EXCEPTION -

Madame, Monsieur,

A l’instar de l’Affaire DREYFUS, nous sommes devenus les victimes d’une situation sans précédent dans l’Histoire de la Vème République française. Le mur de l’Omerta érigé par les bâtisseurs de l’actuel Gouvernement français contre la famille SILVA-MARQUEZ devrait au terme de trois longues années de résilience s’effondrer. L’esprit d’Emile ZOLA, auteur de la célèbre lettre ouverte au Président de la République « J’ACCUSE » publiée dans l’Aurore à la fin du XIXème siècle, est hélas mort et enterré. Par conséquent, pour atteindre ce noble objectif et hurler notre douleur, nous avons besoin du soutien de la communauté nationale et internationale.
Si nombre de voix s’élevaient pour crier leur indignation alors et alors seulement, notre famille retrouverait ses droits, sa liberté et la paix de l’esprit.
L’actualité politique française, comme chacun le sait, a mis en évidence une conception toute particulière du fonctionnement des Institutions de la Vème République.
Malheureusement, force est de constater que les Institutions françaises sont prises en otage par le choc des ambitions personnelles d’un noyau d’individus qui prévalent sur toute autre considération, y compris sur l’application de la loi.
Ces méthodes manichéennes sont pour le moins troublantes. A l’évidence, un régime oligarchique s’est instauré. Celui-ci semble tenir le gouvernail d’une République, empêtrée dans les Affaires, si l’on s’en tient aux crises successives des émeutes de quartiers de 2005 sans précédent dans l’Histoire de France, aux querelles intestines de l’affaire Clearstream ou encore à la sulfureuse affaire d’Etat SILVA-MARQUEZ depuis longtemps passée sous silence par des classes dirigeantes démissionnaires.
De part et d’autre, une droite monolithique se dessine tandis que les contours diffus d’une gauche plurielle bat le rappel, prêts à défendre toutes les causes perdues, exception faite d’une dramatique affaire d’Etat dans laquelle nous avons été plongés, bien malgré nous.

Ne perdons pas de vue que le cerveau et les organes décisionnaires de cette machine machiavélique se sont engagés à broyer notre existence. Mais nul ne semble s’en émouvoir ou prendre des mesures de protection adaptées.
Face à cette affaire scandaleuse, les politiques tous clivages confondus, et la presse dite libre se taisent, au lieu d’agir, préférant la dérobade et l’aveuglement à la manifestation de la vérité.
Dans cette effroyable affaire où l’obscurantisme toujours d’actualité règne en maître, permettez moi d’user du questionnement, pour faire jaillir la lumière des ténèbres où notre famille est encore plongée.
Que cache le mutisme des Autorités publiques ? le courage n’est-il pas de se battre sur tous les fronts, chercher la vérité, la dire haut et fort et de refermer cette boite de Pandore avant que tous les maux ne menacent de se répandre ? La lâcheté serait-elle devenue une vertu contemporaine ?
Est-il normal d’étouffer à dessein un scandale politico-judiciaire couvant un Crime d’Etat ?
Est-il concevable dans un pays démocratique, de préférer la dictature du silence à la transparence sur les imbrications politico-judiciaire-militaro-policière et médiatique ?
Est-il acceptable de faire entrave à la Justice sur l’affaire SILVA-MARQUEZ en réduisant trois êtres isolés à l’état d’exception, otages en leur propre pays, au nom d’une RAISON D’ETAT inavouable ?
Les deux modèles de Démocratie que sont la France et les Etats-Unis d’Amérique peuvent-ils plus longtemps intimer au monde, et surtout aux miens, le choix du silence, en se réfugiant derrière leur souveraineté inviolable alors que ces deux Etats creusent déjà notre tombe, en toute impunité et dans la plus parfaite indifférence ?
La nécessité du devoir d’ingérence doit s’appliquer de toute urgence en riposte à l’état d’exception décrété.
Extraordinairement, en ce qui nous concerne, aucune voix ne s’élève pour dénoncer l’inadmissible.
Je n’entends pas et vous n’entendez pas non plus, l’expression de l’indignation du Premier Ministre, Monsieur Dominique de Villepin, si grandiloquent d’ordinaire ou même les cris d’orfraie poussés par le Ministre de l’Intérieur, Nicolas SARKOZY, pourtant si prompt à attraper un micro, en toute occasion.
Ainsi donc, selon que vous soyez puissants ou misérables, en matière de Justice, deux poids et deux mesures font pencher la balance tantôt d’un côté tantôt de l’autre pour servir les intérêts d’une cause que nous ignorons. J’en apporte la preuve suivante :

A titre d’exemple, le journaliste Xavier TERNISIEN du Monde titrait, à ma grande stupéfaction, dans son article du 29 septembre 2006, sans même user du conditionnel « Un professeur de philosophie menacé de mort pour une tribune ».
En préambule, le lecteur apprend que : « Robert REDEKER, professeur de philosophie et essayiste est la cible de menaces de mort depuis la parution d’une tribune dans le Figaro du 19 septembre, dans laquelle il critiquait l’Islam et le prophète MAHOMET… Il reçoit quotidiennement des messages hostiles sur sa boite e-mail. La Direction de la surveillance du territoire (DST) a repéré des pages de forums islamistes jihadistes, en anglais, sur lesquels se trouvent sa photo, son adresse et un plan de rue pour se rendre à son domicile. Il y est qualifié de porc. »
Aussitôt, le premier Ministre, Dominique de Villepin monte au créneau et juge, je cite « inacceptable » cette « fatwa » tandis que le Ministre de l’Education Nationale, Gilles de Robien se déclare « solidaire » du professeur de philosophie.
In fine : « M. Redeker, qui enseigne la philosophie au lycée de Saint-Orens-de-Gameville (Haute-Garonne), a été placé sous protection policière. Il a dû quitter son domicile et n’enseigne plus depuis le 20 septembre ».

Paradoxalement, si l’on tire la substantifique moëlle des écrits de Piotr SMOLAR dans le journal Le Monde du 04 novembre 2003, qui en son temps a dressé un véritable réquisitoire contre un policier en titrant « Un policier et sa sœur médium crient au complot et fuient à Londres », il ressort de cet article sensationnel une volonté évidente de nuire à l’honneur et à la réputation d’un Serviteur de l’Etat, fonctionnaire de police en exercice dans un groupe opérationnel d’un service spécialisé de la police judiciaire, l’Office Central pour la Répression contre le Banditisme, pour ne pas le nommer.
Mais revenons sur les flèches empoisonnées, décochées par ce scribouilleur, dont mon frère, Marc SILVA fut la cible toute désignée, pour mieux restituer le climat de cette affaire d’Etat classée SECRET DEFENSE.
Je cite : «…Cela fait neuf mois que la petite Estelle Mouzin a disparu…Cet été, juste avant la canicule, il s’est trouvé une mission, une cause même : identifier le ravisseur d’Estelle. Comment ? Grâce à sa sœur, Elisabeth…La sœur du Brigadier s’enorgueillit de posséder des dons extra-sensoriels…on les menace. Marc S. devait reprendre le travail début septembre ; personne ne l’a revu à l’OCRB. « Les poursuites malveillantes et menaçantes nous ont obligés à quitter le territoire français pour gagner l’Angleterre dans des conditions périlleuses », explique t-il sur le site Internet qu’il a créé spécialement pour traiter du « scandale » de la disparition d’Estelle Mouzin… Le 7 août, Hervé Lafranque, patron de l’OCRB, est mis au courant du comportement de son fonctionnaire. Il n’avait jamais eu à se plaindre du travail de Marc S., qui a même participé aux deux grands succès de l’Office en 2003 : les arrestations des évadés Joseph Menconi et Antonio Ferrara. Le 9 août, Elisabeth S. envoie un courrier à Nicolas Sarkozy et à Dominique Perben pour leur transmettre le résultat de ses investigations… soit 71 feuillets…Marc S., lui, se croit suivi. Il imagine des policiers derrière chaque passant…A plusieurs reprises, il demande une protection rapprochée à sa hiérarchie qui s’inquiète de son équilibre mental et lui retire son arme…En dernier recours, il envoie un long récit de ses investigations à Roger Marion, le préfet délégué à la sécurité à Marseille, ancien chef adjoint de la police judiciaire. Il y développe la thèse d’une conspiration impliquant de hauts responsables officiels de l’Etat et des intervenants extérieurs, qui au moyen de surveillances physiques et techniques, cherchent à -leur- nuire. » Piotr Smolar.

Notez aussi que la voyance et la prétendue dépression ou paranoïa d’un policier ont servi d’écran de fumée dans d’autres articles de journaux complaisants (Le Parisien du 17/10/2003 « Un policier en fuite » ; Le Nouveau Détective du 22/10/2003 « L’Etrange disparition d’un policier »). Tout lecteur peut apprendre, entre autre, qu’un policier de l’Office Central pour la Répression contre le Banditisme, sous le couvert de l’anonymat, a cité les nom, prénom, grade du fonctionnaire de police, Marc SILVA pour faire référence aux très célèbres arrestations de deux malfaiteurs également nommés, Antonio Ferrara et Joseph Menconi, contrevenant par la-même aux textes de loi en dévoilant l’identité d’un fonctionnaire de police, sans nécéssité aucune.

- Extraits du N° 1101 du Magazine à sensation - le nouveau détective - « L’Etrange disparition d’un policier » signé par le grand rapporteur, Michel Mary, et analysés dans mon livre « Les Piliers de la Traîtrise » pages 202 – 203 : « …il fait l’objet de mystérieuses menaces de mort…on est au cœur de l’été, ce qui explique sans doute la lenteur des deux ministres concernés. Mais le lundi 18 août suivant, le brigadier Silva passe les bornes. Faisant état de ces « menaces de mort répétées » contre sa personne, il demande carrément « une protection rapprochée » à son supérieur de l’OCRB…..Mais la conclusion s’impose : le brigadier Marc Silva est devenu fou. Pourtant, le jeune policier avait jusque-là de bons états de service. Et récemment encore il s’était distingué en participant à l’arrestation de Joseph Menconi et Antonio Ferrara, deux dangereux voyous qui s’étaient évadés de prison. Il a pété les plombs, résume un de ses collègues de l’OCRB qui préfère rester anonyme…Embarrassée, la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) a fini par diffuser une fiche de recherche au nom de « Marc Silva, fonctionnaire de police, matricule 343180 ». Tous les postes frontières et les aéroports sont en état d’alerte… »

Retenez bien que l’ultime recours à ces armes silencieuses n’était qu’un stratagème supplémentaire pour mieux masquer la vraie raison d’une véritable mise à mort, avec pour mobile un fumeux SECRET DEFENSE lié à l’Affaire Léo Balley instruite à Grenoble. Pourtant Piotr SMOLAR et consorts ne souffleront pas un mot sur le petit Léo BALLEY, l’éternel oublié, pas un mot sur le Secret Défense, pour mieux tuer dans l’œuf tout embryon de réflexion.
En revanche, l’évocation de la participation de mon frère M. Marc SILVA, à l’arrestation de deux figures du grand banditisme dûment nommées, figure en bonne place dans les colonnes de presse. Dans cette affaire, le non respect de l’anonymat d’un fonctionnaire de police semble être la consigne à suivre par les rédactions. Reste à démasquer le marionnettiste de cette cabale.

