Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Alerte Pub

De nouvelles conditions d'hebergements nous oblige a intégrer de la publicité.


Pour ne plus voir les pubs s'afficher sur ce blog et ailleurs (youtube, allociné, facebook, etc…), installer en 2 clics dans votre navigateur (Firefox, Explorer, Chrome, Safari, Opera et Android) ADBLOCK PLUS l'outil indispensable pour rendre invisibles les pages de pub sur internet. https://adblockplus.org/fr/

Recherche

2006/2016

 

Accueil

 

 
facebouc-copie-1.jpg

 

Killu Minatis

 

Just Foreign Policy - Morts irakiens dus a l'invasion U.S.
;l,lk

 

Site Pedopolis de secours

 

Archive intégrale de Pedopolis.com à télécharger et à diffuser !


Archive intégrale de Pedopolis...  

 

http://www.fichier-rar.fr/2013/07/11/archive-pedopolis-complet/

 

https://twitter.com/Pedopolis

 

SKS CREW : LA LOI DU SILENCE (Interdit aux -18ans)

Stan Maillaud et Janett Seemann - Entrevue choc et explosive (MetaTV-03/2015) (+18)

Wanted Pedo lutte contre la pédo-criminalité (MetaTV-11/2014) (+18)

Wanted Pedo, la guerre déclarée contre les réseaux pédophiles (MetaTV-6/2014) (+18)

Tepa balance devant Skyrock (MetaTV-10/2014)

Metafreestyle - Tepa - SKS Crew - Neg Lyrical - Malick Carr - Ousman

Kery James - Avec le Coeur et la Raison

Kery James - Racailles (clip officiel) 2016

El Matador - Polemiquement Incorrect (+18)

El Matador - Polemiquement Incorrect 2 (+18)

 

KILLUMINATY SMG remet en place les satanistes du rap français. Sa chaine youtube : https://www.youtube.com/channel/UCWEVFCrnSVhCTcYBSDiWSNQ

 

http://www.un.org/french/aboutun/dudh.htm
Article 19
Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour contacter les auteurs  "Contact" en bas de la page.

Ou via ' killuminatis@gmail.com ' ou ' killuminatis@mail.ru '

DPZ 5410

591774247840

 
Veuillez prendre connaissance de l'enquète Vervloesem sur les Réseaux de l'Horreur (+18)

3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 12:43

Les manipulations du climat par ensemencement de l'atmosphère avec des aérosols et par bombardement de la couche d'ozone avec des ondes électromagnétiques Soyez attentifs, levez la tête et observez le ciel !

Les contrails

Depuis l'avènement des Jets, nous avons pris l'habitude de voir dans le ciel des traînées blanches lors du passage d'avions à haute altitude. Ces traînées blanches, en anglais contrails (traînées de condensation), dépendent essentiellement de deux facteurs : l'humidité ambiante et la très basse température. N'étant formés que de molécules d'eau, les contrails sont inoffensifs.

Ces traînées de condensation se produisent à une altitude d'environ 10'000 m. Elles peuvent rester visibles durant 2 à 3 minutes avant d'être peu à peu dispersées par le vent et disparaître complètement. Les contrails ne peuvent se former qu'à des températures de  600 Celsius et davantage, à des niveaux d'humidité relative de 70% ou plus, et à de très hautes altitudes selon le météorologue Thomas Schlattes de l'Administration Nationale Océanique et Atmosphérique des Etats-Unis

Les chemtrails

Depuis le milieu des années 90, des observateurs ont commencé à noter la multiplication de sillons d'un genre nouveau. Ces petits sillons ou traînées prennent assez rapidement de l'expansion (selon la vitesse du vent) en produisant de fines plumes ou des filets en éventail qui s'élargissent et se répandent très souvent d'un bout à l'autre de l'horizon. Ils s'élargissent continuellement pour s'entremêler aux autres sillons émis par d'autres avions au point de former des nuages bizarroïdes ou une brume qui couvre le ciel durant des heures. Certains témoignages font état d'odeurs chimiques et d'un résidu graisseux en surface, causés par l'aérosol chimique répandu. Il est bien connu que les gouvernements de certains pays expérimentent des technologies nouvelles sur le dos de leur population depuis des décennies

Dans le cas des chemtrails il s'agit d'une pulvérisation d'aérosols systématique de l'atmosphère par des avions de ligne en basse altitude (1'000 à 10'000 mètres) et par des avions-citerne et militaires en haute altitude, au-delà de 10'000 mètres. Ces derniers sont employés pour des missions spéciales de grande envergure ou bien encore pour des opérations « chirurgicales » ciblées dans un secteur restreint (une ville ou une partie d'un pays suivant les objectifs choisis).

Notons encore que la plupart des chemtrails sont lâchés (par des avions de ligne) à des altitudes relativement basses (1'000 à 5'000 mètres). Il est impossible que le phénomène des contrails se produise à cette altitude. il est brumeux, malgré la présence du soleil et l'absence totale de nuages. Le pourcentage des fluctuations du climat depuis deux décennies ne correspond aucunement aux moyennes des cycles de l'écart des températures ou aux conditions enregistrées depuis le début de l'histoire de la météorologie.

Cette manipulation du climat mène ses auteurs à la suprématie absolue, leur permettant effectivement de créer un « nouvel ordre mondial », comme l'a exprimé frère Bush lors de son discours après les attentats du 11 septembre (lesquels ont sans aucun doute été exécutés par les services secrets des Etats-Unis). Cette suprématie leur confère le contrôle de l'économie, de l'agriculture, de la vie sociale, de la politique, et ceci au niveau planétaire. Ces nouvelles technologies leur permettent également d'appliquer la loi du chantage sur les gouvernements du monde entier.

Manipulation du climat

Depuis une vingtaine d'années, nous subissons de jour en jour des pulvérisations systématiques du ciel. Le temps n'est plus ce qu'il était et le ciel non plus. Lors de beaux jours, il y a une vingtaine d'années, nous pouvions encore avoir le plaisir d'observer un beau ciel bleu. Ce n'est pratiquement plus le cas aujourd'hui, car, pour la plupart du temps, Les chemtrails répandues provoquent une modification de l'atmosphère et des conditions météo par l'ensemencement des nuages avec des aérosols. Les chemtrails permettent, avec l'action conjointe d'ondes électromagnétiques (programmes HAARP et GWEN) d'agir sur l'atmosphère et de gérer entièrement le climat.