A l’aune de l’étude comparative des cas REDEKER et SILVA, je ne peux qu’exhaler mon indignation devant le traitement exécrable de l’affaire SILVA-MARQUEZ et m’interroger sur la justification morale et politique d’une telle inégalité des droits devant la loi.
Pourquoi Monsieur Marc SILVA, et les membres de sa famille n’ont pas été exaucés dans la demande officielle de protection policière malgré tous les éléments de preuves apportés à la connaissance des autorités policières et politiques françaises ?
Du 20 août 2003 à ce jour, nous sommes toujours en butte à un déni de justice et à un harcèlement moral continu, (cf Page 65 de la « Lettre ouverte aux autorités françaises et étrangères » de Marc SILVA du 15 avril 2006.) Le déni de justice est avéré dans l’affaire SILVA-MARQUEZ et l’appareil judiciaire s’acharne avec obstination à la bloquer voire à l’enterrer.
Si Emile Zola pouvait nous entendre, nul doute que ce personnage haut en couleur se retournerait dans sa tombe et vilipenderait comme il le fit si brillamment en 1898 dans les mêmes termes qui n’ont décidemment pris aucune ride : « Je dénonce à la conscience des honnêtes gens cette pression des pouvoirs publics sur la justice du pays. Ce sont là des mœurs politiques abominables qui déshonorent une nation libre ». Paix à sa grandeur d’ âme.
Cet ETAT D’EXCEPTION doit non seulement retenir l’attention des Autorités françaises et étrangères appelées à la rescousse mais aussi les inciter à intervenir car à l’évidence nous avons été l’épicentre d’un véritable tremblement de terre.
Tout en me gardant de porter un jugement sur l’affaire du professeur de philosophie, citée supra, je m’insurge contre le sort si cruel que des brebis galeuses de l’Institution policière nous ont infligé, en dépit des règles de droit et au mépris de nos vies. Une frange du Ministère de l’Intérieur a maquillé la vérité pour tromper la Justice en écartant un policier rigoureux et intègre qui s’est mis en travers de la raison d’Etat pour sauvegarder la vie des siens.
L’essence même du métier de policier n’est-elle pas de protéger les personnes contre les dangers de toute nature ?
La hiérarchie policière a fait le choix de sacrifier un membre sain au lieu de s’attaquer à la gangrène qui ronge l’Institution. Voilà la récompense de la consécration sacrificielle d’un Homme d’honneur, voué corps et âme à sa Patrie, assurant pendant 17 ans la protection de ses concitoyens, 17 ans de bons et loyaux services balayés d’un revers de manche, pour avoir songé un jour à défendre une noble cause, celle de diverses affaires de disparition d’enfants non élucidées, dont l’une reste classée Secret Défense : Affaire Léo Balley à Grenoble.
Aussi, je tire de cette épreuve indicible une leçon de vie et cette affaire restera une écharde plantée à jamais au plus profond de ma chair. L’ingratitude est si criante dans les questions d’intérêt.
C’est pourquoi, la politique pusillanime des trois singes « NE RIEN VOIR, NE RIEN DIRE, NE RIEN ENTENDRE » indigne du genre humain doit cesser sans délai. Je ne le martèlerai jamais assez.
Nous, famille SILVA-MARQUEZ, citoyens français, avons pour notre part, fait le choix de la consultation participative, en plaçant au cœur de notre combat pour la survie, les Etats Souverains, solennellement appelés à exercer leur devoir d’ingérence.
Les tricheurs de tous bords seront mis échec et mat, ma famille s’y engage.
Il est encore temps d’agir, et nous comptons sur la portée de la voix universelle garante du respect des droits de l’Homme et du Citoyen pour peser sur l’arbitraire et lever le veto sur cette affaire classée Secret Défense.

ACTUALITES : Trois ans après, dernier rebondissement dans l'affaire SILVA-MARQUEZ.

C’est ainsi dans un constant souci de transparence et animée d’un même esprit de résilience, forces du combat de la famille SILVA MARQUEZ pour la sauvegarde de leur vie dans la dignité, que la soussignée s’applique à informer les Autorités françaises et étrangères, du suivi de ce dossier porté en désespoir de cause pour la seconde fois à la connaissance du Président de la République Française, Monsieur Jacques CHIRAC.
Parce que la communication demeure notre seul antidote contre l’oubli, et les Puissances françaises et étrangères notre meilleur rempart contre la chienlit à laquelle nous résistons, nous vous adressons en complément des documents mis en ligne sur notre site www.scandale-france.org, d’une part,

*** le courrier du Ministre de l’Intérieur, représenté par Nicolas SARKOZY, daté du 22 juin 2006, en réponse à ma lettre personnelle du 18 mai dernier, adressée au Président de la République Française, Monsieur Jacques CHIRAC.


Et d’autre part,

· la réponse du 06 septembre dernier de l’Ordre des Avocats de Paris (Monsieur Bernard BOUSSAGEON, en sa qualité d’Ancien membre du Conseil de l’Ordre) qui fait suite au recours de M. Marc SILVA contre la faute professionnelle de l’avocat désigné d’office Maître Guy PECHEU (affaire Marc SILVA contre le Ministère de l’Intérieur devant le Tribunal Administratif de Paris).

Notre démarche d’information vise à s’assurer de l’exécution loyale des engagements pris par les instances requises.
A la lecture du courrier émanant du Ministère de l’Intérieur, nous nous sommes réjouis de la salutaire réactivité du Chef de l’Etat conscient de ses responsabilités régaliennes, à l’égard de trois de ses concitoyens irréprochables, et néanmoins victimes du détournement des appareils étatiques français (et américains), comme en témoignent largement mon livre " Les Piliers de la Traîtrise " complété par la « Lettre Ouverte aux autorités françaises et étrangères » rédigée par mon frère M. Marc SILVA en date du 15 avril 2006, dont vous avez été destinataires.
Gageons que l’examen approfondi de cette saisine officielle par lesdits services, portant sur une dénonciation de CRIME D’ETAT visant la famille SILVA-MARQUEZ, signifiera la fin d’une curée sans merci et mettra un terme définitif au déni de Justice manifeste qui perdure maintenant depuis trois longues années.
Je renouvelle ma confiance au Président de la République et entend bien que « l ‘examen approprié du service concerné » soit exécuté avec diligence par le Ministère de l’Intérieur géré par Nicolas SARKOZY, conformément aux exigences du premier Magistrat de France, Monsieur Jacques CHIRAC et à son attachement aux principes constitutionnels de la stricte observation de la séparation des pouvoirs. Dans un avenir que nous souhaitons proche, je ne manquerai pas d’informer l’ensemble des Autorités françaises et étrangères des suites réservées à cette affaire criminelle complexe.
A l’issue, chacun pourra juger selon son intime conviction, si les ordres intimés par les services de la Présidence de la République Française auront été exécutés dans le strict respect des lois et règlements. En toute logique, le bon sens voudrait que Vérité et Efficience soient les préoccupations essentielles des services d’enquête saisis.

Par ailleurs, ce n’est pas un luxe de rappeler qu’en vertu des principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, les Etats qui sont parties au Pacte international relatif aux droits civils et politiques ont pour obligation de concourir au respect universel et effectif des droits égaux et inaliénables à tous les membres de la famille humaine, lesquels constituent le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.
La protection internationale des Droits de l’Homme se doit de mobiliser l’attention de chaque membre de la famille humaine, de chaque nation et en particulier de l’Instance supranationale du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, de manière à empêcher la commission d’un crime d’Etat préparé insidieusement depuis trois années.
Si malgré mes exhortations, les Autorités françaises et étrangères choisissaient de se taire, en raison de principes, ô combien fantasques tels que la neutralité ou encore le devoir de non-ingérence, cela reviendrait, ipso facto, à signer la condamnation à mort de trois citoyens français sans défense.
Aussi, j’appelle de mes vœux les Etats souverains à suivre non seulement le bon déroulement de cette affaire classée SECRET DEFENSE mais aussi et surtout à peser de tout leur poids qui est loin d’être négligeable, avec la même vigilance que le Président de la République française, Monsieur Jacques CHIRAC.
Nous vous invitons à prendre acte de la saisine officielle de Monsieur Jacques CHIRAC ordonnant au Ministre de l’Intérieur, Nicolas SARKOZY l’ouverture d’enquêtes sollicitées par Monsieur Marc SILVA, radié comme chacun le sait, abusivement, des cadres de la Police Nationale par décision de cette même administration, au motif d’un abandon de poste. Cette décision est toujours irrecevable, au sens d’une justice équitable étant donné que les Autorités publiques avaient été dûment avisées, en temps utile, du cas de force majeure qui manifestement barrait la route à une reprise normale de ses activités professionnelles. Fort heureusement, l’abandon de poste du professeur de philosophie, Monsieur REDEKER n’a pas été retenu par l’Education Nationale, l’honneur est sauf. Le Ministère de l’Education Nationale n’est pas tombé dans le piège de la turpitude contrairement au Ministère de l’Intérieur qui a rejeté arbitrairement le cas de force majeure. La bassesse se sublime et épouse bien toutes les formes même les plus insidieuses. Vous en conviendrez et je pèse mes mots, le degré zéro de la démocratie est atteint.

Pour conclure, je rappelerai le rôle prépondérant de la chancellerie qui se doit de remplir ses fonctions régaliennes avec force, plénitude et indépendance.

Une absence de condamnation serait dangereuse dans une Démocratie, dans la mesure où elle laisserait à penser que les criminels n’ont pas de compte à rendre, ni même au Président de la République française en personne.

La flamme de la Résistance ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. C’est pourquoi, je compte sur votre médiation et coopération dans le strict respect du droit national et international pour renverser l’état d’exception imposé avec suffisance et mépris par de hauts responsables atteints visiblement de nanisme politique.
Recevez, Madame, Monsieur, l’assurance de mes respectueux hommages.

Mme Marie-José MARQUEZ M. Marc SILVA
« Lu et approuvé » « Lu et approuvé »


Mle Elisabeth SILVA
Rédactrice


e-mail:: elisabeth-silva@wanadoo.fr homepage:: http://www.scandale-france.org

SOURCE : indymedia.org/en/2006/10/848418.shtml

 

 
Repost 0
Published by E. SILVA - dans Actualité Mondiale
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 11:30


Reportage dans son entiereté au bas de l'article

 

 

Témoignages d'enfants violés et discrédités, lachement ignoré par le gouvernement qui protège et couvre les bourreaux de ce puissant réseau.

Nous avons maintenant les preuves irréfutables.
Elles le sont !! Indépendament de tout discrédit et dévalorisation pouvant leurs etre faites.