Les chemtrails en quelques mots

 Augmentation drastique de la température par beau temps (canicule). Chute rapide de la température par ciel couvert.

Pluie en surabondance, froid, ouragans (Lotar !), inondations (Tsunami !), grêle, sécheresse, neige, (même hors saison ou dans des pays qui n'avaient jamais eu de neige auparavant), effet de serre et smog.

Transport des ondes électromagnétiques pour échanger des informations top secrètes.

Les sels de baryum favorisent justement cette conduction, et s'avèrent un parfait support pour transformer l'air en autoroute de l?information.

Pluie acide.

Affaiblissement du système immunitaire !

Effet de serre, smog, réchauffement de la planète

Lair est comprimé sous la couche des chemtrails. L'échange d'air entre l'atmosphère et l'ionosphère devient pour ainsi dire impossible. Ce ne sont pas les émissions de CO2 causées par les voitures qui sont responsables du réchauffement de la planète, de l'effet de serre ou de smog, mais la fermeture hermétique de l'atmosphère par les chemtrails. D'ailleurs, l'effet de serre et le smog se produisent uniquement les jours où le ciel est vaporisé de manière intensive et abondante. Ils sont donc étroitement liés à la présence des chemtrails. Ainsi, les émissions de CO2 causées par les voitures et les chauffages sont ridicules par rapport à la pollution causée par les chemtrails

Les analyses

Les analyses des retombées des chemtrails effectuées en laboratoire ont démontré la présence des substances biologiques et chimiques suivantes :

Sels de Baryum

Les sels solubles de baryum sont toxiques pour l'organisme des mammifères. Ils sont absorbés rapidement par le système gastro-intestinal et sont déposés dans les muscles, les poumons et les os (une bombe à retardement !).

Streptomyces

Les streptomyces entrent dans la fabrication de la majorité des antibiotiques utilisés en médecine humaine ou vétérinaire et dans l'agriculture, mais également comme agent anti-parasitaire dans les herbicides et les métabolites pharmacologiquement actifs (immunodépresseurs !)

Aluminium

Laluminium est utilisé sous différentes formes comme réflecteur, conducteur et absorbeur d'humidité. Il fait partie des particules retrouvées en grande proportion dans les retombées de chemtrails. Il réduit l'activité du système nerveux et intestinal et de ce fait peut être la cause de coliques sévères. L'aluminium est un neurotoxique qui peut être à l'origine de démences dégénératives, de fragilisations osseuses ou d'accidents cardiaques, de myalgies et de problèmes musculaires. Il s'accumule dans le cerveau, les os et les muscles. Le nombre de malades atteints d'Alzheimer est proportionnel à la quantité d'aluminium dans l'eau potable. L'aluminium est aussi omniprésent dans notre vie de tous les jours : dans les vaccins, cannettes de bière et d'eau minérale, barquettes, rouleaux d'emballage, casseroles, tubes de sauce et dentifrice comme dans divers ustensiles de cuisine). On peut observer dans les trois jours qui suivent une pulvérisation particulièrement forte, l'apparition de maladies respiratoires dans la population exposée (pneumonies, rhumes ou symptômes semblables à la grippe. Le tout contribue à l'affaissement des fonctions du système immunitaire.

Dibrométhane

Interdit en 1984 par l'EPA. L'EDB (C2H4Br2) est un additif de carburant et un insecticide cancérigène avec une légère odeur de chloroforme. Il provoque la dépression et l'affaissement du système nerveux central.

Entérobactéries

Comprennent les E. coli et la salmonelle qui sont les principaux responsables dans les cas d'empoisonnement alimentaire. Ces bactéries sont à l'origine des pneumonies infectieuses

Serratia marcescens

Un dangereux pathogène qui peut provoquer des pneumonies, la méningite et l'endocardite bactérienne

Le programme HAARP (High Atmospheric Auroral Research Project)

L'ionosphère est actuellement manipulée par des scientifiques du gouvernement des Etats-Unis au moyen d'un transmetteur situé en Alaska. Ce transmetteur, appelé HAARP envoie de l'énergie concentrée sous forme ondulaire sur certaines parties de l'ionosphère qui, sous l'effet de l'augmentation de la température, réfléchit ces ondes vers le sol. Les ondes à basse fréquence, ainsi projetées par le système HAARP sur une zone donnée, permettent de modifier artificiellement les conditions climatiques et d'affecter le comportement de millions de personnes. Les installations HAARP se répandent sur un vaste périmètre déboisé. Il comprend 48 antennes de 20 mètres de hauteur reliées chacune à un émetteur d'une puissance de 1 million de watts. A terme, le nombre d'antennes et la puissance des émetteurs sont appelés à se multiplier pour atteindre la puissance phénoménale de 1 milliard de watts émis par un réseau de 360 antennes. Le programme officiel HAARP est développé en Alaska afin d'améliorer les capacités de conduction des ondes électromagnétiques en lien au regard des besoins civils et militaires. Ce projet repose sur un brevet qu'avait déjà développé Nicolas Tesla au début du 20e siècle, et qui fut repris (volé ?) sous forme d'un brevet en 1985. Tesla a prétendu qu'on pouvait contrôler les couches supérieures de l'atmosphère grâce à de puissants faisceaux d'ondes radio convergentes. En jouant sur la température de ces zones très actives, on peut contrôler, voire inverser les flux d'air et modifier le climat.

L'utilisation des sels de baryum et de polymères très hydrophiles permettrait de garder des zones entières très humides et de les chauffer avec des ondes électromagnétiques.

Le programme HAARP permettrait de : (conjointement avec les chemtrails et les tours GWEN)

_ scanner les entrailles de la terre à la recherche de bases secrètes

_ interrompre toute forme de communications hertziennes

_ influencer le comportements des humains selon les besoins (les rendre hyperactifs, irrités, provoquant l'agressivité (Rwanda, Ex-Yougoslavie) ou apathiques pour les rendre réceptifs aux manipulations. Cette technique est régulièrement utilisée lors de conflits, guerres et même dans certains lieux de prière (pour répandre la philosophie de la pensée unique !), sans parler des messages subliminaux incorporés dans les codebarres.

_ modifier la météorologie, provoquer des tremblements de terre et des tempêtes

_ provoquer des explosions aussi puissantes qu'une bombe atomique

Un ciel ainsi « drogué », pourrait donc réagir à des sollicitations électromagnétiques provenant de la terre, du ciel (satellites) ou de l'air (émetteurs à bord des avions) et amener des conséquences diverses mais bien gérées comme le détournement d'ouragans ou de tornades vers des zones désertiques (ou chez le voisin), l'assèchement de zones entières ou, au contraire, la précipitation immédiate et intense de toute l'eau du ciel (inondations).

 

Les tours GWEN (Ground Waw Emergency Network).

Les ondes géomagnétiques naturelles sont remplacées par des ondes à très basses fréquences (OTBF / ELF) crées artificiellement à partir des tours GWEN. GWEN est un réseau d'émetteurs érigés tous les 320 km sur le territoire des Etats-Unis. Il permet de modifier le champ électromagnétique spécifique à chaque zone au moyen d'un spectre d'ondes adaptées. Chaque émetteur emploie ainsi des OTBF qui s'échelonnent de 50 à 175 kHz, mais aussi des ondes à très haute fréquence variant de 225 à 400 mHz. Les signaux OTBF circulent par ondulations à travers le sol plutôt qu'à travers l'atmosphère.

Les Etats-Unis baignent dans ce champ magnétique qui s'élève à une hauteur de 175 mètres au-dessus du sol, et qui pénètre même dans le sous-sol des maisons. Ainsi on s'assure que chaque personne est contrôlée mentalement. Ces réseaux entiers d'ondes de sol artificielles s'étendent à travers le pays comme une toile d'araignée. Il est plus facile d'hypnotiser et de contrôler l'esprit des gens lorsqu'ils baignent dans une onde électromagnétique artificielle.

Les émetteurs GWEN possèdent plusieurs fonctions, dont celles de contrôler la météo, l'esprit des gens, le comportement, les émotions, et de transmettre des télépathies synthétiques par infrasons aux victimes du programme d'implants dentaires? ( ! ). Le gouvernement américain aurait même l'intention de développer un véritable réseau de stations similaires à travers le globe afin de créer un bouclier modulable total. Ainsi, il existe d'autres complexes de recherches sur l'ionosphère comme à Puerto Rico, en Norvège à Tromsoe, au Pérou à Jicamarca, en Russie (près de Moscou) ou encore en Ukraine à Nizhny Novgorod et dans le Tadjikistan.

Le programme HAARP est en vérité une arme à énergie !

L'ionosphère est cette couche située au-dessus de la stratosphère constituée de particules ionisées hautement chargées en énergie, et qui commence à une altitude moyenne de48 km pour se terminer à 600 km denotre surface terrestre. Cette couche àhaute densité énergétique est vitale pour notre planète car elle joue un rôle fondamental de bouclier, au même titre que la couche d'ozone. Elle nous protège des dégagements nocifs du soleil.

Centre de coordination pour un ciel sans chemtrails

Séverin-Marie Friberg

Suisse 

 

Un Ministre Italien dénonce les Chemtrails

 

 

 



Plus d'infos  :  www.chemtrails-france.com/

Doc :  HAARP - Des trous dans le ciel?

 

 


 

HAARP sur itélé



Repost 0
Published by killuminatis - dans Chemtrail et manipulation climatique
1 octobre 2006 7 01 /10 /octobre /2006 15:16
WHAT IN THE WORLD ARE THEY SPRAYING ? stfr
wws_banner300x250.jpg
Un documentaire est sorti le 22 octobre 2010 sur les chemtrails produit par Alex Jones et G. Edward Griffin
1/7

 

 

2/7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Repost 0
Published by killuminatis - dans Chemtrail et manipulation climatique
1 octobre 2006 7 01 /10 /octobre /2006 15:10

Voici un reportage apocalyptique sur l'obsuscription de notre planete , accrochez vos ceintures...

 Dans ce documentaire officiel on parle de contrail mais n'oubliez pas l'existance des non officiel chemtrails qui joue un röle important...

 
 

Doc Arte - Dans l'ombre du ciel (part 3/3)
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Il est important de visionner ce documentaire afin de mieux comprendres les enjeux de la fraude d'Al Gore.
 
 
 

Tout le systeme solaire se réchaufe !!!!

 

Repost 0
Published by killuminatis - dans Chemtrail et manipulation climatique
1 octobre 2006 7 01 /10 /octobre /2006 15:00
Nous avons regroupé ici certains des articles parus dans différents médias sur le sujet des chemtrails. La liste est probablement loin d'être complète, au mieux un dixième des parutions totales, et ne fait pas état des nombreux articles traitant de modifications climatiques sans traiter directement des chemtrails.

Certains textes parus dans les médias alternatifs sont excellents et complets, alors que la plupart des reportages télévisés, de même qu'articles de journaux à grand tirage, traitent l'affaire comme un phénomène social de "conspirationisme".

Ce qui est inquiétant toutefois, en ce qui concerne les chemtrails, comme en ce qui concerne le journalisme en général, c'est qu'outre dans quelques petites parutions, les journalistes n'ont définitivement pas fait leur travail...

Toutes les personnes citées dans ces articles comme "défenseurs de la théorie des chemtrails" ont mis publiquement leur crédibilité en jeu. Pour la plupart, leurs nom et ville de résidence sont donnés dans les articles, ils sont cités, et filmés dans le cas des reportages télé. En dépit de cela, leur opinion ne semble pas prise au sérieux. Le principal argument de tous les journalistes de médias à grand tirage pour prouver l'absence d'épandages, est un document émis il y a quelques années par l'Air Force Américain. Après tout, pour les médias de masse, l'armée ce sont les spécialistes; et les citoyens ce sont les ignorants à informer.

Aucun de ces journalistes ne s'est présenté dans un aéroport pour vérifier la présence ou l'absence d'équipements particuliers sur les appareils. Aucun journaliste n'a interviewé plus d'un contrôleur aérien, ou plus d'un responsable, provenant d'un aéroport donné. Aucun journaliste n'a cherché à faire de liens entre les chemtrails et les conditions dans les hôpitaux et urgences suite aux épandages. Aucun journaliste n'a cherché à remettre en question les affirmations des représentants officiels du gouvernement et de l'armée.