Enfants torturés pendant des cérémonies ou ils sont massacrés et sacrifiés!
Violés en collectivité de groupe, brulés et décapités par le réseau Occulte avec la complicité "Flagrante" du Gouvernement qui les couvre et les protèges!!
(la puissance de ce réseau d'influence est sans équivoque, elle est témoigné par la protection que le gouvernement leurs accorde..)

Un contact m'a fourni ce reportage qui a été éttouffé et que l'on tente de discrédité pendant le débat télévisé qui lui est associé.
Mais cette tentation "évidente" et sournoise que le chef de la brigade des mineurs fait en se Ridiculisant est un echec!!
Face : et au reportage, et aux invités au débat et à vous probablement.

IL EN TREMBLE DES LEVRES !!! !! !! Rendez vous compte!!
Il a osé dire que ce n'est pas des réseaux pédophiles institutionel dont il faut s'occupé mais de la petite pédophilie quotidienne et ordinaire!!!!!

Rendez vous compte!!!!
N'a t-il pas par panique dit tout haut ce que lui et ceux qu'il réprésente pensent tout bas?

C'est comme ces medecins plus intéressés par leurs honoraires que par la santé de leurs patients qui prefererent soignés les symptomes d'une maladie plutot que de guerrir sa cause!!!
Et donc s'assurer qu'elle reviendra avec aussi évidemment, l'argent du client.
Ceci c'est vouloir jonglé avec la forme d'un probleme sans jamais éliminer le fond, la racine, la source!!!!
Soigner les effets et non les causes!!

Ce reportage est pratiquement inconnu du grand Public qui pourtant a eu lieu en 1999 tard le soir sur une chaine PUBLIC !!
C'est un débordement causé probablement grace à une présentarice qui avait à l'époque soif de verité et qui jouissait d'une certaine liberté mais qui ensuite, aprés ce débordement, a était orienté vers une autre directive afin que la trappe qu'elle avait ouverte et qui doit impérativement etre inconnu du grand Public se referme sans que l'oeil du peuple ne s'en appercoit.
Je me permet de la maintenir ouverte au yeux de tous avec les sources qui l'accompagne.

Ce reportage est introuvable nulle part !! (Pour l'instant)
Ni sur aucun site internet, meme sur les plus gros site de conspiration, nulle part auprés d'aucun marchand de DVD, ni aupres de France 3...
Il y a beaucoup de choses sur la corruption du systeme.
Mais "PAS" ce reportage extremement clair et pertinant pour ceux qui seront capable de le voir avec clarté.

Vu la pertinance de ce reportage et ce qu'il démontre, cela métonne vraiment que personne ne l'ai mis sur une page web.

Je pense que c'est car peu de personne en ont eu connaissance parcequ'il a eu lieu à une heure tardive et aussi, peut etre la peur de le diffuser.

Ce reportage a ensuite été ignoré des médias dont le controle s'est ressérré.
Il a était étouffé avec les informations et preuves qui le constitue.
Ce genre de fuite émanant d'une chaine Public respirant autant de liberté et de vérité n'apparaitra probablement plus jamais sur aucune chaine télévisé car le controle des médias est aujourd'hui pratiquement Total.
Ce controle qui leurs garantie qu'aucune autre faille de ce genre ne se reproduise et leurs nuise, leurs garantissant aussi un certain controle des masses endormies, un certain controle sur leurs conditionnements et leurs opinions.

Mais trop tard. Ce reportage est passé. Il a était enregistré. Et un contact me l'a fourni.

Martine Bouillon a été muté en province par le Conseil Superieur de la Magistrature (dans lequel siege le President de la Republique) le lendemain matin de la projection tardive du documentaire. Sous le pretexte :
" d'atteinte à la delicatesse ".
Le Haut Magistrat qui lui a assigné l'ordre de mutation a été mis en examen par la suite pour pédopornographie mais a été blanchie.
M.B. se refuse desormais à tout commentaire sur cette affaire déclarant seulement qu'elle
" a des personnes a proteger ".

C'est pas une courte fenetre de tir que nous disposons maintenant pour sonner l'alarme, c'est un énorme VéLuxe!
Réveillez vous bonne gens, ceux qui pensent pour vous sont devenus fou.

Vannso.

 Voir aussi Les enfants de satan : www.karmapolis.be/pipeline/lesenfants.htm

 

Le reportage en entier :

 

-
PEDOCRIMINALITE,DYSFONCTIONNEMENTS JUDICIAIRES ET MEDIATIQUES
par le psychiatre Marc Reisinger
-
L'évolution judiciaire de certaines affaires en Belgique, en France, au Portugal et ailleurs laisse deviner la puissance des réseaux pédocriminels et les résistances auxquelles se heurte le combat contre l'abus sexuel organisé des enfants. L'affaire des dossiers X en Belgique, celle des disparues de l'Yonne et l'affaire Allègre en France n'ont pas de liens concrets. Pourtant, on y observe des éléments et une structure commune, qui se résume en quatre points.


1. Au cours d'une enquête criminelle, des victimes décrivent des scènes de viols d'enfants, de tortures et de meurtres impliquant des personnalités importantes.

Il est intéressant de noter qu'à ce stade les victimes - qui ont une vision plus clairvoyante de la société que les enquêteurs - préviennent ces derniers qu'ils s'exposent à des problèmes.

Ce fut le cas de Regina Louf, un des "témoins X" (3), qui avertit les gendarmes qui l'encourageaient à parler qu'ils allaient avoir des ennuis. Le gendarme Roussel, enquêtant sur les crimes de Patrice Allègre reçut le même avertissement de la part des prostituées qu'il interrogeait.
-
2. Arrêt de l'enquête : des enquêteurs et/ou des magistrats sont écartés; à l'enquête se substitue une "enquête sur l'enquête", qui aboutit à la fin de toute enquête.

En Belgique les gendarmes qui enquêtaient sur les "Dossiers X" (affaires de prostitution d'enfants impliquant des personnalités importantes), ont été mis à l'écart sous prétexte de fautes professionnelles, qui n'ont jamais été objectivées - malgré une enquête approfondie qui a pris la place de l'enquête sur les Dossiers X.

Dans l'affaire Allègre (4), le gendarme Michel Roussel, qui recueillit les auditions des prostituées mettant en cause des policiers, des magistrats et l'ancien Maire de Toulouse, Patrick Baudis a été écarté de l'enquête. Une enquête interne de la gendarmerie (5) tente aujourd'hui d'enfoncer l'ancien enquêteur, alors que l'enquête sur les meurtres de nombreuses jeunes femmes reste en rac.

Quant au gendarme Christian Jambert qui travailla seul contre tous dans le dossier des disparues de l'Yonne, il finit par être écarté et peut-être "suicidé". Une autopsie récente a révélé la présence de deux balles dans sa tête (6). Des médecins légistes expliquèrent par la suite que cela n'excluait pas le suicide…

Au niveau des déplacements de magistrats, le cas le plus flagrant est le dessaisissement du juge Connerotte - qui avait permis l'arrestation de Dutroux - sous un prétexte futile, avalisé par la plus haute cour de justice belge. Le juge aurait pressenti ses ennuis en déclarant : " On a touché au joujou des riches, on va avoir des ennuis..."

Dans l'affaire Allègre, le procureur général de Toulouse a été remplacé, sur décision du ministre de la Justice, par un procureur "dont les initiatives, dans le dossier des HLM de Paris, avait été particulièrement appréciées par le ministre" (7). Lorsqu'on sait que Jacques Chirac a été mis en cause dans le dossier des HLM, que M. Baudis se vante d' entretenir "une vieille complicité" (8)avec Jacques Chirac, et qu'ils ont d'ailleurs le même avocat, on peut suspecter quelque mécanisme protectionnel.

3. Les victimes et les enquêteurs sont soumis à un lynchage médiatique.

Regina Louf (X1) et l'équipe du gendarme De Baets ont été démolis par des centaines d'articles de presse mensongers. Des journalistes ont été jusqu'à publier une audition totalement falsifiée de ce témoin - pour faire croire qu'elle était manipulée par les enquêteurs (9).

Dès que le président du CSA, Dominique Baudis a été cité dans l'affaire Allègre, le chœur des éditorialistes parisiens est monté au créneau pour le défendre. A commencer par Bernard-Henri Levy, qui se vante de ne pas connaître Baudis mais se lance radicalement à son secours dans Le Point : " Je forme le voeu que la France oublie, pour de bon, l'infecte affaire Baudis " (10).

4. La thèse du "prédateur isolé" l'emporte

Un pervers, un "monstre" isolé finit par porter le chapeau de toute l'affaire: Marc Dutroux, Emile Louis, Patrice Allègre (ou Carlos Silvino, dit "Bibi" dans l'affaire de la Casa Pia au Portugal).

Contrairement à BHL, je ne prétend pas ici donner le fin mot des affaires évoquées. Par contre, je m'intéresse à des faits, que je ne souhaite pas oublier, particulièrement ceux qui ne cadrent pas avec les explications toutes faites. Deux exemples :

•  Pourquoi le juge d'instruction en charge de l'affaire Allègre ne parvient-il pas à savoir quel magistrat a dirigé l'enquête sur l'assassinat de Line Garbaldi, une prostituée de 29 ans tuée à Toulouse en 1992 ? Le juge se trouve confronté à une véritable "omerta judiciaire" (11) inadmissible dans un Etat de Droit. Plusieurs policiers présent sur les lieux du crime ont pourtant cité le substitut Marc Bourragué - le même qui a été forcé de reconnaître qu'il avait "pris l'apéro" avec le tueur Patrice Allègre.

•  Pourquoi les agendas de Dominique Baudis, qui "prouvent" que ce dernier n'était pas à Toulouse lors des faits dont l'accuse une prostituée, n'ont-ils pas été saisis par la justice?

•  Dans le dossier X1, les faits du même ordre qui n'ont pas été investigués se comptent par douzaines. Ils sont développés dans un ouvrage parfaitement documenté, "Les Dossiers X, ce que la Belgique ne devait pas savoir sur l'affaire Dutroux" (EPO, Bruxelles, 1999), qui n'a fait l'objet d'aucune recension en Belgique, alors que la presse internationale en a souligné la valeur (12).

En conclusion, je dirais qu'il existe une exigence éthique et politique à ne pas surévaluer ni sous-évaluer les faits de pédocriminalité organisée, mais à tenir compte de ces faits et à enquêter. Les éditorialistes qui commentent ces événements sans vouloir les connaître - comme BHL ou d'autres - effectuent un travail rétrograde, même s'ils se prennent pour la fine pointe de la démocratie.

Malheureusement il n'existe aucune force sociale organisée, aucun parti, aucun mouvement qui assume ce problème. La lutte contre la pédocriminalité organisée est menée par des individus, des 'consciences' isolées : victimes, proches de victimes, enquêteurs, journalistes, psys qui sont confrontés à ces faits et souvent marginalisés en raison de leur engagement. Il est désolant également de voir parfois ces acteurs intérioriser le mécanisme du rejet social, en se combattant les uns les autres, dans un effritement groupusculaire.

Le ciment social entre les acteurs isolés de cette lutte n'a pas encore pris et la véritable survivance d'Ancien Régime que constituent les réseaux sadiques et pédocriminels n'est pas près de disparaître.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(3). Regina Louf, prostituée au cours de son enfance par sa grand-mère et ses parents, a témoigné de l'existence d'un 'noyau dur' sadique et pédocriminel dont faisaient partie des membres de la haute société belge. Les premières vérifications de son témoignage, livré au cours de l'enquête sur Dutroux, se sont révélées positives. Un vent de panique s'est alors emparé des milieux judiciaires, politiques et médiatiques. Les enquêteurs ont été écartés, sans aucune justification valable, et l'enquête sur les meurtres décrits par Regina Louf a été stoppée.

Cf. Le témoignage de Regina Louf, une affaire d'Etat ?, Pour la vérité, Dossier n°1, février 1998.

Voir aussi : Bulté A., De Coninck D., Van Heeswyck M.J., Les dossiers X, EPO, Bruxelles, 1999; et : Louf R., Silence on tue des enfants, Editions Mols, 1998.

(4.) Michel Roussel, Homicides 31 : Au cœur de l'affaire Allègre, l'ex-directeur d'enquête parle, Editions Denoël. Voir le magazine d'investigation "Pièces à conviction" sur France 3 le 29/1/2004.

(5.) "Allègre: la gendarmerie met en cause sa propre enquête", Le Monde, 6 mai 2004

(6.) "L'autopsie a révélé la présence de deux balles dans la tête du gendarme Jambert", Le Monde, 7 avril 2004

(7.) Marylise Lebranchu et Arnaud Montebourg, Une justice aux ordres du pouvoir, Le Monde, 25-26 janvier 2004

(8.) L'Express, Dominique Baudis : la revanche,
26 janvier 2004

(9.) Cf. L'audition_falsifiee.htm

(10). Bernard Henri Levy, Le Point, 2 janvier 2004

(11.) Le Parisien, 29 décembre 2003

(12.) Belgium Pedophilia Scandal : Did Authorities Cover Up Its Scope? Barry James, International Herald Tribune, 16/12/1999 Cf. Herald Tribune.htm.
 
Les réseaux pédocriminels :

1/3
 
-
Pédocriminels piégés :
-
 
Témoignage scandale :

 

Repost 0
Published by killuminatis - dans Actualité Mondiale
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 11:25

 

Interview du 22 juin 2006 du Pr. Fetzer, co-fondateur des "Scholars for 911 truth" sur la chaîne FOX News :

--------------------------------------------------------------------------------

Video sur la face cachée du 11 septembre 2001 Loose change 2 en VF 

 

Loose change 2 en video sur google

 

 


source : http://reopen911.online.fr/

----------------------------------------------------------------------------------



WTC 7

Voici un témoignage de Danny JOWENKO http://www.jowenko.nl , un expert en démolition controllée. Il donne son avis sur l’effondrement du WTC7


 

 

Article sur l'hypothèse que le WTC 7 et les Tours Jumelles ont été abattus :

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=E.%2020060921&articleId=3288

 

 La BBC  a annoncé avec 23 minutes d'avance l'effondrement mysterieux du WTC 7

Voir article : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=20192



Diaporama de l'attaque du pentagone

http://www.voltairenet.org/IMG/swf/pentagon_fr.swf

 

 
-
Liberty Bound - Sous-titré français :
 
 
"Liberty Bound" (La déroute de la liberté) pose un regard sur la lutte perpétuelle que livre l'Amérique pour garder un équilibre confortable entre la démocratie, le capitalisme et le fascisme. C'est un film sur les événements qui font l'histoire, un film sur le courage et la crainte ; l'ignorance et la connaissance ; la propagande et la rhétorique.

Dans son voyage à travers les USA, la réalisatrice s'est mise en quête de répondre à ces questions :
* Qu'est ce que le fascisme et pourquoi ce mot apparaît de plus en plus dans les médias alternatifs et étrangers en référence aux Etats-Unis ? * Les USA sont-ils entrain de perdre leurs libertés civiles ? * Leur constitution et leur déclaration des droits du citoyen sont-elles en péril ? * Les américains savent-ils ce que fait leur gouvernement ? * Combien de journaux s'adonnent habilement à la propagande ?

A travers des séquences originales, des séquences d'archives, et des entrevues avec des personnes comme Howard Zinn, Michael Parenti, et Michael Ruppert, "Liberty Bound" explore l'état de l'Amérique et son glissement flagrant vers le fascisme.
 
La réalisatrice explore également les questions sans réponse sur les attentats du 11/9, et jette un regard très attentif sur la chronologie de ce terrible jour. Elle examine les raisons invoquées par le gouvernement des USA pour faire la guerre à l'Afghanistan et à l'Irak, ainsi que les accusations portées à l'administration Bush sur sa pré-connaissance des attentats du 11/9 et sur son programme de guerre préventive centré actuellement dans les régions pétrolifères.

Pour finir, elle étudie les fondements des empires précédents et des états fascistes par rapport aux évènements récents dont les Etats-Unis sont le siège : la perte des libertés civiles, les brutalités policières, le "homeland security", etc.
 
"Liberty Bound" nous laisse avec cette question : "les Etats-Unis sont-ils en route pour la liberté - ou est-ce la déroute de la liberté ?
 
 

 

 

Benazir Bhutto affirme que Oussama ben Laden est mort !! 

 Septembre 2007 La dernière vidéo de Ben Laden est un faux document :

La dernière vidéo d’Osama Bin Laden comporte quelques bizarreries. Ainsi le son est dissocié de l’image, Bin Laden continuant à parler alors que l’image est figée. Environ 1 minute et 58 secondes après le début, l’image vidéo se fige tandis qu’on continue à entendre Bin Laden parler. L’image animée reprend à 12:30. La vidéo se fige à nouveau à 14:02 et ne bouge plus jusqu’à la fin de la séquence. Toutes les références faites par Bin Laden à des événements actuels (et qui permettent de dater la vidéo), par exemple le 62è anniversaire du bombardement nucléaire du Japon, l’élection de Sarkozy ou la nomination de Gordon Brown, sont énoncés quand l’image vidéo ne bouge pas. Il est nettement plus simple de trafiquer une bande son que de générer des mouvements de lèvres sur une vidéo.

 

Interview choc d'Aaron Russo( producteur et réalisateur américain de films, basé à Hollywood) sur le 11 septembre 2001Russo_and_Nick.jpg

Qui est A. Russo ? Wikipedia
 
le CFR et Rockefeller (La photo ci contre montre les liens "proches" entre A. Russo et N. Rockefeller dont ce dernier est cité dans la video suicide ci dessous...)

Voici un témoignage tout à fait incroyable sur le 11 septembre.
Il est important de comprendre que le vrai ou le faux n’a pas d’importance, car il est difficile à déterminer de prima bord.

Intéressez-vous au vraisemblable, au fonctionnel, et demandez-vous quelle pourrait-être la dimension d’un complot planétaire.

interview scuicide en février 2007 et il décede d'un cancer 6 mois plus tard..........


Voici le témoignage d'A. Russo sur les confidences de N. Rockefeller:

 



David Rockefeller face à Benjamin 
fulford

Benjamin Fulford ; le porte parole des sociétés secrètes asiatiques lance un ultimatum aux Illuminati


 

 

Repost 0
Published by killuminatis - dans Actualité Mondiale
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 11:20
Voila qui va faire de la peine a nos Neo-Cons made in France et aux USA qui accusaient tous ceux qui doutaient de la version Neo-Cons-Bushienne du 11/9 d’être des adeptes de la "théorie du complot" .

Meyssan est de moins en moins seul ...et le sol brule sous les pieds des Neo Cons ...

Et qu’il soit donné par Prison Planet ne devrait pas trop réjouir les Adler , Glucksman and c° : c’est Le New York Times et CBS qui l’ont réalisé .

ENQUÊTE : 84% D’AMERICAIN REJETTENT LA VERSION OFFICIELLE DES ATTENTATS DU 11 SEPTEMBRE

http://www.prisonplanet.com/articles/October2006/141006poll.htm

Un énorme sondage scientifique d’opinon vient de sortir qui déclare que seulement 16% du peuple américian croit en l’explication gouvernementale des attaques terroristes du 11 Septembre .

Selon le dernier sondage du New York Times / CBS il n’ y a que 16% d’Américain qui pensent que leur gouvernement leur dit la vérité sur le 11 Septembre et sur les services secrets d’avant le 11 Septembre .

« Pensez -vous que les membres de l’Administration Bush vous dit la vérité , vous dit en grande part la vérité mais vous cache quelque chose , ou vous mentent en grande part ?

Dit la vérité :16%

Cache quelque chose : 53%

Mentent en grande part : 28%

Incertains : 3%

Les 84% reflètent les récents sondages sur la même question . Un sondage Canadien situe le pourcentage à 85% . Un sondage CNN à 89% . Plus que 80% soutiennent la remarque de Charlie Sheen qui a exprimé sa position en public sur le 9/11 la qualifiant de « inside job » « boulot de l’intérieur ».

Un récent sondage donne que la condamnation de l’Administration Bush pour les attaques du 11 Septembre sur New York et Washington est passée du tiers au un demi de la population des USA lors des 4 dernières années. Le dernier sondage montre que ce taux est encore monté exponentiellement et touche actuellement plus du trois quart de la population..

Il a fallu 35 ans pour que la majorité des Américains se réveille sur le fait que l’assassinat de Kennedy était une opération gouvernementale . Cela n’a pris que 5 ans pour que la majrité des Américains s’éveille au fait que Le 9/11 était une opération intérieure opérée au nom du syndicat du crime Neo Conservateurs de l’intérieur des USA ....


De : ANTINEOCONS

source : http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=35521

 

 

 
 
-
Trois rappeurs US dénoncent l’imposture du 11 septembre

Trois des plus célèbres rappeurs états-uniens, Mos Def, Immortal Technique et Eminem ont composé une chanson pour dénoncer l’imposture du 11 septembre : « Tell the Truth, Nigga ! ».

 

 
 
Discours prononcé le 12 février 2003 par le sénateur de l’Etat de Virginie Robert Byrd, juste avant le déclenchement de l’attaque de Washington contre l’Irak.... 
 
 
-
L’ancien conseiller national de sécurité Brzezinski confirme que les États-Unis peuvent organiser des attentats sur leur propre territoire

A l’exception de The Washington Note et du Financial Times, les grands médias ont décidé de ne pas rapporter les propos de Zbigniew Brzezinski qui bouleversent la classe dirigeante états-unienne. Auditionné le 1e février 2007 par la Commission des Affaires étrangères du Sénat, l’ancien conseiller national de sécurité a lu une déclaration dont il avait soigneusement pesé les termes.