Une fois de plus la contre-culture et les parutions alternatives prouvent leur raison d'être en pouvant se permettre de traiter de la vérité.





29 août 1999
Ontario, Canada
radio de la CBC


Un court reportage radio de la CBC fait état d'une petite communauté de l'Ontario, Espanola, où une majorité de résidents se disent victimes de problèmes de santé reliés à un trafic aérien militaire intense au dessus de la ville. Le reportage rapporte des observations d'avions citernes, et se termine en affirmant que l'Air Force Américaine a démenti effectuer de telles opérations, et que les résidents, d'ailleurs auteurs d'une pétition, attendent toujours une réponse des responsables Canadiens.

Voici la transcription originale anglophone du reportage : "Une municipalité d'Ontario préoccupée par des vols militaires Américains".









27 février 2000
Memphis, Tennessee, États-Unis
WMC-TV, station locale


Notre transcription traduite de ce reportage de la télévision locale de Memphis sur les observations de chemtrails. Les citoyens sont inquiets. Le reportage comprend des extraits d'entrevue avec le Canadien William Thomas de www.willthomas.net .









11 mai 2000
Houston, Texas, États-Unis
KHOU-TV, station locale


Transcription traduite d'un reportage télévisé localement au Texas. Malgré les démentis des "experts", des citoyens rapportent des problèmes de santé et d'étranges observations.









07 mars 2001
États-Unis
USA Today, journal national


Probablement le premier article publié dans un média à si grand tirage. L'auteur fait état de la théorie d'épandages, soutenue par plusieurs, dont par exemple un ingénieur nucléaire à la retraite, pour expliquer les traces inhabituelles observées dans le ciel par des milliers d'américains. La théorie prends du poids dû au mutisme et aux esquives des responsables gouvernementaux.




La fin de l'article, visiblement conçue pour convaincre le lecteur que cette théorie n'est pas scientifiquement valable, n'est certainement pas rassurante. Voici la traduction des deux derniers paragraphes:

"Non-sens conspirationniste" ronchonne Kenneth Sassen, un scientifique atmosphérique à l'université de l'Utah. "Ces "choses" sont entre 30 000 et 40 000 pieds dans l'atmosphère. Ce sont de minuscules particules. Elles n'affecteront personne."

Les contrails se formant en nuage que les théoristes conspirationnistes trouvent si menaçants sont "parfaitement naturels" dit Minnis. Les formes étranges de grillage et de lignes parallèles sont expliquées facilement comme des contrails soufflés ensemble par le vent, disent les scientifiques.







Avril 2001
Idaho, États-Unis
Idaho Observer, mensuel indépendant


Le patriotique et très pertinant Idaho Observer, un journal mensuel dont nous possédons des articles traduits dans d'autres sections du site, a publié au printemps 2001 une série d'articles sur les chemtrails. Voici la version en-ligne du texte original d'avril 2001, le deuxième de la série:




L'article fait état de divers documents gouvernementaux décrivant des telles opérations, des produits relachés dans le ciel, de certains brevets d'appareils d'épandage, et des démentis gouvernementaux. Un texte très informatif, qui sans être alarmiste, décris bien ce qui se passe.






16 mai 2001
Ottawa, Ontario
Ottawa Citizen, journal provincial


Un article du Ottawa Citizen qui rapporte une "Ferveur au sujet des Chemtrails" a été publié le 16 mai 2001. Nous n'avons pas de copie de l'article et les archives du journal sont inaccessibles publiquement. Plusieurs textes sur les chemtrails en font état, mais notre principale source est l'article du 6 décembre 2001 du journal américain Columbus Alive, cité plus bas. Voici la traduction des extraits qui proviennent de leur article :




"Ce que nous pouvons voir ici reflète les observations à travers l'Amérique du Nord [...] L'éditeur du "West Québec Post", Fred Ryan, rapporte que ses lecteurs les avaient photographié et les avaient comparé, et que de telles manifestations étaient répertoriées sur le web. "

"Des retombées terrestres analysées aux États-Unis contenaient des carcinogènes et des bactéries. Par coïncidence, dans la dernière décennie, la plupart des carburants d'avions ont été réingénérés pour réduire les risques d'incendies en y ajoutant un pesticide banni depuis longtemps, qui aurait été lui aussi trouvé dans les échantillons de gels de chemtrails. Des microfibres toxiques ont aussi étés trouvées, beaucoup plus fines que l'amiante."






07 juin 2001
Montréal, Québec
The Front, journal alternatif


Le journal anglophone The Montreal Mirror, autrefois The Front, fait état dans son édition du 07 juin 2001 des préoccupations de Ken Fernandez, alors chef de l'aile québécoise du Parti de l'Action Canadienne, dans un article intitulé "Happy Contrails" ("Joyeux Contrails").

Ce dernier est inquiet à la vue de traces blanches persistantes dans le ciel, qu'il suppose servir soit à de l'épandage d'insecticides contre le Virus du Nil Occidental, soit à des fins plus "méconnues", sous la direction du Département de la Défense. Il affirme que lui, et plusieurs autres personnes, auraient observé ces traces à St-Eustache, Ville St-Laurent, Dorval, et ailleurs sur l'île. Les instances gouvernementales affirment qu'aucun programme d'épandage d'insecticides n'a lieu.




Fernandez pour sa part s'inquiète du manque de transparence, et soulève certaines questions, notamment concernant l'Agence Régulatrice de Gestion des Épidémies, un nouveau conseil de Santé Canada officiellement composé du Ministère de la Défense, de représentants américains, et de "d'autres groupes d'intérêts". Ayant contacté plusieurs organismes environnementaux et de santé, qui ont nié faire partie du nouvel organisme, Fernandez établit que les "autres groupes d'intérêts" sont probablement des représentants de l'industrie biochimique.

L'article conclura finalement malgré tout à une mauvaise interprétation du phénomène des contrails.