Il a indiqué : « Un scénario possible pour un affrontement militaire avec l’Iran implique que l’échec irakien atteigne les limites américaines ; suivi par des accusations américaines rendant l’Iran responsable de cet échec ; puis, par quelques provocations en Irak ou un acte terroriste sur le sol américain dont l’Iran serait rendu responsable. Ceci pourrait culminer avec une action militaire américaine "défensive" contre l’Iran qui plongerait une Amérique isolée dans un profond bourbier englobant l’Iran, l’Irak, l’Afghanistan et le Pakistan »

Vous avez bien lu : M. Brzezinski a évoqué la possible organisation par l’administration Bush d’un attentat sur le sol des États-Unis qui serait faussement attribué à l’Iran pour provoquer une guerre.

À Washington les analystes hésitent entre deux interprétations de cette déclaration. Pour les uns, l’ancien conseiller national de sécurité a tenté de couper l’herbe sous les pieds des néoconservateurs et de jeter le doute à l’avance sur toute circonstance qui conduirait à la guerre. Pour d’autres, M. Brzezinski a voulu, en outre, suggérer qu’en cas d’affrontement avec les partisans de la guerre, il pourrait rouvrir le dossier du 11 septembre. Quoi qu’il en soit, l’hypothèse de Thierry Meyssan — selon laquelle les attentats du 11 septembre auraient été perpétrés par une faction du complexe militaro-industriel pour provoquer les guerres d’Afghanistan et d’Irak — quitte soudainement le domaine du tabou pour être discutée publiquement par les élites de Washington.

www.voltairenet.org/article145137.html


Flagrant delit de mensonge de GW Bush sur le 11 septembre 2001

Comment GWB aurait-il pu voir en direct les images du premier avion percutant les tours dans le couloir d'une classe d'école le matin du 11 septembre 2001 alors que les seule images connue sont celle des freres Naudet filmée par hazard sur camera portative et sur bande ??????? ce n'est que bien apres que ces images ont été diffusée .Il y a là un gros mensonge de la part de GWB qu'il serait urgent d'éclaircir mais ce n'est là qu'une des multiples incohérences de ce fameux 11 septembre 2001.......

 

 -

COMMUNIQUE DE PRESSE

9/9 UNITED FOR TRUTH - MANIFESTATION PACIFIQUE à BRUXELLES le 9 SEPTEMBRE, 2007 À 14 HEURES


BRUXELLES - 30 Juillet 2007 - Récemment, la ministre française de la ville Christine Boutin a exprimé ses doutes sur le rapport officiel du 11 septembre. Auparavant, Michael Meacher, secrétaire d'Etat anglais et Andreas Von Bülow, l'ancien ministre de la défense allemand, ont clairement affirmé que le 11 Septembre et la guerre contre le terrorisme sont orchestrés par l'administration Bush. Le professeur David Ray Griffin a tenu le 14 septembre 2006 une conférence (La vérité doit-elle être révélée, ou cachée ?) à Copenhague. Au cours de cette conférence, il a demandé aux européens de mener enquête sur les évenements du 11 Septembre 2001. Appuyant cette demande, l'organisation United for Truth en Belgique organise une manifestation européenne à Bruxelles le Dimanche 9 Septembre 2007. La manifestation commencera à 14H00 à la gare de Bruxelles-Nord , à travers la ville, vers la gare de Bruxelles Midi - Sud. L'association United for Truth comprend des membres de différents mouvements européens pour la vérité, la paix, et les droits de l'homme.

La manifestation du 9/9 United for Truth sera la première protestation européenne réclamant un sérieux changement et une remise en cause à tous les politiciens en Europe. Les protestataires pensent que l'économie actuelle et son système monétaire sont la cause directe de la pauvreté dans le monde, de la disparition progressive de la démocratie, et du manque d'investigation et d'esprit critique de la presse et des médias. Ils soutiennent que les attaques du 11 Septembre, et d'autres actes terroristes, peu importe qu'ils aient été perpétrés par des terroristes cachés dans des grottes afghanes, ou par des gouvernements eux-mêmes, nous ont infligé la politique actuelle basée sur la peur.

Les manifestants ont quelques questions:
- Qui était au courant des attaques du 11 Septembre au sein de l'UE avant qu'elles n'adviennent ?
- Pourquoi toutes les propositions de réformes monétaire restent sans réponse ?
- Pourquoi tous les membres de l'OTAN ont-ils signé un accord en Octobre 2001 sur l'invasion de l'Afghanistan, sans avoir reçu aucunes preuves des liens entre les attaques du 11 Septembre et ce pays ?
- Pourquoi les pays européens qui participent aux forces de la coalition de l'OTAN, n'ont-ils pas demandé d'autres enquêtes approfondies avant de donner leur accord pour l'invasion de l'Irak et de l'Afghanistan ?
- Pourquoi aucunes réponses ne sont données aux nombreuses questions soulevées à propos des enquêtes sur le 11 Septembre par des scientifiques, des spécialistes, des responsables gouvernementaux, des membres des services secrets, des pompiers, des survivants, des pilotes et des responsables du contrôle du trafic aérien ?

Ils ont d'autres demandes:
-Un vrai débat, dans chaque pays d'Europe, sur les propositions en faveur de systèmes monétaires alternatifs et la proposition du revenu de base mondial (tel le Global Marshall Plan), afin de remettre en question ce système financier où les banques centrales, comme les privées, favorisent l'endettement des ménages et l'inflation dans le seul but de maintenir la course à la "croissance" économique.
- Une enquête totalement indépendante sur les événements du 11 Septembre 2001 aux USA, procédant à des auditions et recueillant les témoignages de toutes les parties impliquées, y compris les associations des victimes et des mouvements civiques pour la vérité.
- Une loi européenne qui interdise de façon explicite à toute société ou à tout individu de limiter ou d'interdire à quiconque l'accès à Internet, ou à ses contenus, directement ou indirectement, au sein de l'Union européenne.

Les manifestants veulent montrer leur solidarité avec le peuple américain, qui pose les mêmes questions depuis des années à son gouvernement. Les protestataires pensent qu'il y a des solutions pacifiques et soutenables à ces problèmes et ils demandent aux leaders européens de prendre leurs responsabilités. Plus d'information sera diffusée lors de notre prochain communiqué de presse le 15 Août, ainsi que sur notre site. Dans le même temps, le comité d'organisation a besoin de toutes les collaborations possibles dans chaque pays. Il invite aussi les femmes et hommes politiques, ainsi que les membres des organisations non-gouvernementales et syndicales, à rejoindre la manifestation du 9 Septembre.

// Site web :
http://virb.com/unitedfortruth

// Adresse e-mail génerale pour la presse et les volontaires :
united.for.truth@gmail.com

FIN DE COMMUNIQUE DE PRESSE
-
 
 
 
La fin des souverainetés et des libertés en Europe
-
Les lois « antiterroristes » imposées par les États-Unis ont servi à jeter les bases sur lesquelles se construit un nouvel ordre de droit, observe le sociologue belge Jean-Claude Paye. Elles s’appliquent désormais dans tous les États européens. Tout citoyen européen ordinaire peut, aujourd’hui, être surveillé dans son propre pays par des services secrets étrangers, être désigné comme un « ennemi combattant », être remis aux tortionnaires de la CIA et être jugé par des commissions militaires états-uniennes.
 

La seule et unique question posé a G.W.Bush sur le 11 septembre 2001

Tirez vos propres conclusions, d'habitude il ment pas trop mal mais ce jour là c'etait plutot minable comme prestation...



envoyé par killuminatis
Repost 0
Published by killuminatis - dans Actualité Mondiale
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 10:06

Des armes non conventionnel et assez effrayante son testée en Irak !!

reportage1/2

reportage 2/2
 
le canon micro onde
Je profite de cet article pour vous présenté aussi le canon a rayon micro onde sur vehicule pour ecarté toute personne ou foule non désirée (manifestation ou autre)
Une nouvelle arme non létale a été testée aux États-Unis, dans le but spécifique de contrôler des foules importantes sans avoir à recourir à une violence excessive.

Des volontaires américains ont pris part à des tests du Pentagone dans le but de confronter la force d'une toute nouvelle technologie en matière d'arme qui ne peut causer la mort et qui pourrait s'avérer fort utile dans les manifestations, entre autres. L'arme en question, l'« Active Denial System », ou ADS, lance des rayons en micro-ondes de 95 gigahertz. De tels rayons sur le corps humain provoquent un peu de douleur et un réchauffement de la peau.

Les tests se sont déroulés dans la base de l'armée de l'air américaine Kirtland, à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Deux expérimentations ont mis à l'épreuve le degré de tolérance à la douleur provoquée par l'ADS alors que la troisième se voulait une simulation de manifestation avec, d'un côté, des émeutiers et de l'autre, ceux qui contrôlaient les rayons dans le but de les disperser, de les repousser.

Dans le cadre de ces expérimentations, quelques objets ont été prohibés afin de diminuer les risques de dommages physiques, comme par exemple les lunettes ou les verres de contact, qui auraient pu, si portés, provoquer des impacts sur les yeux. Dans le premier et troisième test, des objets métalliques ont été enlevés puisqu'ils auraient pu créer des rougeurs sur la peau des cobayes. De même pour certaines boucles de ceintures, fermetures éclair ou même des boutons de métal.

L'efficacité de l'ADS est frappante : en 2 à 3 secondes, une douleur est ressentie par le sujet visé, qui devient rapidement intolérable après 5 secondes. Les réflexes naturels des cibles sont escomptés de sorte à ce qu'ils soient obligés de se disperser du champ des rayons de cette arme, autrement leur peau pourrait être victime de sérieuses brûlure
 
 
Repost 0
Published by - dans Actualité Mondiale
22 octobre 2006 7 22 /10 /octobre /2006 13:58

Le Monde Selon Bush
de William Karel - 2004 - 92 mn

Qui sont les Bush ? En apparence la « dynastie tranquille » de l’Amérique. En réalité, une « dynastie » dont les secrets de famille insoupçonnables sont soigneusement enfouis. Le grand-Père de l’actuel Président, Prescott Bush, a fait fortune en prenant la direction d’entreprises nazies, après l’arrivée au pouvoir de Hitler. En 1942, ses entreprises ont été saisies, pour collaboration avec l’ennemi. Bush père, vice-Président de Ronald Reagan puis Président à partir de 1988, a armé et financé Sadam Hussein. Il a donné son accord à l’expédition de souches d’armes biologiques à l’Irak, facilitant les attaques à l’arme chimique contre les troupes iraniennes et la population kurde.
Ce film propose de passer de l’autre côté du miroir et de découvrir que les Bush, père et fils, ont non seulement dîné avec le diable, mais qu’ils se sont souvent invités à sa table.

Documentaire

 

Repost 0
Published by - dans Actualité Mondiale
22 octobre 2006 7 22 /10 /octobre /2006 10:45

 

milliardaires mondialistes de la planète à Davos en 2005.

Le reportage tant promis qui couvre la réunion des milliardaires mondialistes de la planète à Davos en 2005. Vous verrez et comprendrez les enjeux de leur Plan: la privatisation des biens et services des nations de la planète et de leur gouvernement. Leur solution au chômage ? La compétitivité ! Travailler plus pour un salaire moins élevés ! Entretuons-nous les-uns les-autres pour avoir un emploi et survivre. Les diktats du libre marché veulent votre bien, ou plutôt vos biens ils l'auront si vous ne faites rien.

Repost 0
Published by killuminatis - dans Actualité Mondiale
21 octobre 2006 6 21 /10 /octobre /2006 13:57
"Pourquoi nous détestent-ils ?", se demandait le président George W. Bush quelques jours après les attentats du 11 septembre 2001. Et de répondre : "Ils nous détestent à cause de nos libertés, liberté de voter, de s'exprimer, liberté de religion..." Pour la plupart des Occidentaux, les États-Unis symbolisent la démocratie et la liberté. Rana Kabbani, journaliste d'origine syrienne, nous montre qu'au Moyen-Orient, ils symbolisent plutôt l'exploitation économique et la répression brutale. En Égypte, en Irak, aux Émirats Arabes ou encore en Iran, la rencontre d'intellectuels oeuvrant dans différents milieux montre combien la colère à l'égard des États-Unis est généralisée.
Repost 0
Published by - dans Actualité Mondiale
16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 12:00

 Lettre ouverte de Mordechai Vanunu

Le pacifiste israélien Mordechai Vanunu a été arrêté en Israël le 18 novembre 2005 et placé en garde à vue, puis libéré. Il vient d’être inculpé pour avoir rencontré des personnalités étrangères et avoir accordé plusieurs entretiens, dont un à Silvia Cattori pour le Réseau Voltaire.
Chers amis,

Le 15 janvier 2006, je suis convoqué devant un tribunal israélien. Je suis inculpé pour 21 prises de parole ou rencontres avec des étrangers, non autorisées, paraît-il, par Israël. Ces restrictions m’ont été imposées le 21 avril 2004, lors de ma libération après 18 ans d’isolement en prison.
Je demande à tous mes amis et à ceux qui me défendent dans le monde entier de manifester leur soutien en cette occasion décisive. Ce procès se focalisera sur un sujet : la liberté d’expression. J’ai besoin de vous pour envoyer des informations sur l’expérience historique de votre pays en la matière, et la façon dont est traitée là-bas, devant les tribunaux, la liberté d’expression.Cela permettra de faire état de précédents, et peut-être, de montrer des exemples à suivre au système démocratique israélien. J’aimerais aussi pouvoir invoquer ce qui se passait dans les tout premiers États démocratiques, la Grèce et la République romaine. Quel accueil réservait-on aux discours de philosophes grecs tels que Platon, Socrate, Aristote ? Si vous avez entendu parler de persécutions et de répression de la liberté d’expression dans les sociétés contemporaines, veuillez me faire parvenir les éléments de la défense des victimes, et leurs argumentations, ainsi que des poèmes, éventuellement. Tout cela sera transmis à mon avocat, et j’en ferai état pendant le procès. Je pense que ce procès sera décisif parce que nous mettons la démocratie israélienne au défi de prouver que ces restrictions sont compatibles avec les règles démocratiques en vigueur dans le reste du monde. C’est le droit de chaque être humain que d’exercer sa liberté de parole sans aucune restriction.

Merci d’avance pour votre aide. Nous avons l’espoir de gagner dans notre résistance contre cet ordre barbare.


Mordechaï Vanunu
Militant pacifiste israélien

D'après une estimation officieuse, Israël disposerait d'au moins 200 ogives nucléaires et des lanceurs d'engins adéquats pour ce genre de charges. D'ailleurs les USA fournissent missiles, bombes à guidage laser et tout un arsenal de pointe à Israël depuis des années. On ne peux pas contester le droit d'un pays d'acheter des armes comme bon lui semble mais je trouve réellement hypocrite d'empêcher les autres d'en faire autant. Je ne vois pas au nom de quel droit international, on accepterai qu'Israël possède l'arme atomique (sans n'avoir signé aucun traité) et que l'on refuse la même chose à l'Iran (qui lui a signé le Traité de non prolifération nucléaire). Cette politique de 2 poids 2 mesures est valable aussi pour l'Inde et le Pakistan

Reportage important sur qui est Mordechai Vanunu qui a denoncé le programme nucléaire secret d'Israël

http://leweb2zero.tv/video/eki_574506fe9d95105

 

 
Repost 0
Published by - dans Actualité Mondiale
15 octobre 2006 7 15 /10 /octobre /2006 11:00
par David Ray Griffin*
 
Il n?existe toujours pas de version officielle des attentats du 11 septembre 2001. Aucune enquête judiciaire n?a été ouverte sur les attentats eux-mêmes, ni d?enquête parlementaire d?ailleurs. Tout au plus dispose-t-on d?une version gouvernementale explicitée par un rapport rendu par une commission présidentielle. Le professeur David Ray Griffin, qui a consacré un ouvrage de référence à l?étude de ce rapport, y a relevé 115 mensonges dont il dresse ici la liste

Pour chaque mensonge, on se référera aux analyses du professeur David Ray Griffin dans son ouvrage Omissions et manipulations de la Commission d?enquête. Les chiffres entre parenthèse renvoient aux pages du livre dans son édition originale états-unienne.

1. L?omission de la preuve qu?au moins six des pirates de l?air présumés (dont Waleed al- Shehri, que la Commission accuse d?avoir poignardé une hôtesse de l?air du vol UA11 avant que celui-ci s?écrase sur la tour Nord du World Trade Center) sont toujours vivants (19-20).

2. L?omission des preuves concernant Mohamed Atta (comme son penchant signalé pour l?alcool, le porc et les danses érotiques privées ? lap dances ? ) sont en contradiction avec les affirmations de la Commission selon lesquelles il était devenu un fanatique religieux (20-21).

3. La confusion volontairement créée autour des preuves que Hani Hanjour était un pilote trop incompétent pour amener un avion de ligne à s?écraser sur le Pentagone (21-22).

4. L?omission du fait que les listes des passagers (flight manifests) rendues publiques ne contenaient aucun nom d?Arabe (23).

5. L?omission du fait qu?un incendie n?a jamais causé l?effondrement total d?un bâtiment à structure d?acier, ni avant ni après le 11 Septembre (25).

6. L?omission du fait que les incendies des Tours Jumelles n?étaient ni extrêmement étendus, ni particulièrement intenses, ni même très longs en comparaison avec d?autres incendies dans des gratte-ciels (de structures) similaires, qui eux ne se sont jamais écroulés (25-26).

(JPEG)
« Omissions et manipulations de la commission d?enquête sur le 11 septembre »
Le livre de D. Ray Griffin, en version française, est disponible à la vente sur le site des Éditions Demi-lune.

7. L?omission du fait qu?étant donné l?hypothèse que les effondrements aurait été provoqués par l?incendie, la Tour Sud, touchée plus tard que la Tour Nord et en proie à des flammes de moindre intensité, n?aurait pas dû s?effondrer la première (26).

8. L?omission du fait que le bâtiment n°7 du WTC (qui n?a pas été touché par un avion et qui ne fut le théâtre que de petits incendies localisés) s?est aussi écroulé, un événement que l?Agence Fédérale pour le Traitement des Situations d?Urgence (FEMA) a reconnu ne pouvoir expliquer (26).

9. L?omission du fait que l?effondrement des Tours Jumelles (et du bâtiment n°7) présente au moins 10 caractéristiques d?une démolition contrôlée (26-27). 10. L?assertion que le coeur de la structure de chacune des Tours Jumelles était « un puits d?acier vide », une affirmation qui nie la présence de 47 massives colonnes d?acier qui constituaient en réalité le coeur de chaque tour et qui, selon la théorie de « l?empilement des étages » (the « pancake theory ») explicative des effondrements, aurait dû restées dressées vers le ciel sur de nombreuses dizaines de mètres (27-28).

11. L?omission de la déclaration de Larry Silverstein [le propriétaire du WTC] selon laquelle il décida, en accord avec les pompiers, de « démolir » (to « pull », argot technique) le bâtiment n°7 (28).

12. L?omission du fait que l?acier des bâtiments du WTC fut rapidement déblayé de la scène du crime et embarqué sur des navires à destination de l?étranger AVANT qu?il puisse être analysé pour y déceler des traces d?explosifs (30).

13. L?omission du fait que le bâtiment n°7 ayant été évacué avant son effondrement, la raison officielle invoquée pour le déblaiement rapide de l?acier [sur ce site] (que certaines personnes puissent être encore vivantes sous les décombres) ne faisait aucun sens dans ce cas précis (30).

14. L?omission de la déclaration du maire R. Giuliani selon laquelle il avait été prévenu que le WTC allait s?effondrer (30-31).

15. L?omission du fait que Marvin Bush, le frère du Président, et son cousin Wirt Walker III étaient tous les deux directeurs de la société chargée de la sécurité du WTC (31-32).

16. L?omission du fait que l?aile Ouest du Pentagone [celle effectivement touchée] était la moins susceptible d?être prise pour cible par des terroristes de al-Qaida, pour plusieurs raisons (33- 34).

17. L?omission de toute discussion pour établir si les dommages sur le Pentagone étaient compatibles avec l?impact d?un Boeing 757 se déplaçant à plusieurs centaines de kilomètres/heure (34).

18. L?omission du fait qu?il existe des photos montrant que la façade de l?aile Ouest ne s?est effondrée que 30 minutes après la frappe, et aussi que le trou d?entrée apparaît bien trop petit pour un Boeing 757 (34).

19. L?omission de tout témoignage contradictoire au sujet de la présence ou de l?absence de débris visibles d?un Boeing 757 que ce soit à l?intérieur ou à l?extérieur du Pentagone (34-36).

20. L?absence de toute discussion pour établir si le Pentagone disposait d?un système de défense anti-missile capable d?abattre un avion de ligne commercial, bien que la Commission suggéra que les terroristes d?al-Qaida n?attaquèrent pas une centrale nucléaire parce qu?ils assumaient qu?elle serait ainsi défendue (36).

21. L?omission du fait que les images de différentes caméras de surveillance (y compris celles de la station service en face du Pentagone, dont le film fut confisqué par le FBI immédiatement après la frappe) pourraient sans doute donner une réponse à ce qui a réellement percuté le Pentagone (37-38).

22. L?omission de la référence du Ministre de la Défense D. Rumsfeld à « un missile [utilisé] pour endommager [le Pentagone] » (39).

23. L?approbation apparente de la réponse totalement insatisfaisante à la question de savoir pourquoi les agents des Services Secrets permirent au Président Bush de rester dans l?école de Sarasota à un moment où, selon la version officielle, ils auraient dû assumer qu?un avion détourné aurait pu prendre l?école pour cible (41-44).

24. L?échec à expliciter pourquoi les Services Secrets n?ont pas demandé la protection de chasseurs pour [l?avion présidentiel] Air Force One (43-46).