26 aout 2001
Vancouver, Comlombie-Britanique
The Vancouver Courier, Hebdomadaire Local


Un des gros hebdomadaire de Vancouver publie un article sur la conspiration des chemtrails, mais fidèle aux parutions détenues par de grosses compagnies, l'article sert à démontrer comment de plus en plus de gens se laissent "prendre" dans ces théories farfelues... "Trainée de conspiration" est le titre, qui d'ailleurs donne le ton.




Le texte traite des préocupations de deux commercants de Vancouver pour le phénomène, et fait état d'un nombre grandissant d'appels téléphoniques de citoyens auprès des autoritées aériennes et environnementales, afin d'obtenir des réponses sur ce qu'ils observent dans le ciel. Les responsables interrogés semblent agacés par ces questions, et ne fournissent pas de réponses très rassurantes.

"Il m'a fallu une heure et demie pour le convaincre que les chemtrails n'existent pas." [...] "Il y a un journaliste radio de Victoria qui, peu importe ce que je lui dit pour l'en dissuader, maintient que des agents chimiques sont vaporisés dans l'atmosphère."






27 aout 2001
Californie, États-Unis
WorldNetDaily, quotidien alternatif en ligne


Reportage d'un journaliste indépendant basé en Californie, publié par le quotidien en ligne World Net Daily, sous le titre "Des Californiens concernés par les chemtrails".

Voici l'article original en anglais, qui contient des commentaires de résidents et des photos.




L'auteur raconte ses entretiens avec des citoyens californiens, dont certains vétérans de guerre habitués aux avions, qui affirment que les traces dans nos cieux ne sont plus toujours des traces de condensation ordinaires. Les gens veulent comprendrent ce qui se passe, mais n'ont aucune réponse des responsables gouvernementaux.






06 décembre 2001
Columbus, Ohio, États-Unis
Columbus Alive, journal alternatif


Un journal culturel du centre de l'Ohio a publié ce long et très explicatif texte sur "les efforts top secrets des gouvernements pour contrôler Mère Nature". Il fait notamment mention de plusieurs numéros de "patent" accordés pour des inventions plus qu'inquiétantes.

"Aussi récemment que le 13 novembre 2001, un autre brevet a été rempli soulignant une "Méthode de modification du climat". L'abrégé se lit comme suit : "Le polymère est dispersé dans les nuages, et le vent des tempêtes agite le mélange causant l'absorption de la pluie par le polymère. Cette réaction forme une substance gélatineuse qui se précipite sur la surface plus bas, diminuant ainsi la capacité du nuage à pleuvoir.""

Voici l'article original en anglais.









Aout septembre 2002
Ontario, Canada
The Springwater News, journal local


Un petit journal régional Ontarien, The Springwater News, qui expédie quelques 13 000 copies aux deux semaines, a imprimé le 15 août 2002 une lettre à l'éditeur transmise par le webmestre de www.holmestead.ca, Brian Holmes, basée sur le matériel de son site. L'éditeur y a ajouté des commentaires et deux photographies. Le sujet a été traité pendant plusieurs parutions successives, dû à la publication des nombreux commentaires de lecteurs. Nous n'avons pas de copies de l'article.




Par contre, voici une des lettres de lecteur qui a été publiée dans l'édition du 12 Septembre, avec une photographie unique prise par l'auteure.







Septembre 2002
Ontario, Canada
Le Goût de Vivre, journal local


Ce petit journal de la communauté Franco-Ontarienne a demandé à Brian Holmes de www.holmestead.ca de lui acheminer un article sur les chemtrails, qu'ils ont ensuite traduit et publié dans l'édition du 5 septembre 2002.




Un second texte a été publié le 19 septembre 2002, toujours de Brian Holmes. Il s'agissait de la traduction de la lettre qu'il a envoyée au Ministre de la Défense, l'honorable John McCallum, suite à la réponse officielle reçue de ce dernier démentant les chemtrails; elle est à la suite du premier article.






28 novembre 2002
Durango, Colorado, États-Unis
The Durango Telegraph, journal indépendant


Un article somme toute sommaire mais relativement intéressant qui fait état des préoccupations pour les chemtrails d'une femme de Durango, et qui rapporte aussi la tenue de conférences informatives sur le sujet données par le chercheur Clifford Carnicom. Le texte original anglais:




Une fois de plus, bien qu'aucune information ne soit confirmée ou infirmée par une recherche, les "croyants" aux chemtrails sont présentés sous une perspective paranoiaque. Malgré tout le point de vue de ces "paranoiaques" est relativement bien expliqué par l'auteur; une des principales différences avec un type d'article plus "corporatif".






28 novembre 2002
Ontario, Canada
The Bancroft Times, journal local


L'équipe éditoriale de ce journal rural ontarien familial est préoccupée par les chemtrails. Lors de la parution de ce texte, écrit par un des journalistes, Barry Hendry, il s'agissait déjà du quatrième article sur le sujet publié en moins de 18 mois. Le journal compte des lecteurs dans toutes les provinces canadiennes, et même certains expatriés à l'extérieur du pays. Le texte est en résumé les actions posées par des citoyens de l'Ontario pour obtenir des réponses.









Automne 2002
Ontario, Canada
Complete Health, magazine provincial


Dans l'édition automne/hiver 2002 du magazine de produits et de sciences naturelles "Santé complète; du corps, de la pensée et de l'esprit" ("Complete Health; for body, mind and spirit"), le journaliste Micky Absil signe un long et excellent article sur la réalité des chemtrails.









16 Février 2003
Grèce
Ethnos, journal national


Un article sur les chemtrails est paru dans ce quotidien grec sous le titre "Dangereuses Expériences dans le ciel Grec". L'article est sans détour, et tout à l'honneur de la presse grecque.

"Des avions américains répandent dans l'atmosphère des agents chimiques avec la perspective de créer un couvert nuageux artificiel comme un "antidote" à l'effet de serre."









Mars 2003
Saguenay/Lac St-Jean, Québec
À cause?, journal régional


Un excellent article révélateur écrit par M. Laval Gagnon sur les manipulations climatiques effectuées au Québec et dans le monde. Vous devez absolument lire cet article. Merci à Nenki de www.conspiration.cc pour avoir mis en ligne le document. Cet article n'aurait probablement pas pu paraître dans un média à plus grand tirage.