25. Les affirmations selon lesquelles lorsque le cortège présidentiel arriva à l?école [de Sarasota], personne dans l?assistance ne savait que plusieurs avions avaient été détournés (47-48).

26. L?omission du rapport selon lequel le Ministre de la Justice John Ashcroft fut averti d?arrêter de prendre des lignes aériennes commerciales avant le 11 Septembre (50).

27. L?omission de l?affirmation de David Schippers qu?il avait, sur la base d?informations fournies par des agents du FBI à propos d?attaques prévues dans le Sud de Manhattan, tenté en vain de transmettre cette information au Ministre de la Justice John Ashcroft pendant les 6 semaines précédant le 11 Septembre (51).

28. L?omission de toute mention que des agents du FBI auraient affirmé avoir eu connaissance des cibles et des dates des attaques [terroristes] longtemps à l?avance (51-52).

29. L?affirmation, par une réfutation circulaire qui présume la question résolue, que le volume inhabituel des achats d?options à la baisse avant le 11 Septembre n?impliquait pas que les acheteurs savaient à l?avance que les attaques se produiraient. (52-57)

30. L?omission des rapports selon lesquels le maire [de San Francisco] Willie Brown et certains responsables du Pentagone reçurent des mises en garde sur le fait de prendre l?avion le 11 Septembre (57).

31. L?omission du rapport selon lequel Oussama ben Laden, qui était déjà le criminel le plus recherché des États-Unis, fut traité en juillet 2001 par un docteur américain à l?hôpital américain de Dubai et y reçu la visite de l?agent local de la CIA (59).

32. L?omission des articles suggérant qu?après le 11 Septembre, l?armée américaine laissa délibérément Oussama ben Laden s?échapper (60).

33. L?omission de rapports, incluant celui sur la visite par le chef des services de renseignements saoudiens à Oussama ben Laden à l?hôpital de Dubai, qui sont en contradiction avec la version officielle selon laquelle Oussama fut renié par sa famille et son pays (60-61).

34. L?omission du compte-rendu de Gerald Posner sur le témoignage de Abu Zubaydah, selon lequel trois membres de la famille royale saoudienne (qui périrent tous mystérieusement à huit jours d?intervalle) finançaient al-Qaida et avaient une connaissance anticipée des attaques du 11 Septembre (61-65).

35. Le démenti par la Commission d?avoir trouvé une preuve du financement d?al-Qaida par les Saoudiens (65-68).

36. Le démenti par la Commission d?avoir trouvé une preuve que de l?argent de la femme du Prince Bandar, la Princesse Haifa, alla à des agents d?al-Qaida (69-70).

37. Le démenti, en ignorant tout simplement la distinction entre vols privés et vols commerciaux, que le vol privé transportant des Saoudiens de Tampa à Lexington le 13 Septembre violait les règlements de l?espace aérien en vigueur à cette date (71-76).

38. Le démenti que des Saoudiens furent autorisés à quitter le territoire des États-Unis peu de temps après le 11 Septembre sans avoir été l?objet d?une enquête appropriée (76-82).

39. L?omission de la preuve que le Prince Bandar obtint une autorisation spéciale de la Maison-Blanche pour les vols des Saoudiens (82-86).

40. L?omission de l?affirmation de Coleen Rowley que des responsables au Q.-G. du FBI avait vu le mémo de Phoenix de l?agent Kenneth Williams (89-90).

41. L?omission du fait que l?agent du FBI à Chicago Robert Wright affirme que le Q.-G. du FBI referma son enquête sur une cellule terroriste, puis tenta de l?intimider pour l?empêcher de publier un livre relatant expériences (91).

42. L?omission de la preuve que le Q.-G. du FBI sabota la tentative de Coleen Rowley et d?autres agents [du FBI] de Minneapolis pour obtenir un mandat pour rechercher l?ordinateur de Zacarias Moussaoui (91-94).

43. L?omission des trois heures trente de déposition devant la Commission par Sibel Edmonds, ancienne traductrice au FBI, déposition qui selon une lettre rendue publique par elle et adressée au Président [de la Commission] Kean, révélait de sérieuses dissimulations de la part de responsables du FBI, en relation avec le 11 Septembre, et ce au Quartier Général même du FBI (94-101).

44. L?omission du fait que le Général Mahmoud Ahmad, le Chef de l?ISI [les Services de Renseignement Pakistanais], se trouvait à Washington une semaine avant le 11 Septembre, et rencontra le Directeur de la CIA George Tenet ainsi que d?autres haut-responsables étasuniens (103-04).

45. L?omission de la preuve que Ahmad, le Chef de l?ISI [les Services de Renseignement Pakistanais] avait ordonné l?envoi de $100,000 à Mohamed Atta avant le 11 Septembre (104- 07).

46. L?affirmation de la Commission qu?elle ne trouva aucune preuve qu?un seul gouvernement étranger, y compris le Pakistan, avait financé des agents d?al-Qaida (106).

47. L?omission du rapport selon lequel l?Administration Bush fit pression sur le Pakistan pour limoger Ahmad de son poste de Chef de l?ISI après la divulgation de l?information selon laquelle il avait ordonné l?envoi d?argent de l?ISI à Mohamed Atta (107-09).

48. L?omission de la preuve que l?ISI (et pas seulement al-Qaida) était derrière l?assassinat de Ahmad Shah Massoud (le commandant de l?Alliance du Nord en Afghanistan), qui se produisit juste après une rencontre qui dura une semaine entre des responsables de la CIA et de l?ISI (110-112).

49. L?omission de la preuve que l?ISI est impliqué dans l?enlèvement et le meurtre de Daniel Pearl, journaliste au Wall Street Journal (113).

50. L?omission du rapport de Gerald Posner selon lequel Abu Zubaydah affirma qu?un officier militaire pakistanais, Mushaf Ali Mir, ayant des liens étroits avec l?ISI et al-Qaida avait une connaissance anticipée des attaques du 11 Septembre (114).

51. L?omission de la prédiction faite en 1999 par Rajaa Gulum Abbas, un agent de l?ISI, que les Tours Jumelles « s?effondreraient » (114).

52. L?omission du fait que le Président Bush et d?autres membres de son Administration évoquèrent à plusieurs reprises les attaques du 11 Septembre comme des « opportunités » (116-17).

53. L?omission du fait que le Projet pour le Nouveau Siècle Américain (« The Project for the New American Century »), dont de nombreux membres devinrent des figures clés de l?Administration Bush, publia un document en 2000 disant qu?un « nouveau Pearl Harbour » aiderait à l?obtention de fonds pour une transformation technologique rapide de l?appareil militaire américain (117-18).

54. L?omission du fait que Donald Rumsfeld, qui était le président de la commission de l?US Space Command et avait recommandé l?accroissement du budget alloué, utilisa les attaques du 11 Septembre le soir même pour s?assurer de tels crédits (119-22).

55. Le fait de ne pas mentionner que les trois hommes responsables de l?échec à prévenir les attaques du 11 Septembre (le Ministre Rumsfeld, le Général Richard Myers, et le Général Ralph Eberhart) étaient également les trois principaux promoteurs de l?US Space Command (122).

56. L?omission du fait que Unocal avait déclaré que les Talibans ne pouvaient pas garantir une sécurité adéquate pour commencer la construction de ses pipelines (de pétrole et de gaz) depuis le bassin Caspien au travers de l?Afghanistan et du Pakistan (122-25).

57. L?omission du rapport selon lequel des représentants des États-Unis dirent à l?occasion d?une rencontre en juillet 2001 que, parce que les Talibans refusaient leur proposition de développer la construction d?un oléoduc, une guerre contre eux commenceraient en octobre (125-26).

58. L?omission du fait que dans son livre publié en 1997 Zbigniew Brzezinski avait écrit que pour que les États-Unis maintiennent leur primauté globale, ils avaient besoin du contrôle de l?Asie Centrale, avec ses vastes réserves de pétrole, et qu?un nouveau Pearl Harbour serait utile pour obtenir l?adhésion de l?opinion publique américaine à ces visées impériales (127-28).

59. L?omission du fait que des membres clés de l?Administration Bush, dont Donald Rumsfeld et son délégué Paul Wolfowitz, s?étaient démenés en faveur d?une nouvelle guerre contre l?Irak pendant de nombreuses années (129-33).

60. L?omission des notes des conversations de Donald Rumsfeld le 11 Septembre qui montrent qu?il était déterminé à utiliser les attaques comme un prétexte pour une guerre contre l?Irak (131-32).

61. L?omission de la déclaration contenue dans le Projet pour un Nouveau Siècle Américain que « le besoin pour une présence américaine forte dans le Golfe dépasse le sujet du régime de Saddam Hussein » (133-34).

62. L?affirmation que le protocole de la FAA (Federal Aviation Agency) au sujet du 11 Septembre requérait le long processus de passer par plusieurs étapes dans la chaîne de commandement, même si le Rapport Officiel [de la Commission] cite des preuves du contraire (158).

63. L?affirmation que ces jours-là, seules deux bases de l?US Air Force dans le secteur Nord- Est du NORAD (North American Aerospace Defense Command pour Centre de Commandement de la Défense de l?Aérospatial de l?Amérique du Nord) conservaient des chasseurs en alerte et qu?en particulier il n?y avait pas d?avions de combat en alerte à McGuire ou à Andrews (159-162).

64. L?omission du fait que la base Andrews de l?US Air Force convervait plusieurs avions de chasse en alerte de façon permanente (162-64).

65. L?acceptation de la double affirmation que le Colonel Marr du NEADS (North East Air Defense Sector) devait téléphoner à un supérieur pour obtenir la permission d?envoyer des chasseurs depuis [la base] d?Otis et que cet appel nécessita huit minutes (165-66).

66. L?approbation de l?affirmation que la perte du signal du transpondeur d?un avion rend virtuellement impossible sa localisation par for par les radars de l?armée américaine (166- 67).

67. L?affirmation que l?interception de Stewart Payne n?a pas montré que le temps de réponse du NORAD au vol AA11 fut extraordinairement lent (167-69).

68. L?affirmation que les chasseurs de la base d?Otis restèrent cloués au sol sept minutes après qu?ils en eurent reçu l?ordre parce qu?ils ne savaient pas où aller (174-75).

69. L?affirmation que l?armée américaine n?était pas informée du détournement du vol UA175 avant 9h03, moment exact où il percutait la tour Sud du WTC (181-82).

70. L?omission de toute explication sur (a) la raison pour laquelle un rapport antérieur du NORAD, selon lequel la FAA avait notifiée les militaires du détournement du vol UA175 à 8h43, était maintenant considéré comme faux et (b) comment ce rapport, s?il était faux, a pu être publié et ensuite laissé non corrigé pendant près de trois ans (182).

71. L?affirmation que la FAA n?a installé de téléconférence qu?à partir de 9h20 ce matin-là (183).

72. L?omission du fait qu?un mémo de Laura Brown de la FAA affirme que la téléconférence fut établie à environ 8h50 et qu?elle porta notamment sur le détournement du vol UA175 (183-84, 186).

73. L?affirmation que la téléconférence de la NMCC, (le Centre National de Commandement Militaire ou National Military Command Center) ne débuta pas avant 9h29 (186-88).

74. L?omission, dans l?affirmation de la Commission que le vol AA77 n?a pas dévié de sa course avant 8h54, du fait que des rapports précédents avaient annoncé 8h46 (189-90). 75. L?échec à mentionner que l?annonce du crash d?un jet dans le Kentucky, à peu près au moment où le vol AA77 disparaissait du radar de la FAA, fut prise suffisamment au sérieux par les responsables de la FAA et de l?unité du contre-terrorisme du FBI pour être relayée à la Maison-Blanche (190).

76. L?affirmation que le vol AA77 vola près de 40 minutes dans l?espace aérien américain en direction de Washington sans être détecté par les radars des militaires (191-92).

77. L?échec à expliquer, si le précédent rapport du NORAD selon lequel il fut notifié du vol AA77 à 9h24 était « incorrect », comment ce rapport erroné a pu voir le jour, c?est-à-dire, de savoir si les responsables du NORAD ont menti ou furent « embrouillés » pendant près de trois ans (192-93).

78. L?affirmation que les avions de combats de Langley, dont le NORAD avait tout d?abord dit qu?ils furent dépêchés pour intercepter le vol AA77, furent réellement déployés en réponse à un rapport erroné de la part d?un contrôleur (non-identifié) de la FAA à 9h21 que le vol AA11 était toujours en l?air et se dirigeait vers Washington (193-99).

79. L?affirmation que les militaires ne furent pas contactés par la FAA à propos du probable détournement du vol AA77 avant que le Pentagone soit touché (204-12).

80. L?affirmation que Jane Garvey ne s?est pas jointe à la vidéoconférence de Richard Clarke avant 9h40, c?est-à-dire après que le Pentagone soit percuté (210).

81. L?affirmation qu?aucune des téléconférences ne parvint à coordonner la FAA et les réponses des militaires aux détournements parce « qu?aucune [d?elles] incluait les bons responsables au sein de la FAA et du Ministère de la Défense », bien que Richard Clarke dise que sa vidéoconférence incluait la Directrice de la FAA Jane Garvey comme le Ministre de la Défense Rumsfeld et le Général Richard Myers, le Chef des Forces Armées par intérim (211).

82. L?affirmation de la Commission qu?elle ne savait pas qui, au sein du Ministère de la Défense, participa à la vidéoconférence avec Richard Clarke alors que Clarke affirme dans son livre qu?il s?agissait de Donald Rumsfeld et du Général Myers (211-212). 83. L?approbation de l?affirmation du Général Myers qu?il se trouvait sur Capitol Hill pendant les attaques, sans mentionner le compte-rendu contradictoire de Richard Clarke, selon lequel Myers était au Pentagone et participait à la vidéoconférence avec Clarke (213-17).

84. L?échec à mentionner la contradiction entre le témoignage de Clarke au sujet de l?emploi du temps de Rumsfeld ce matin-là et les propres déclarations de Rumsfeld (217-19).

85. L?omission du témoignage du Ministre des Transports Norman Mineta, donné à la Commission elle-même, que le Vice-Président Cheney et les autres [personnes présentes] dans l?abri souterrain étaient avertis à 9h26 qu?un avion s?approchait du Pentagone (220).

86. L?affirmation que les responsables du Pentagone ne savaient rien d?un avion s?approchant d?eux avant 9h32, 9h34, ou 9h36, et dans tous les cas seulement quelques minutes avant que le bâtiment soit touché (223).

87. L?acceptation de deux versions contradictoires au sujet de l?appareil qui percuta le Pentagone : une qui relate l?exécution d?une spirale à 330 degrés vers le bas (un « piqué à grande vitesse ») et une autre dans laquelle il n?est pas fait mention de cette manoeuvre (222-23).

88. L?affirmation que les avions de chasse de Langley, qui reçurent soit-disant l?ordre de décoller rapidement pour protéger Washington contre le « vol fantôme AA11 » n?étaient nulle part près de Washington parce qu?ils furent envoyés vers l?océan par erreur (223-24).

89. L?omission de toutes les preuves suggérant que ce qui frappa le Pentagone n?était pas le vol AA77 (224-25).

90. L?affirmation que les militaires ne furent pas informés par la FAA du détournement du vol UA93 avant qu?il ne s?écrase (227-29, 232, 253).

91. La double affirmation que le NMCC n?a pas contrôlé la conférence initiée par la FAA et donc fut incapable de connecter la FAA à la téléconférence initiée par le NMCC (230-31).

92. L?omission du fait que les Services Secrets sont capables de savoir tout ce que sait la FAA (233).

93. L?omission de toute enquête sur les raisons pour lesquelles le NMCC lança sa propre téléconférence, si, comme Laura Brown de la FAA l?a dit, cela n?est pas le protocole standard (234).

94. L?omission de toute enquête sur les raisons pour lesquelles le Général Montague Winfield fut non seulement remplacé par un « bleu » (a rookie), le Capitaine Leidig, en tant que Directeur des Opérations du NMCC mais encore l?a laissé au commandement quand il fut clair que le Pentagone était confronté à une crise sans précédent (235-36).

95. L?affirmation que la FAA notifia (de façon erronée) les Services Secrets entre 10h10 et 10h15 que le vol UA93 était encore dans le ciel et se dirigeait vers Washington (237).

96. L?affirmation que le Vice-Président Cheney ne donna l?autorisation de tir qu?après 10h10 (plusieurs minutes après que le vol UA93 se fut écrasé) et que cette autorisation ne fut pas transmise à l?armée US avant 10h31 (237-41).

97. L?omission de toutes les preuves indiquant que le vol UA93 fut abattu par un avion militaire (238-39, 252-53).

98. L?affirmation que [le Tsar du Contre-Terrorisme] Richard Clarke ne reçut la demande d?autorisation de tir qu?à 10h25 (240).

99. L?omission du propre témoignage de Clarke, qui suggère qu?il reçut cette demande d?autorisation de tir vers 9h50 (240).

100. L?affirmation que Cheney ne gagna l?abri souterrain du PEOC [ou CPOU pour Centre Présidentiel d?Opérations d?Urgence]) qu?à 9h58 (241-44).

101. L?omission de multiples témoignages, dont celui de Norman Mineta [le Ministre des Transports] à la Commission elle-même, que [le Vice-Président] Cheney se trouvait dans le CPOU avant 9h20 (241-44).

102. L?affirmation que l?autorisation d?abattre un avion civil devait être donnée par le Président (245).

103. L?omission de rapports que le Colonel Marr donna l?ordre d?abattre le vol UA93 et que le Général Winfield indiqua que lui et d?autres [officiers] au NMCC s?attendaient à ce qu?un chasseur atteigne le vol UA93 (252).

104. L?omission de rapports indiquant qu?il y avait deux avions de chasse dans le ciel à quelques kilomètres de New York et trois à seulement 320 kilomètres de Washington (251).

105. L?omission du fait qu?il existait au moins six bases militaires avec des chasseurs en état d?alerte dans la région Nord-Est des États-Unis (257-58).

106. L?approbation de l?affirmation du Général Myers que le NORAD avait défini sa mission en termes de défense seulement contre des menaces dirigées [vers les Etats-Unis] depuis l?étranger (258-62).

107. L?approbation de l?affirmation du Général Myers que le NORAD n?avait pas envisagé la possibilité que des terroristes pourraient utiliser des avions de ligne détournés comme des missiles (262-63).

108. L?échec de mettre en perspective la signification du fait, présenté dans le Rapport lui-même, ou de mentionner d?autres faits prouvant que le NORAD avait effectivement envisagé la menace posée par des avions de ligne détournés d?être utilisés comme des missiles (264- 67).

109. L?échec de sonder les implications de la question de savoir comment les manoeuvres militaires (« war games ») programmées ce jour-là purent influer sur l?échec des militaires à intercepter les avions de ligne détournés (268-69).

110. L?échec de discuter la pertinence possible de l?Opération Northwoods avec les attaques du 11 Septembre (269-71).

111. L?affirmation (présentée pour expliquer pourquoi les militaires n?obtinrent pas l?information au sujet des avions détournés à temps pour les intercepter) que le personnel de la FAA inexplicablement faillit à suivre les procédures standards quelques 16 fois (155-56, 157, 179, 180, 181, 190, 191, 193, 194, 200, 202-03, 227, 237, 272-75).

112. L?échec de mentionner que l?indépendance proclamée de la Commission fut fatalement compromise par le fait que Philip Zelikow, son directeur exécutif, était virtuellement un membre de l?Administration Bush (7-9, 11-12, 282-84). (ndt : un proche collaborateur de Mme. Condoleeza Rice)

113. L?échec de mentionner que la Maison-Blanche chercha d?abord à empêcher la création de la Commission [Officielle d?Enquête sur les Attaques Terroristes du 11 Septembre], puis plaça de nombreux obstacles sur sa route, comme le fait de lui accorder un budget extrêmement restreint (283-85). (ndt : estimé à environ 15 millions de dollars, quand le film de fiction « Vol 93 » de Paul Greengrass en a coûté 18, et « World Trade Centre » d?Oliver Stone 4 FOIS PLUS soit 60 millions de dollars ; concernant le premier point, il a fallu attendre 441 jours pour que cette Commission soit créée et M. Bush proposa que M. Kissinger en soit le président?avant de se rétracter sous les critiques virulentes de l?opinion publique.)

114. L?échec de mentionner que le Président de la Commission, la plupart des autres Commissionnaires, et qu?au moins la moitié du personnel avait de sérieux conflits d?intérêt (285-90, 292-95).

115. L?échec de la Commission, qui se vantait que la présentation de son rapport final s?était faite « sans dissension », de mentionner que cela n?avait été possible que parce que Max Cleland, le Commissionnaire le plus critique à l?encontre de la Maison-Blanche qui jura « qu?il ne serait pas complice d?un traitement partial des informations » dut démissionner pour accepter un poste à la Banque Export-Import, et que la Maison-Blanche transmit sa nomination seulement après qu?il soit devenu très direct dans ses critiques (290-291).

Je terminerai en précisant que j?ai conclu mon étude de ce que je suis venu à appeler « le rapport de Kean-Zelikow » en écrivant ceci : Au final, le Rapport de la Commission d?enquête sur le 11 septembre, loin de chasser mes soupçons sur une complicité officielle ne servit qu?à les confirmer. Pourquoi les responsables chargés de la rédaction de ce rapport final s?engageraient dans une telle entreprise de supercherie, si ce n?était pour tenter de couvrir de très grands crimes ? (291).

 David Ray Griffin
Ancien professeur de logique et de théologie à l?université de Claremont

source : http://www.voltairenet.org/article143694.html

 

Repost 0
Published by - dans Actualité Mondiale