Avril 2003
Aptos, Californie, États-Unis
The Connection Magazine, magazine mensuel local


Un article d'un petit magazine culturel américain, The Connection Magazine, qui a fait beaucoup pour éveiller l'opinion publique aux chemtrails. Il s'agit du premier article sur le sujet de cette parution, mais suite à beaucoup de courrier des lecteurs, le sujet a été ramené à diverses reprises.




L'article se veut une introduction générale au phénomène, ne manquant pas de rappeler au passage que "voit qui veut bien voir". L'auteur insiste aussi beaucoup sur la différence flagrante entre contrails et chemtrails, et nous fait part de la réthorique gouvernementale en la matière.

Nous avons également une
lettre d'un lecteur suite à cet article.






17 mai 2003
Ontario, Canada
Tiny Ties, journal local


Un autre article de Brian Holmes, webmestre de www.holmestead.ca, paru dans ce journal local bimensuel de la baie Georgienne qui tire à 9000 exemplaires. Un premier article de sa plume sur le sujet avait été publié dans l'édition de la fête du travail 2002 (dont nous n'avons pas la copie), et devant les réactions du public et la non réaction des responsables officiels, la direction du "Tiny Ties" a demandé à Holmes de produire un nouvel article plus long, une mise à jour sur le sujet pour 2003.









23 mai 2003
États-Unis
CNN Monde, dépêche


Une courte dépêche de CNN World expliquant le désir de Vladimir Putin et du gouvernement Russe de contrôler le climat pour un événement officiel. "Des avions vont garder le Jubilé Russe à sec" est le titre de l'article, qui est on ne peut plus explicite. Le court texte fait même état de telles dispositions prises aussi tôt qu'en 1994 pour un événement sportif.









27 mai 2003
Australie
ABC News Online, dépêche


Une autre brève dépêche sur le site web d'ABC News annonçant l'obtention par le roi Thaïlandais Bhumibol Adulyadej d'un brevet "pour la fabrication de pluie". La technique semble consister à faire ensemencer des nuages froids à une certaine altitude par un premier avion, puis ensemencer des nuages plus chauds à une altitude différente par un second avion.









5 juin 2003
Santa Cruz, Californie, États-Unis
City On Hill Press, Journal étudiant universitaire


City On a Hill Press est le journal étudiant de l'Université de Californie à Santa Cruz (UCSC). Publié de façon hebdomadaire, et distribué gratuitement, cette petite parution indépendante a elle aussi traité des chemtrails.




Bien que l'auteure n'est pas prête à admettre que les chemtrails existent bel et bien, elle prête une oreille attentive aux affirmations faites dans la communauté.






06 aout 2003
UTAH, Etats-Unis
KSL-TV, station locale de NBC


Voici un article du site de la station de télévision de Salt Lake City, près des municipalités d'Escalante et de LaVerkin.

Le titre se traduirait "Une femme d'Escalante sonne l'alarme sur les Chemtrails", mais il s'agit de la version originale anglaise de l'article. Nous n'avons pu déterminer si un reportage télévisuel se rattachait à cet article.




En résumé, le reportage fait état d'un mouvement grandissant dans cette région, de gens étant conscients des chemtrails et dénonçant un complot Onusien contre la souveraineté des pays. Même si l'article se termine abruptement sur un commentaire à l'effet que les autorités américaines ont émis il y quelques années un rapport affirmant que ces traces ne sont que des résidus de condensation, il explique bien le point de vue de ceux qu'il qualifie de Paranoïaques.






11 janvier 2004
Londres, Royaume-Uni
Guardian Unlimited, édition en-ligne du Guardian, journal national


Le Guardian de Londres est un institution de l'information au Royaume-Uni, et la version en ligne publie la quasi-totalité des articles imprimés quotidiennement. Cet article est donc très révélateur en ce sens qu'il marque un changement majeur dans la perception offerte par les grands médias de possible "épandages aériens". Bien qu'il ne fasse pas directement état de la polémique des chemtrails, c'est sous l'angle environnemental qu'on nous présente diverses possibilités de modifications climatiques.




L'article traite de discussions ayant lieu entre scientifiques et politiciens au sujet de solutions au réchauffement de la planète, l'excuse parfaite pour mettre en place un programme d'épandage massif. Le texte mentionne expressément, entre autre, une solution préconisant "le relâchement par avions de nuages massifs de particules de métaux ultra-fins dans les parties suppérieures de l'atmosphère pour empêcher les rayons du soleil d'atteindre la terre".






Printemps 2004
Outaouais, Québec
Vie de Chalet, Magazine touristique et de villégiature


Ce magazine gratuit de la région de la capitale nationale canadienne (Gatineau-Ottawa) a lui aussi contribué à faire connaître les chemtrails, sous la plume de Fred Ryan. Un premier article avait déjà été publié par ce dernier en 2001. Comme dans plusieurs autres parutions du genre, ce sont les réactions des lecteurs, et les nombreuses photos de chemtrails prisent par ces derniers, qui ramène le sujet dans les parutions ultérieures. Voici l'article de 2004 intitulé "Trainées Chimiques dans le ciel: théorie devenue réalité".




Le texte parle cette fois-ci de "Pharmacologie Aérienne", du "Projet Bouclier", et autres, ce qui est effectivement de plus en plus descriptif des opérations d'épandages, même si encore loin de l'horrible vue d'ensemble. Article très informatif tout de même. Merci au webmestre de www.orgone-art.com pour cet article provenant de sa région.







14 juillet 2004
Royaume-Uni
BBC News, édition mondiale, dépêche


Une dépêche de la BBC qui fait état de conflits politiques entre deux régions de la Chine au sujet de l'utilisation de méthodes d'ensemencement de nuages. Tout le monde semble s'entendre en Chine sur le fait que les chemtrails existent, et qu'ils sont efficaces, mais les autorités se disputent les quantités d'épandages, affirmant, et avec raison, que les épandages de la région voisine les affecte, et vice versa. Le court article explique bien la méthode utilisée, ajoutant que "l'ensemencement de nuages est une méthode pratiquée depuis longtemps".










13 décembre 2004
Suisse
Télévision Suisse Romande, blog météorologique


Dans "La chronique météo de Philippe Jeanneret", publiée sous forme de blog sur le site de la télévision suisse-romande (la télévion d'état francophone en Suisse), un court mais surprenant article, surtout de la part d'un météorolgue de grand média. Le "chef d'antenne météorologique" d'une des télévisions françophone des plus renommées dans le monde, a finalement, même si ce n'est que sur son blog, admis que les chemtrails étaient probables, et que diverses informations sur le sujet étaient inquiétantes.




Petite récompense bien méritée suite à tout notre travail d'enquête sur les chemtrails, vos humbles hôtes d'ÉvolutionQuébec sont également "hyper-reliés" à partir de l'article, pour la liste de brevets que nous avons établie et traduite.







hiver 2005
Suisse
Journal Franz Weber, trimestriel


Un long article très complet de la presse Suisse, paru suite à un premier article du genre, mais plus court, dans une autre édition de la même parution. L'auteur, Gabriel Stetter, fait véritablement un tour d'horizon des projets gouvernementaux et des indices déjà disponibles sur le programme d'épandage mondial. Sans détour, l'article est concret et percutant, donne plusieurs références, et contient une dizaine d'images prises dans le ciel Européen.



© 2000-2006, Évolution Québec
Toute reproduction autorisée
Repost 0
1 octobre 2006 7 01 /10 /octobre /2006 14:01
​​​​Pour des raisons que vous comprendrez en lisant je ne puis divulguer mon identité. Je suis mécanicien d'aviation pour une importante ligne aérienne. Je travaille sur l'une de nos bases de maintenance située dans un grand aéroport. Je pense avoir découvert des informations que vous trouverez importants.

​​​​D'abord je devrais vous parler au sujet de la « hiérarchie » chez les mécaniciens. C'est important pour mon histoire et pour la cause pour laquelle vous vous êtes consacré.

​​​​La mécanique exige de travailler sur trois choses. L'avionique, les moteurs, ou les commandes de vol. Les mécaniciens qui travaillent sur ces systèmes sont considérée en haut de la « hiérarchie ». Viennent ensuite les mécaniciens travaillant sur l'hydraulique et les systèmes de climatisation. Puis viennent ceux travaillant sur l'office et les autres systèmes non essentiels. Mais en bas même de la liste viennent les mécaniciens des systèmes de traitement des déchets. Aucun mécanicien ne veut travailler sur les pompes, les réservoirs, et les canalisations servant à stocker les détritus des toilettes.

​​​​Mais dans chaque aéroport où j'ai travaillé il y avait toujours 2 ou 3 mécaniciens se proposant de travailler sur les systèmes des toilettes. Les autres mécaniciens les laissent faire de bon cœur. Pour cette raison vous n'avez que 2 ou 3 mécaniciens travaillant sur ces systèmes dans chaque aéroport. Personne ne prête beaucoup d'attention à ces types et aucun mécanicien n'en fréquente un qui travaille seulement sur les systèmes des détritus. En fait, je n'avais jamais beaucoup pensé à cette situation jusqu'au mois dernier.

​​​​Comme la plupart des lignes aériennes nous avons des accords réciproques avec les autres lignes aériennes qui utilisent cet aéroport. Si elles ont un problème avec un avion, l'un de nos mécaniciens saura se débrouiller avec lui. De même si l'un de nos avions a un problème sur un aéroport où une autre ligne aérienne a une base de maintenance, elle retapera notre avion.

​​​​Un jour le mois dernier, j'ai été appelé de notre base pour travailler sur un avion pour une autre ligne aérienne. Quand j'ai reçu l'appel l'agent technique d'exploitation ne savait pas quel était le problème. Quand j'ai rejoint l'avion j'ai découvert que le problème était dans le système de traitement des détritus.

​​​​Je n'avais rien d'autre à faire que ramper dedans et arranger le problème. Quand je suis entré dans le compartiment je me suis rendu compte que quelque chose ne collait pas. Il y avait là-dedans plus de réservoirs, de pompes, et de canalisations qu'il en fallait. J'ai d'abord supposé que le système avait été modifié. Il y avait 10 ans que j'avais travaillé sur l'un d'eux. Pendant que j'essayais de trouver le problème j'ai rapidement réalisé que la tuyauterie et les réservoirs supplémentaires n'étaient pas reliés au système de traitement des ordures. Je venais juste de découvrir ça quand un autre mécanicien de ma compagnie est venu.

​​​​C'était l'un des mécaniciens qui travaillaient d'habitude sur ces systèmes. J'ai été heureux de lui rendre son job. Pendant que je partais je l'ai interrogé sur l'équipement supplémentaire. Il m'a dit de « me préoccuper de ma partie d'avion et de le laisser se décarcasser avec la sienne ! »

​​​​Le jour suivant j'étais sur l'ordinateur de la compagnie pour rechercher un schéma de câblage. Pendant que j'y étais j'ai décidé de rechercher l'équipement supplémentaire que j'avais trouvé. À ma stupéfaction les manuels ne montraient aucun des équipements supplémentaires que j'avais vu de mes propres yeux le jour précédant. Je me suis même connecté aux dossiers du fabricant et n'ai toujours rien trouvé. À ce moment-là, j'étais vraiment déterminé à découvrir ce que faisait cet équipement.

​​​​La semaine suivante nous avons eu trois de nos avions dans notre hangar principal pour l'inspection périodique. Il y avait des mécaniciens rampant partout dans l'avion durant ces inspections. Ayant juste fini mon poste, j'ai décidé d'aller voir le système des détritus sur l'un de nos avions. Avec tous les mécaniciens autour j'estimais que personne ne remarqueraient quelqu'un de plus sur l'avion. L'avion que j'ai choisi avait bien l'équipement supplémentaire !

​​​​J'ai commencé à suivre le tracé du système de canalisations, des pompes, et des réservoirs. J'ai trouvé ce qui semblait être l'unité de contrôle du système. C'était une boîte de commande d'avionique semblant standard sauf qu'elle n'avait aucune sorte d'inscription. Je pouvais retrouver les fils de commande de la boîte vers les pompes et les valves mais il n'y avait pas de circuit de commande entrant dans l'unité. Les seuls fils entrant dans l'unité étaient l'alimentation raccordée au principal bus de distribution de courant de l'avion.

​​​​Le système avait un grand réservoir et deux plus petits. C'était difficile à dire dans le compartiment exiguë, mais il semblait que le grand réservoir pouvait contenir 50 gallons (190 litres). Les réservoirs étaient reliés à un [dispositif de] remplissage et à une valve de purge qui traversait le fuselage juste derrière la valve de purge du système de détritus. Quand j'ai eu l'occasion de rechercher ce raccordement sous l'avion je l'ai trouvé ingénieusement caché derrière un panneau, sous le panneau servant à accéder à la vidange des déchets.

​​​​J'ai commencé à suivre la tuyauterie des pompes. Ces tubes mènent à un réseau de petites tubulures qui se terminent sur les rebords arrière des ailes et des stabilisateurs horizontaux. Si vous regardez de près les ailes d'un gros avion vous verrez un ensemble de fils, d'environ la grosseur de votre doigt, s'étendant du rebord arrière de la surface des ailes. Ce sont les mèches de décharge statique. Elles servent à dissiper [dans l'air] la charge d'électricité statique qui s'accumule sur l'avion en vol. J'ai découvert que les tubulures de ce mystérieux système mènent à une mèche de décharge statique sur trois. Ces mèches « avaient été évidées » afin de pouvoir être traversées par ce qui doit être déversé par les tubulures.

​​​​C'était pendant que j'étais sur l'aile que l'un des cadres m'a repéré. Il m'a ordonné de sortir du hangar, me disant que mon poste était fini et que je n'avais été autorisé à aucune heure supplémentaire.

​​​​Les deux jours suivants étaient très occupés et je n'avais pas le temps de continuer mes recherches. En fin d'après-midi, deux jours après ma découverte, j'ai été appelé pour remplacer une sonde de température de moteur sur un avion devant décoller dans deux heures. J'ai fini le travail et suis retourné à la paperasserie.

​​​​Environ 30 minutes plus tard le haut-parleur m'a appelé pour que j'aille voir le directeur général. Quand je suis entré dans son bureau j'ai constaté que notre représentant syndical et deux autres que je ne connaissais pas m'attendaient. Il m'a dit qu'un problème sérieux avait été découvert. Il a dit que j'avais fait l'objet d'un procès-verbal et que j'étais suspendu pour avoir fait de fausses écritures. Il m'a remis un formulaire disciplinaire déclarant que j'avais fait de fausses écritures sur la sonde de température de moteur que j'avais installée quelques heures avant. J'étais sidéré et je commençait à protester. Je leur ai dit que c'était ridicule et que j'avais effectué ce travail. Le syndicaliste a alors pris la parole, recommandant d'aller jeter un coup d'œil sur l'avion et voir si nous pouvions tout arranger. C'est à ce moment que j'ai demandé qui étaient les deux autres hommes. Le directeur général m'a dit qu'ils étaient inspecteurs de la sécurité de la ligne aérienne sans me donner leur nom.

​​​​Nous sommes allés à l'avion, qui au lieu d'être en l'air était garé sur notre rampe de maintenance. Nous avons ouvert le capot du moteur et le syndicaliste a retiré la sonde. Il a vérifié le numéro de série et dit à tout le monde que c'était l'ancien instrument. Ensuite, nous sommes allés à la baie des casiers où reviennent les pièces. Le syndicaliste a vérifié mon rapport et a tiré du casier une boîte scellée. Il a ouvert la boîte et a retiré la sonde de température de moteur avec le numéro de série de celle que j'avais installée. Il m'a été dit que j'étais suspendu pendant une semaine sans salaire et de partir immédiatement.

​​​​Le premier jour de ma suspension, j'étais assis chez moi me demandant que diable m'était-il arrivé. Ce soir-là j'ai reçu un coup de téléphone. La voix m'a dit : « Maintenant vous savez ce qui arrive aux mécaniciens qui fourrent le nez là où ils ne le devraient pas. La prochaine fois que vous commencerez à travailler sur des systèmes qui ne vous concernent pas vous perdrez votre travail. Comme il se trouve que je me sens chevaleresque, je pensent que vous pourrez retourner au travail bientôt » CLIC.

​​​​De nouveau je me suis relevé. J'ai déduit que ce qui était arrivé était directement lié à mon relevé de la mystérieuse tuyauterie. Le matin suivant le directeur général m'a appelé. Il a dit qu'en raison de mon excellent dossier pour mon travail passé, la suspension avait été réduite à un jour et que je devais me présenter immédiatement au travail. La seule chose à laquelle je pouvais penser était qu'est-ce qu'ils essayaient de cacher et qui sont-ILS !

​​​​Ce jour de travail s'est passé comme si rien n'était arrivé. Aucun autre mécanicien n'a mentionné la suspension et mon syndicaliste m'a dit de ne pas en parler. Cette nuit-là je me suis connecté sur Internet pour essayer de trouver quelques réponses. Je ne me rappelle pas maintenant comment j'y suis arrivé, mais j'ai trouvé votre site. C'est alors que tout est venu ensemble. Mais le matin suivant au travail j'ai trouvé une note à l'intérieur de mon casier verrouillé. Elle disait, « La curiosité a tué le chat. Ne regardez pas les sites Internet qui ne vous concernent pas. »

​​​​Eh bien c'est ça. ILS me surveillent.


​​​​Eh bien vous savez déjà ce qu'ils font. Je ne sais pas ce qu'ils pulvérisent mais je peux vous dire qu'ils le font. Je me dis qu'ils utilisent les « camions de douceurs ». Ce sont les camions qui vident les réservoirs de détritus des toilettes. Les aéroports sous-traitent habituellement ce travail et personne ne s'approche de ces camions. Qui voudrait se tenir à côté d'un camion plein de m---e. Pendant que ces types vident les réservoirs de détritus ils remplissent les réservoirs du système de pulvérisation. Ils connaissent le chemin de vol des avions, ainsi ils programment probablement l'unité de commande pour commencer à vaporiser au bout d'un certain temps après que l'avion ait atteint une certaine altitude. Les becs de pulvérisation dans les fausses mèches de décharges statiques sont si petits que personne dans l'avion ne verra le truc.

​​​​Dieu nous aident tous,

Un citoyen intéressé.


Original :
http://www.thetruthseeker.co.uk/article.asp?ID=1669

Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info
Repost 0